Essai de la sacoche Bagster D-Line Nitro


Il y a des jours où l’on se demande comment faire rentrer toutes ses affaires dans ses poches sans avoir à se taper le sempiternel sac à dos… L’entreprise française Bagster nous propose un petit compromis de 5 Litres à utiliser tous les jours de la semaine : la sacoche Bagster D-Line Nitro.

5 litres à examiner, c’est vite fait !

La sacoche Bagster D-Line Nitro se compose d’une poche principale, de deux poches latérales et d’une pochette plastifiée sur le dessus pour accueillir un smartphone ou un roadbook petit format. Comme toujours, pour accéder à cette dernière il vous faudra passer par la poche principale. J’apprécie les tirettes avec embouts antidérapants pour ouvrir les différentes pochettes et ce, malgré l’utilisation de gants. Enfin, une autre poche située en dessous permet de ranger la sangle de fourche et la sangle de selle / réservoir. Une ligne réfléchissante longe la tirette principale. Bon ce n’est pas un phare mais ça fera l’affaire.

Si son design est plutôt sobre, la sacoche Bagster D-Line Nitro est assez aérodynamique vu son inclinaison à l’avant et sa finesse. Nul doute que certains y trouveront une petite compagne d’arsouille.

Une finition à surveiller

Hop, on sort la paire de ciseaux pour raccourcir la dizaine de fils de coutures qui dépassent. De ce fait, on restera attentif à son usure dans le temps. Le reste de la finition de cette sacoche Bagster est dans l’ensemble assez bon. Les fermetures à glissière s’ouvrent très facilement sans pour autant faire bouger la sacoche dans tous les sens… Ce qui est très pratique à l’utilisation.

Ça colle entre nous

La sacoche Bagster D-Line Nitro est aimantée pour coller à votre réservoir en métal. Et ça, pour coller ça colle !  Forcément, une sangle à passer sous le phare lui coupera l’envie de se sauver quand vous tournerez franchement la poignée des gaz. Pour mettre à l’épreuve le pouvoir d’adhérence, j’ai fait le test de rouler seulement avec les aimants pour un trajet urbain à max 70 km/h, et la sacoche n’a absolument pas bougé !

Pour ceux et celles qui privilégient les destriers en plastique, il vous faudra impérativement utiliser la sangle se raccordant au réservoir ou à la selle en fonction de votre moto. Elle est conçue pour rester de manière permanente sur votre machine, même si elle reste facile à installer. Par contre il faudra la planquer ou la raccourcir pour éviter qu’elle ne pendouille dangereusement.

Moto, boulot, dodo

Bon, clairement on se rend compte que la sacoche Bagster D-Line Nitro se destine plus à une utilisation maison / boulot qu’à un road trip de 15 jours… C’est vrai quoi, 5 litres ce n’est pas énorme pour ne pas dire insignifiant. C’est donc tout naturellement que Bagster l’a classée dans sa gamme « D-Line » alias daily line. Pour les anglophobes, comprenez « gamme quotidienne ».

Pour cela, la sacoche Bagster s’installe en un rien de temps sur la moto. Par ailleurs, j’y mets facilement ma clé USB, ma boîte à sandwichs ou mon Tupperware® comprenant mes restes de la veille (privilégiez-en un qui correspond à la forme de la sacoche). Hélas, impossible d’y mettre ma pochette de feuilles A4. Ce n’est donc pas elle qui remplacera mon sac à dos…

Si vous disposez d’un bloc disque, une sacoche a été pensée pour le ranger dans la Bagster Nitro. Utile / pas utile, je vous laisse en juger par vous-même.

Le vide-poche ultime en ballade

Étant habitué aux sacs allant de 25 l à 80 l, que ce soit pour le travail, les vacances ou faire des courses, j’ai longuement réfléchi à l’utilité de cette petite sacoche. Il faut avouer que pour mon utilisation quotidienne, elle s’avère presque inutile. En essayant de sortir de mes préjugés, il faut reconnaître qu’elle a ses petits aspects pratiques quand on est du genre à voyager léger. On y glisse une bouteille d’eau de 50 cl, une pomme, son portefeuille, les papiers de la moto, les clés, son GPS, un appareil photo de type « bridge » (bien que ces deux derniers soient remplaçables par un smartphone). Une fois à l’arrêt, on pourra y ranger ses gants. Pour ce qui est du casque, chacun sa solution !

Sur-écran tactile

Concernant la pochette dédiée aux smartphones et GPS, elle s’ouvre et se ferme facilement. La matière transparente adhère à l’écran pour restituer parfaitement votre toucher. Aucun orifice n’est pensé pour faire passer un câble. Pour brancher votre appareil à la moto, il faudra joindre les deux fermetures à glissière et un câble suffisamment long…

L’option qui ferait la différence…

S’il y a une chose que je regrette réellement avec la sacoche Bagster D-Line Nitro, c’est la paroi circulaire. Elle est beaucoup trop rigide pour protéger du matériel fragile que l’on veut saisir pour photographier un paysage magnifique au bord de route par exemple… En effet, cette paroi est amovible via une fermeture à glissière. Le fait de pouvoir glisser une paroi épaisse rembourrée de mousse aurait été top ! Un peu comme la mousse au fond de la sacoche Bagster D-Line Nitro en somme… Je sens que je vais me bricoler un p’tit truc !

Petite sacoche Bagster D-Line Nitro pour petit réservoir

Toujours dans ma lutte contre mes préjugés, la sacoche Bagster D-Line Nitro pourra facilement s’intégrer aux machines à petits réservoirs : motos de 125 cm³, customs, Brats, Scrambler, Café racer, etc.

Et si on marchait maintenant ?

Accusant un poids de 550 g à vide à cause des aimants, la sacoche Bagster D-Line Nitro est très légère.

Arrivé à destination, on cherche à la mettre à son dos. Hmmm pas possib’. En bandoulière ? hmmm pas possib’ non plus. Bon, à l’épaule alors ? Mouais pourquoi pas… Au pire, elle possède une petite poignée de maintien.

Avant elle était étanche…

Quoi de mieux qu’une sacoche étanche pour éviter un dégât des eaux (de pluie) ? Pour protéger vos biens, la sacoche Bagster D-Line Nitro est équipée d’une housse imperméable. Elle s’enfile très facilement, et neutralisera une des poches latérales de la Bagster Nitro pour être rangée.

Et étanche, l’est-elle vraiment ? Et bien pour son inauguration il pleuvait tellement que j’hésitais entre la moto et le kayak. Soyez rassurés, pas une goutte n’est passée !

… Mais ça, c’était avant !

Il est quand même regrettable qu’après 34 ans d’existence, Bagster n’ait pas pris le pli de relier la housse de pluie à la sacoche pour éviter qu’elle ne s’envole. D’autant plus qu’avec les ailettes aimantées et les sangles, la housse n’arrive pas à passer en dessous de la Bagster Nitro pour éviter que l’air ne vienne la soulever.

Ayant déjà eu une housse de pluie qui s’est envolée sur un autre sac, j’étais sceptique quant à l’espérance de vie de celle-ci. Mes dons de voyance étant exacerbés, lors du premier jour d’essai, en subissant les remous d’air d’un poids lourd que je dépassais à la terrible vitesse de 90 km/h, elle a fini par s’envoler… N’étant pas suicidaire, je l’ai abandonné là. Tant pis pour les photos.

Donc « Daily Line« , si vous n’avez pas de moto carénée, elle ne l’est que pour les jours de beaux temps ou que vous ne dépassez pas les 50 km/h par jour de pluie. A bon entendeur…

Adhérence10
Ergonomie7.5
Finition8
Etanchéité2
Facilité d'installation8
Confort de marche7.5

Mon avis : la sacoche Bagster Nitro, votre alliée pour les trajets maison / boulot

Et aussi pour les courtes balades d’une demi-journée, pas trop loin de votre point de départ, et sans avoir à parcourir 3 km à pieds. La sacoche Bagster D-Line Nitro se veut intuitive, simple d’utilisation et se montrera utile pour transporter de petites affaires...Et éviter de se traîner le sac à dos. Malgré quelques fils qui dépassent la finition est correcte. Hélas, le plaisir est gâché par une housse de pluie à tendances indépendantistes qui se fera la malle à la première accélération sur une moto non carénée…
7.2

Partagez cet article

Gab

Moi c'est Gab', depuis que j'ai obtenu le précieux sésame en 2013, je roule sur mon Sportster pour déambuler sur les boulevards et plus récemment mon Africa Twin pour affronter les conditions climatiques hostiles ou pour rider vers d'autres horizons. Egalement cycliste et parfois automobiliste, je prône le partage, la responsabilité et la sagesse collective sur la route. Quoiqu'il en soit, je recherche l'équipement sachant allier style, efficacité et protection.