Tuto #20 : Remplacer le liquide de frein d’une Kawasaki Z750


Quand il est question d’entretien du système de freinage, on pense facilement aux plaquettes, moins au liquide. Pourtant, au fil des kilomètres, le précieux fluide perd ses qualités d’incompressibilité. Le levier finit par devenir spongieux. Le responsable ? L’humidité, que le liquide absorbe inexorablement – il est hydrophile. La solution ? Une bonne vieille purge, et un remplacement par du liquide neuf, tous les deux ans minimum ! On vous explique rapidement comment procéder dans ce tuto vidéo spécialement dédié à la Kawasaki Z750 !

L’outillage nécessaire

  • Du liquide de frein neuf ! Attention à choisir l’indice DOT correspondant à votre moto – voir sur le couvercle de vos bocaux de liquide de frein.
  • Du nettoyant freins
  • Un bocal de récupération (fait maison, on vous explique ça juste après)
  • Un bout de durit souple transparente pour voir les bulles passer
  • Une clé plate adaptée à votre vis de purge (du 8 pour la Kawasaki Z750)
  • Un tournevis cruciforme pour démonter le couvercle du bocal.

Fabriquer la bouteille de récupération du liquide usagé

Rien de plus simple ! D’abord, trouvez une bouteille plastique se fermant avec un bouchon. Pratiquez un trou dans le bouchon, dans lequel vous enfilez la durit. Serrez un petit collier Rilsan à l’intérieur pour empêcher que la durit ne remonte (voir vidéo). Refermez le bouchon ainsi équipé et votre réceptacle est prêt. On vous l’avait dit que c’était facile 😉

Préparer le terrain

Ce serait dommage d’abîmer la peinture de votre Kawasaki Z750… Le liquide de frein se révélant en effet très corrosif, protégez les parties exposées de la moto à grand renfort de chiffons ou autres papiers absorbants d’atelier. Pensez aussi au réservoir, en cas de projections !

Ouvrez le bocal de frein avant. Utilisez le tournevis avec la bonne empreinte. Les vis de serrage du couvercle ayant tendance à se brider, vous éviterez ainsi de dégrader leur tête en forçant.

Ensuite, retirez le joint, nettoyez-le au chiffon. Profitez-en pour vérifier son état. En cas de coupure ou de trou, il faudra hélas le remplacer…

Purger les freins de votre Kawasaki Z750 : On y vient !

Pour l’étape suivante on fait appel au beau petit récupérateur de liquide de frein qu’on a façonné de nos mains. Décapuchonez la vis de purge le plus près du maître cylindre (du levier de frein, quoi), et engagez-y la durit.

Puis mettez légèrement en pression le levier et desserrez la vis de purge avec la clé plate. Un coup de main pourra vous être d’un bon secours à cette étape. Pompez jusqu’à ce que le niveau de liquide dans le bocal arrive à quelques millimètres de l’orifice d’aspiration. En effet, il ne faut surtout pas faire entrer d’air dans dans le circuit sous peine de le désamorcer ! Quand vous en êtes au plus bas dans le bocal, resserrer la vis de purge avant de relâcher le levier.

Refaites ensuite le niveau de liquide dans le bocal, et recommencez l’opération. Votre objectif est d’éliminer complètement le liquide usagé. Vous serez certain que c’est le cas quand le liquide dans le tuyau aura pris la couleur du neuf.

Pour finaliser la purge de l’étrier, mettez deux ou trois pressions au levier, maintenez-le en pression et desserrez la vis de purge. Si aucune bulle ne remonte dans le bocal, votre mission est accomplie pour cet étrier ! Dans le cas contraire, recommencer l’opération de purge jusqu’à les chasser complètement.

Passez ensuite au second étrier de frein avant de votre Kawasaki Z750.

Finissez en remettant le bon niveau de liquide de frein dans le bocal. Replacez le joint d’étanchéité et refermez le bocal !

Au tour du frein arrière

Reprenez ce processus du début pour le bocal du frein arrière.

Et voilà, vous êtez prêt(e) à reprendre la route. Faites tout de même quelques freinages de test avant de vous lancer dans l’arsouille du siècle.

 

On espère que ce tuto vous a aidé à y voir plus clair sur cette opération pas si compliquée que ça. Rendez-vous très bientôt pour un nouveau tuto mécanique #EnjoyTheRide !

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.