Essai blouson BERING Onyx


L’Onyx est une pierre précieuse. La marque Bering a donc choisi ce nom pour son blouson textile. Pas seulement pour vous mettre en valeur, mais surtout pour vous protéger des éléments, et protéger votre corps. Ou alors, c’est l’inverse ? Je ne sais plus. Passons le blouson Bering Onyx en revue, et voyons ce qu’il nous offre.

Quand l’équipe m’a proposé de tester un blouson Bering, j’ai tout de suite dit oui. Avec le temps, ils nous connaissent chez Motoblouz, et savent de quelles marques nous sommes fan. En ce qui me concerne, j’adore les blousons BERING. Peut-être un côté nostalgique en repensant à mon premier. Ou alors c’est que j’apprécie la coupe et les finitions apportées à leurs produits. Je dirais les deux.

La coupe, une pierre taillée

D’une coupe body-fit (ou cintrée), le blouson Bering Onyx se porte près du corps. Cela donne un côté sportif et vous met en valeur. Du moins, si vous n’avez pas trop abusé après les fêtes de fin d’année. Ce look ira très bien avec un roadster ou une sportive.

Conçu en textile 900 deniers, il n’aura aucun souci à protéger votre peau si vous veniez à chuter. Les protections incluses offrent une solution complète contre les chocs. Épaules et coudes homologués CE. Réglables en hauteur pour ces derniers, par un système de velcros permettant de les adapter à votre longueur de bras. Et, cerise sur le gâteau, il est tellement rare d’avoir une dorsale intégrée ! Là, une vraie dorsale de niveau 1 homologuée CE est fournie.

Flap flap la girafe

Une coupe près du corps ne va pas sans réglage. Quoi de plus désagréable que le blouson qui « flotte » avec la vitesse. Même si avec la nouvelle réglementation qui arrive, à 80 km/h, ça ne devrait plus poser de problème… Imaginons que pris de folie, vous faites un passage sur l’autoroute à 130 km/h. Vous pouvez donc régler votre tour de bras à l’aide d’une sangle et d’un velcro, tout comme le tour de hanches et le col, vous laissant ainsi le choix de serrer plus ou moins. Au niveau des poignets, ils se referment par un zip et une patte en velcro. Le blouson Bering Onyx est donc entièrement réglable en fonction du nombre de couches isolantes que vous portez.

L’isolation, parlons-en. Le blouson Bering Onyx est doté d’une doublure intégrale (corps et manches) thermo-alu amovible. L’ensemble n’est pourtant pas très épais. Étant frileux, je le trouve bien adapté en cette saison. Par les températures actuelles (entre 4 et 8 degrés), je ne porte qu’un tee-shirt thermique et un col roulé épais, comme indiqué dans le guide rouler à moto en hiver. Sur les portions à 90 km/h, pas de souci d’infiltration d’air. Et la doublure remplit parfaitement son rôle. Je n’y resterais pas pendant des heures non plus, mais sur des trajets de 45 min, ça allait.

Le blouson Bering Onyx, multi-saisons

Une fois la doublure enlevée, ouvrez les zip d’aération situés sur la poitrine et le dos. Vous pouvez en été le porter sans pour autant trop souffrir de la chaleur. Je ne les ai pas testés sur ce modèle, mais sur d’autres de la marque, je les ai trouvés très efficaces. Vous êtes également protégé des insectes grâce à un filet les empêchant de venir se balader dans le blouson. Cela ne remplace pas un blouson d’été entièrement ventilé, mais c’est un gros plus.

Au niveau de l’étanchéité, vu les conditions météo de ce début d’année, je n’ai pas eu besoin de passer sous la douche avec – rappelez-vous mon test sur les bottes BERING X-Touring. Comme à son habitude, chez Bering, ils savent s’y prendre sur ce domaine. Pas d’infiltration d’eau à prévoir, vous restez au sec !

Rangements

J’ai été ravi de voir une poche sur la manche gauche. Elle est super pratique, vous pouvez y ranger une carte de paiement, un badge d’autoroute, une télécommande de garage… Sans avoir à chercher dans les autres multiples poches. Vous avez les deux classiques extérieures, et à l’intérieur une dite « rapide » près du zip central. Sur le côté droit, une poche portefeuille sur le blouson et une sur la doublure. Sur le côté gauche, vous avez la même sur le blouson avec une fente sur la doublure pour y accéder.

Je regrette quand même que l’une des poches intérieures ne soit pas dédiée au téléphone. Vous avez quand même la place d’en loger un, au vu de sa taille. Mais sa trop grande largeur fait qu’il n’est pas parfaitement calé.

Comment il taille ?

A la grande question habituelle, il me semble important de préciser que le blouson Bering Onyx taille juste. Entendez par là que si vous aimez être « serré », prenez votre taille habituelle. Si non, optez pour une taille supérieure.

Je rappelle mes mensurations : 1,89 m pour 89 kg (après les fêtes de fin d’année). Et j’ai pris ma taille habituelle, du XL. Avec la doublure et les sous-couches, il est juste. Nul doute qu’une fois la doublure enlevée et avec juste un tee-shirt, j’aurais plus d’espace. Surtout qu’à cette saison la dure période des fêtes sera passée, il restera à survire à celle du barbecue.

Confort8.5
Protection9.5
Isolation8.5
Étanchéité 9.5
Rangements8.7

Mon avis : Une protection au top !

Que pouvons-nous dire de négatif sur ce blouson ? J’ai beau chercher, le retourner dans tous les sens, je ne vois pas. Pourtant, vous savez si vous avez l’habitude de me lire que je suis « sévère », et je ne laisse rien passer. Le Bering Onyx remplit parfaitement son rôle. Protection, isolation, ventilation, rangements et réglages. Et en plus, au niveau du look, il est sobre. Alors c'est le prix son point faible sans doute ? Ha, et bien non plus. Il est clair qu’il fait encore monter la note du rapport qualité/prix.
8.9

Partagez cet article

Thibaud

Amateur de gros roadsters et de routes à virages. La moto pour moi est un loisir, je l'utilise rarement en tant qu'utilitaire, je me balade souvent avec les copains ou en duo avec mon fils.