Rouler à moto en été, tout ce qu’il faut savoir !


À moto n été

L’été, on l’attend toute l’année… Cette saison où la conjonction de l’ensoleillement, de la durée des journées et de votre temps libre disponible vous permettent de pratiquer la moto dans les meilleures conditions ! Pour que vous puissiez profiter à fond de vos balades et autres voyages à moto en été, cet article vous orientera sur le choix de votre équipement et vous rappellera les bons réflexes à garder au moment de prendre la route.

Choisir le bon équipement pour gérer la chaleur

La gestion des fortes chaleurs est la première contrainte à laquelle on pense quand on envisage la moto en été. Et si vous avez déjà roulé en cuir sous la canicule, vous connaissez l’inconfort occasionné par la transpiration. Puisque rouler en mode t-shirt/tongs est à bannir, je ne saurai donc que trop vous conseiller de tester l’équipement moto ventilé. Vous m’en direz des nouvelles !

Les blousons, pantalons et gants ventilés disposent de zones de textile à maille ouverte (dits textiles « mesh ») qui améliorent considérablement la circulation de l’air autour de votre corps, et donc son refroidissement. La transpiration, notre clim’ naturelle, s’évapore à vitesse grand V, emportant avec elle les calories. Bref, ça vous refroidit efficacement !

L’équipement ventilé de bonne facture se révèle tellement efficace qu’il vous filera rapidement un coup de froid si le thermomètre passe sous la barre des 25°C… C’est d’ailleurs le principal reproche qu’on peut formuler à l’égard des blousons mesh et autres équipements ventilés : ils se montrent très exclusifs en termes de conditions météo. Avec eux, c’est grand soleil ou grand soleil !

Textile mesh blouson moto

Le tissu « mesh » laisse passer une grande partie du flux d’air. Et ça rafraîchit bien !

Anticiper les baisses de température

Or en été, les orages ne sont jamais loin. Vous avez donc tout intérêt à prévoir de quoi vous couvrir (type veste pluie à porter par-dessus) au cas où la météo tournerait à l’averse ou au froid. Même constat si vous avez prévu de monter en altitude, où on perd environ 1°C tous les 100 mètres de dénivelé. Bon point pour l’équipement multi-saison, comme les vestes trois en un, suffisamment versatiles pour couvrir toutes les possibilités avec leurs zones ventilées refermables.

Autre point important à surveiller : quand vous choisissez votre équipement ventilé, veillez à ce qu’il offre une protection suffisante en cas de gamelle. Ces vêtements plus légers peuvent laisser à désirer en la matière. Et on ne négocie pas avec le bitume !

Blousons moto ventilés

Les blousons moto ventilés doivent assurer un minimum de protection – Blousons Ixon Cooler et Ixon Sierra

Piocher dans sa propre garde-robe

Ok, l’équipement ventilé, c’est le pied pour profiter de l’été à moto. Pour autant, pas forcément utile de craquer votre PEL juste pour trois jours de canicule. Certains équipements déjà en votre possession se révéleront plus aptes que d’autres à vous aider à supporter les 30°C et plus. Le jean moto par exemple, respirant par sa fabrication en coton denim ou dérivé, se montrera plus agréable qu’un pantalon textile routier étanche ou qu’un cuir. Tant que vous roulerez en tout cas, ils limiteront la surchauffe.

De même, si vous disposez d’une paire de baskets moto, de demi-bottes, d’une paire de gants à manchette courte, etc. vous pourrez profiter d’un peu de rabe de vent sans trop mettre en péril votre protection.

Jean moto ventilé

Un jean kevlar et des baskets moto se montreront plus respirants qu’un cuir et des bottes – Jean DXR Boost et baskets DXR GoFast

Les sous-vêtements techniques

Ne les réservez pas qu’à l’hiver ! Les sous-vêtements techniques pourront en effet vous aider à prolonger la balade dans de bonnes conditions même au cœur de l’été. En régulant la chaleur et l’humidité émises par votre épiderme, les sous-vêtement techniques améliorent l’agrément du roulage à moto en été. Et puis ces produits qui se généralisent chez les fabricants réduisent le risque d’attraper froid quand vous faites une pause dans un restaurant climatisé.

Comme pour l’équipement ventilé, il suffit d’en avoir testé pour être persuadé de l’intérêt de la chose. Ajoutez à cela que les modèles entrée de gamme se montrent particulièrement bon marché et que vous pouvez les utiliser dans de multiples activités sportives pour facilement légitimer cet achat !

Choisissez les produits spécifiquement prévus pour l’été : ils sont plus légers et respirants que leurs confrères standards.

t-shirt technique moto

Les t-shirts techniques peuvent améliorer votre confort quand ça chauffe – T-shirt DXR Fresh

Quel casque pour rouler à moto en été ?

Certains casques moto se montreront plus confortables que d’autres au plus chaud de l’été. On pense instantanément aux casques jets, qui offriront le meilleur agrément dans ce cas de figure. Mais si comme moi vous avez de la peine à vous départir de la mentonnière quand vous taillez la route, le modulable double homologation offrira un bon compromis confort estival/protection. Il vous suffira de l’ouvrir à la traversée des villages puis de le refermer à la sortie. J’insiste sur la « double homologation », puisqu’en principe, avec un modulable simple homologation, seule la configuration fermée est acceptée par les forces de l’ordre.

Le modulable double homologation offrira un bon compromis confort estival/protection

Quoi qu’il en soit, un casque intégral légèrement customisé pourra aussi limiter les coups de chaud à moto en été. Commencez par… ouvrir les ventilations ! Ok, j’enfonce une porte ouverte, mais j’ai déjà vu des motards toutes ventilations fermées en plein cagnard, alors l’info mérite d’être répétée. Vous pouvez également détacher votre bavette afin que l’air remonte davantage sur votre visage quand vous roulez. Il suffira de la remettre en place à la fin de l’épisode de chaleur.

Et côté luminosité ambiante, rien de tel qu’un casque équipé d’un écran solaire rétractable intégré dans la calotte pour se protéger les yeux. Cet accessoire se révélera bien plus pratique à l’usage qu’un écran fumé à monter/démonter à chaque sortie ou que des lunettes de soleil qui réclament un arrêt pour être retirées et rangées à l’abri dans leur housse.

Encore plus souple d’utilisation, les écrans photochromiques (qui se foncent automatiquement avec les UV) et électrochromiques (qui se fument électroniquement, d’une pression sur bouton) restent des accessoires peu répandus et d’un coût prohibitif.

Écran solaire rétractable

Un écran solaire rétractable, facile à activer et idéal pour le confort des yeux – Shark Evo-One

Sur la route, les bonnes habitudes à prendre

Bien entendu, s’équiper de façon adaptée limite les désagrément et retarde la fatigue, mais ça ne fait pas tout non plus. Les jours où le soleil cogne sévère, pensez à bien vous hydrater – ce sera l’occasion de frimer à la terrasse des cafés avec votre moto préférée. Lors des fortes chaleurs, le corps humain peut perdre jusqu’à trois litres d’eau par jour via la transpiration, autant de liquide à remplacer par la boisson ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, l’alcool n’est pas réparateur de votre stock d’eau 😛

N’oubliez pas de vous arrêter régulièrement. Parfois, on est bien lancé, et l’envie d’avancer est forte – d’autant plus parce qu’on urine moins quand on transpire beaucoup… Forcez-vous à souffler. Posez vous quelques minutes à l’ombre périodiquement. Ce faisant, vous retarderez l’apparition de la fatigue, et vous pourrez rouler davantage sur la journée. Ce sera également l’occasion de laisser le moteur de votre bécane retrouver une température normale.

Lors des fortes chaleurs, le corps humain peut perdre jusqu’à trois litres d’eau par jour via la transpiration, autant de liquide à remplacer par la boisson.

Quand il fait chaud, votre moto souffre en effet elle aussi davantage que lorsque la météo est tempérée. On peut assister à des consommations d’huile supérieures à l’accoutumée, ou à des surchauffes, surtout dans les embouteillages sur la route des plages. Au guidon, gardez un œil sur votre thermomètre et au garage, contrôlez vos liquides avant chaque départ. Idem pour la pression des pneus – ces derniers sont mis à rude épreuve sur le bitume surchauffé.

Et si vous devez obligatoirement rouler les jours de grosse chaleur, essayez de vous organiser pour partir tôt le matin. Faites une longue halte aux heures les plus chaudes de la journée, et reprenez la route en milieu d’après-midi, quand le mercure se met à redescendre.

Moto en été

En période de canicule, évitez de rouler aux heures les plus chaudes de la journée

Conditions de circulation : Jouissif rime avec attentif…

En ce qui concerne les conditions de circulation, notez qu’il y aura généralement moins de précaution à prendre qu’en hiver. Il faudra cependant éviter certains écueils propres aux fortes chaleurs. Ainsi, si le bitume chaud offre un bon grip, lorsqu’il fond, c’est une autre paire de manches… Les zones de goudron liquéfié par les infrarouges du soleil constituent de vraies patinoires. Évitez-les consciencieusement !

De même le verglas d’été détaillé au point 1 de cet article réunissant des conseils pour les débutants est une menace à prendre au sérieux à la première averse.

Dans les régions touristiques, prenez garde aux réactions surprenantes des autres usagers, facilement distraits par un panorama, de vieilles pierres ou une cycliste en short (vécu)…

Et pour les sortie à la nuit tombée à moto en été, prenez garde aux animaux sauvages, qui peuvent surgir à travers la chaussée à n’importe quel virage, en particulier si vous traversez des sous-bois. Il y a d’autres manières de préparer le pâté de chevreuil, croyez-moi.

Pour résumer, rouler à moto en été, c’est :

  • S’équiper comme il faut pour gérer la chaleur et la transpiration
  • Anticiper les baisses de température et la pluie
  • S’hydrater comme il faut pour compenser la transpiration et s’imposer des pauses à l’ombre
  • Éviter les heures les plus chaudes pour sortir à moto
  • Se méfier du goudron fondu, du verglas d’été, des usagers distraits…

Si vous voyez des compléments à ces conseils, on est preneurs de vos suggestions ! Les commentaires sont là pour ça 😉

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

  • Super article, des tas de bons conseils à retenir et rien de superflu. Au top comme toujours, j’approuve à 200% 😉