Essai des demi-bottes Falco Aviator


Pour protéger nos pieds, on retrouve : les baskets moto légères et confortables pour un style urbain et cool ; les bottes moto qui sont au top niveau protection pour manger des kilomètres, mais pas forcément idéales pour les visites pédestres… Et entre les deux, on retrouve les demi-bottes ou bottines, pour un look plus classique. Il est donc temps de ranger mes bottes toutes moches, mais aussi rigides qu’un bout de bois, pour essayer les demi-bottes Falco Aviator. Alors attachez votre ceinture, réglez votre altimètre sur le QFE 883 et gagnez la piste 41 pour un vol d’essai !

Sorties de boîte, la première impression est positive

Whoaaaa. Elles sont belles, elles sont classes, les demi-bottes Falco Aviator sont super bien finies. Bref, vous l’aurez compris, j’adore. Bon, il est temps d’arrêter de manipuler ces beautés et de les enfiler. Pour cela pas de souci. Chaque chaussure dispose de deux fermetures à glissière, placées de part et d’autre de la languette, donc pas besoin de faire les lacets. Gain de temps garanti !

La taille, ça compte

Et là, grosse déception. Mon 42 habituel ne suffit pas à remplir les demi-bottes Falco Aviator. Essai cloué au sol, et retour à l’envoyeur pour du 41.

Le 41 arrive, je les enfile et je flotte encore un peu avec des chaussettes fines. Je les fais essayer à ma moitié qui fait ma pointure, et elle se sent trop à l’étroit ?! On analyse nos pieds respectifs, et résultat : le mien est plus fin. Donc en fonction de votre pied, prévoyez ou non une taille en dessous.

Un design soigné

Ces chaussures Falco sont classiques de chez classique. Les lacets sont simples, le cuir à l’aspect vieilli est rigide et épais, les glissières sont à dents intermédiaires et basiques. Les tirettes, elles, consistent en une languette de cuir pour ne pas détonner du design global. Les renforts malléoles en D3O sont intégrés au look via le logo de la marque, et les surpiqûres franchement apparentes sont du plus bel effet. Rien n’est laissé au hasard. On a l’impression que chaque élément a été pensé pour renforcer le look vintage de ces demi-bottes Falco Aviator. La grande classe !

Chose étrange, c’est la vitesse à laquelle elles se salissent. Prévoyez le nettoyant cuir !

Les crampons à croix sont épais et très espacés entre eux. Ils assurent un bon grip sur tout type de revêtement, qu’il soit humide ou sec. Ce qui est franchement génial pour manœuvrer les machines les plus lourdes à l’arrêt. J’approuve ! La semelle en caoutchouc est d’une épaisseur de 1,5 cm au plus bas, et de 3 cm au niveau du talon.

Sécurité des demi-bottes Falco Aviator

En tant que bottines, vous pouvez occulter toute protection des tibias. Mais les demi-bottes Falco Aviator ne jouent pas sur ce terrain. Leur but, c’est de vous inciter à délaisser vos chaussures dites « classiques », dénuées de protection. Pour cela, elles s’enfilent à la va-vite, vous assurent un excellent confort de marche avec style et disposent de bonnes protections.

Tout d’abord, nous avons les renforts de malléole en D3O. Pour les étourdis du fond de la classe qui n’ont pas lu la plupart de nos tests, le D3O est une matière souple et légère donc confortable, qui durcit en cas de choc. On retrouve sur le bout dur et le contrefort de la chaussure, des renforts en TPU selon la fiche des demi-bottes Falco Aviator. Ou ABS selon la vidéo Youtube… Quoi qu’il en soit, ce sont deux matières cousines que l’on retrouve sur une bonne partie des chaussures de sécurité et qui résiste à l’abrasion, au déchirement, à l’écrasement et à la perforation.

Côté homologation, les demi-bottes Falco Aviator répondent à la norme EN13634:2015. Mais elles restent basiques dans la protection offerte. En effet, la norme précitée donne deux niveaux de protection. Le niveau 1 étant le minimum. Ces Falco Aviator se classent dans le premier niveau pour l’ensemble des domaines de résistance : résistance à l’abrasion, à la coupe et enfin rigidité de la semelle.

Conditions d’essais

Pour réaliser ce test, j’ai parcouru environ 500 kilomètres dont 150 km de ville, 300 km de nationale et enfin 50 km d’autoroute. Au niveau météo, j’ai utilisé ces demi-bottes Falco Aviator par temps sec, pluvieux, dans une plage de température allant de -6°c à 10 °c. Vu les crampons, je les ai également utilisées pour sortir le chien sous la neige ou déneiger le parking.

On the road (again) !

Elles ont de la gueule ces shoes, faut le dire. Mais il faut voir ce qu’elles donnent dans leur cadre de conception, la moto. Comme expliqué plus haut, aucun souci pour manœuvrer sur mon parking en gravier, malgré la bête de 260 kg, et ce grâce à la semelle antidérapante. J’ai même eu le « plaisir » de dégager ma moto lors d »une chute de neige surprise, et les crampons ont fait leur travail.

On enclenche la première et… rhaaaa non. J’ai pas envie de flinguer la chaussure gauche en montant les rapports. Et oui, pas de renfort sélecteur. Ce qui est franchement dommage car je suis sûr que la marque Falco aurait pu nous pondre un truc pas trop moche. Après tout, ce sont des bottines de moto, oui ou non ? Donc les plus soigneux d’entre vous sacrifieront le style de la chaussure pour y greffer un renfort sélecteur… Je n’hésiterai pas à revenir sur cet article pour évoquer l’usure de la chaussure dans le temps. Car dès le premier essai, l’empreinte du sélecteur était déjà gravée dans le cuir.

Malgré l’épaisseur de la semelle et leur rigidité, les demi-bottes Falco Aviator procurent un bon feeling sur les palonniers commandes. A contrario d’une paire de baskets moto, je n’ai pas eu besoin de régler la hauteur de mon sélecteur de vitesse. C’est donc un excellent point pour ceux qui, comme moi, utilisent des bottes pour bouffer du kilomètre, veulent des chaussures à enfiler à la va-vite, confortables pour aller bosser, rejoindre ses potes en ville et sortir après une dure semaine de labeur !

Un cumulonimbus à l’horizon ? Il ne faut pas s’y attarder !

Les demi-bottes Falco Aviator sont constituées de la membrane Falco High Tex qui répond à la norme EN 13634: 2010. En gros, si la chaussure est toujours étanche après une marche de 100 pas avec de l’eau à 5 mm au-dessus du niveau de la semelle, c’est réussi ! Me concernant, je me suis contenté d’aller bosser et revenir, marcher sous la drache, me promener dans la neige… Et bien, c’est étanche ! Par contre, après une semaine consécutive à rouler sous la pluie, elles commencent à montrer leur limite.

Concernant le froid, j’ai eu une belle appréhension au début car elles sont toutes de cuir. La matière intérieure se veut chaude, et pour leur inauguration j’ai eu le droit à un petit -1.5°C. Résultat ? Je n’ai vraiment pas eu froid du tout. Donc j’ai réitéré l’expérience avec des chaussettes fines. C’est un poil plus froid mais reste largement supportable.

Et une fois arrivé à la base ?

Qui n’a pas une paire de baskets au boulot pour se délester de ses bottes moto ? Pas la peine de renvoyer les demi-bottes Falco Aviator au hangar pour circuler sur le taxiway, elles sont très agréables à porter pour tous les déplacements. Pas d’ampoule à signaler après une journée entière aux pieds. Il ne suffit que d’entrouvrir une fermeture à glissière pour se sentir comme dans un chausson, sans pour autant perdre la chaussure en marchant. Ça c’est pratique au boulot.

Et vu que je suis un essayeur consciencieux, j’ai marché un kilomètre histoire de simuler une petite visite pédestre après un tour à moto. J’ai été très convaincu, donc aujourd’hui je les utilise régulièrement, même quand je ne suis pas à moto. Mais ici aussi, la pression de la languette sur le péroné n’est pas agréable tant que la chaussure n’est pas encore totalement assouplie (comptez deux à trois semaines). Comme indiqué plus haut, pour palier à ce problème, j’entrouvre la fermeture à glissière. Je les ai également utilisées pour conduire en voiture, et elles laissent aussi un bon feeling sur les pédales.

Avec des chaussettes fines, je flotte un peu… Ce qui risque de poser problème l’été pour éviter la transpiration excessive.

ACF Men ? Vraiment ?

Falco précise que les Aviator se rangent du côté « ACF men ». Entendez par-là qu’elles sont conçues pour s’adapter à l’anatomie du pied masculin… Comme expliqué bien plus haut, je les ai faites essayer à ma moitié faisant la même pointure que moi. Résultat ? J’ai dû batailler sec pour les récupérer. Elle a cependant soulevé le fait qu’elle avait également une pression désagréable au péroné. Donc Mesdames aux grands pieds, les demi-bottes Falco Aviator vous conviendront tout aussi bien !

Protection6
Etanchéité8.5
Confort8.5
Ergonomie8.5
Agrément thermique10
Finition10

Mon avis : Look discret, protection Ok

Les demi-bottes Falco Aviator sont de bonnes chaussures pour assurer un minimum de protection, sans avoir un look trop motard. Elles sont très pratiques pour qui veut des chaussures à enfiler à la va-vite et pouvoir marcher normalement, une fois arrivé à destination. Quant aux aléas météorologiques extrêmes, tant que ça reste bref, les demi-bottes Falco Aviator vous garderont au sec. Elles se montrent bien finies, ont un style vraiment classe mais l’absence de renfort de sélecteur n’augure pas une bonne durée de vie. La pression sur le péroné est assez gênante le temps que la chaussure se fasse, mais peut être supprimée en ouvrant les fermetures à sa guise.
8.6

Partagez cet article

Gab

Gabriel, détenteur du permis moto depuis 2013. Depuis, je ne sais plus me passer d'une moto. Je roule quotidiennement sur Sportster, histoire d'aller bosser avec le sourire ou m'évader là où l'envie me mène, tout en ridant sereinement. N'étant pas du genre cloisonné sur un seul type de moto, je compte parallèlement découvrir l'univers du trail. Quoiqu'il en soit, je suis toujours à la recherche du matériel sachant allier style et efficacité.