Essai gants moto Richa Sleeve Lock Gore-Tex


Essai gants moto Richa Sleeve Lock Gore-Tex

Des gants suffisamment fins pour bien ressentir les commandes de sa moto, mais protecteurs et aptes à vous abriter des éléments une bonne partie de l’année ? C’est le pari tenu par les Richa Sleeve Lock Gore-Tex, des gants mi-saison pur jus. Essai sur trois mois en usage routier prolongé, avec de vrais morceaux de voyage dedans.

Des gants mi-saison, pour quoi faire ?

Qu’il pleuve, qu’il vente, vous taillez la route à moto ? Vous recherchez un compromis entre vos gants été par très étanches et vos gants hiver trop chaud et au feeling de pilotage laissant à désirer ? Les gants moto mi-saison seront pour vous le St Graal. Pas d’isolation, mais une étanchéité au-dessus de tout reproche, ça ouvre beaucoup plus de perspectives qu’on l’imagine à priori.

Gants moto mi-saison Richa Sleeve Lock Gore-Tex

Les gant mi-saison Richa Sleeve Lock Gore-Tex

Pour ma part, j’utilise ainsi ce type de gants moto une bonne partie de l’année. Ok, au-dessus de 25°C, je sors mes gants légers et ventilés. Mais en hiver, ma moto étant équipée de poignées chauffantes, la présence d’une bonne couche d’isolant au dos de la main n’est requise qu’en dessous de 5°C. Selon où vous habitez, ça peut couvrir la plus grande partie de l’année !

Qui plus est, les gants moto dans cette gamme profitent souvent d’un style assez sobre, loin des standards typés racing ou du flashy à gros logo. C’est en tout cas le cas des Richa Sleeve Lock, dont le noir uniforme est tout juste rehaussé du gris des divers inserts réfléchissants. Sobre de jour, flashy de nuit !

Richa Sleeve Lock Gore-Tex, des gants sobres

Un style sobre mais efficace

Étanches, les Richa Sleeve Lock Gore-Tex ?

Le Gore-Tex, tout le monde connaît. Cette membrane à la fois étanche et respirante fait ses preuves depuis des années dans l’équipement du motard. Mes impressions face à la pluie avec les gants, blousons, pantalons et autres bottes moto dotées de cette membrane ont toujours été positives. Même mon matos de rando équipé Gore-Tex ne m’a pas déçu sur le plan étanchéité (alors que le même avec une membrane « maison » du fabricant ont clairement laissé à désirer).

Sur ses Sleeve Lock Gore-Tex, Richa a fait appel à du Gore Grip. Si question étanchéité et respirabilité, la membrane offre la même prestation, sa mise en œuvre s’avère bien différente. Au lieu de flotter entre le cuir extérieur et la doublure, les trois épaisseurs sont solidaires. Principal avantage : le feeling des commandes ! La doublure ne glisse pas contre la membrane, pas plus que la membrane contre le cuir. Le toucher y gagne grandement et plaisir de pilotage avec lui.

La membrane étant collée tout autour de la main jusqu’au bout des doigts, c’est quasiment comme si vous portiez un gant monocouche. Franchement, c’est hyper agréable.

étiquette Gore-Tex gants moto

L’étiquette de la célèbre membrane anti-pluie Gore-Tex rassure sur l’étanchéité

Un gant moins mouillé

Second avantage (relevé par mes soins et pas spécialement mentionné par Gore dans ses communications autour du Gore Grip) : la membrane collée limite le « pompage » d’eau par les différentes épaisseurs du gant lors des longs trajets sous la pluie. À ce que j’ai pu constater, les mains restant bien au sec, le cuir finit par s’imprégner de flotte (normal), mais c’est tout. Pas de poche d’eau ou de pièce qui stocke un excès de liquide en dessous. Autrement plus agréable sous la pluie que cette sensation de gant serpillière, croyez-moi. Et en bonus, les gants sèchent plus vite une fois à destination. Toujours bon à prendre.

Gants moto avec membrane Gore Grip

La membrane Gore Grip, un feeling remarquable mais un rodage long

Main de velours dans un gant de fer

Que des avantages, alors, le Gore Grip ? Non, le port répété des gants Richa Sleeve Lock Gore-Tex a révélé un truc un peu pénible : la raideur des doigts. Tous les gants neufs se montrent raides ; eh bien les gants Gore Grip le sont un poil plus et pour plus longtemps. Il m’a fallu davantage de temps pour qu’ils se fassent à ma main ; après 2 mois d’usage, le ressenti n’était pas encore parfait. Concrètement, il faut davantage « lutter » pour serrer les poignées de la bécane, et sur longs trajets c’est pénible. Pour autant, je continue à trouver la solution du Gore Grip cool, parce que d’expérience, l’équipement long à roder offre également la plus longue durée de vie. Donc pas de regret. Il faut juste le savoir.

Et du fait de cette conception, les Richa Sleev Lock sont hyper faciles à enfiler. Mieux, ils ne vous feront pas le coup de la doublure qui se barre au niveau des doigts – rien que ça , ça légitime le prix !

Sleeve Lock étanchéité manchette

Promis, mes mains sont restées sèches ! Vous testez avec vos gants ?

Manchette Sleeve Lock : Ça ruisselle dehors

L’autre secret d’une bonne paire de gants pour garder les mains au sec, c’est la manchette. Les gants étanches aboutis la portent longue pour limiter les remontées de flotte le long des manches. Cela étant dit, comme le serrage s’effectue en général par-dessus la manche du blouson, pour peu que votre guidon soit un peu bas, l’eau finit souvent par ruisseler jusqu’à l’intérieur du gant (vécu bien des fois…) Bien la peine de claquer un bout de son PEL pour des gants étanches haut de gamme !

Aperçu Sleeve Lock Richa

Pensez à bien engager le manchon sous la manche de votre blouson avant de tenter l’expérience !

C’est là que le système Sleeve Lock de Richa prend tout son sens. La manchette comporte un soufflet interne en textile imperméable qu’il vous faut loger à l’intérieur de la manche du blouson. Refermez ensuite la manche du blouson et recouvrez le tout de la partie extérieure de la manchette. Vous avez là une barrière infranchissable pour l’eau de ruissellement. Un œillet est même prévu pour purger le liquide. Testé et approuvé. Tellement simple et efficace que je me demande pourquoi on ne croise plus souvent ce système.

Raclette anti-pluie gants moto

La raclette, efficace pour balayer l’écran à basse vitesse

Pluie, suite et fin

Dernière caractéristique pour les motards hydrophiles : la raclette sur l’index gauche. Perso, je ne suis pas fan de cet accessoire parce que j’ai toujours peur d’entraîner des poussières abrasives et de rayer l’écran de mon Schuberth C5… Comment ça maniaque !? Prêt à tous les sacrifices pour vous, j’ai quand même testé et je la trouve particulièrement efficace. Un balai d’essuie-glace, en plus petit. Ça sent l’espionnage industriel chez Valeo, cette affaire.

D3O gants moto

L’insert de mousse côté paume est lui aussi en D3O

Protection, norme et tout le tralala

Assez parlé de confort ! Petit coup d’œil aux facultés des gants Richa Sleeve Lock Gore-Tex en matière de sécurité. L’étiquette (et la fiche technique Motoblouz) nous enseigne qu’ils garantissent un niveau de protection 1 KP selon la norme EN 13594 de 2015, soit le plus adapté à un usage routier. La mention KP (pour knuckle protection) précise qu’ils embarquent un renfort au dos de la main. On n’a pas affaire ici à une bête coque rigide, mais à un insert de D3O, matériau bien installé dans l’équipement moto, et pour cause : il s’avère souple à l’état naturel, mais réagit comme un élément plus solide en cas d’impact. Le mix confort et protection, en somme le beurre et l’argent du beurre quoi !

Et contrairement à une coque en résine ou en carbone, pas besoin de rembourrer la zone de contact avec la main. Les matériaux rigides ont en effet la fâcheuse tendance à causer des lésions aux tendons lors des impacts, ce qu’un matériau souple comme le D3O vous épargnera. Encore un point pour la finesse, la légèreté et donc le confort.
On retrouve aussi un pad de D3O côté paume pour amortir les chocs à la base de la main.

Le SuperFabric, un textile très résistant à l'abrasion

Les inserts de SuperFabric, ces empiècements façon micro écailles

Cuir, polyamide et SuperFabric

Avec la paume intégralement en cuir, doublé sur les zones exposées, la résistance à l’abrasion s’annonce correcte. Sur le dessus des doigts, la marque belge a ajouté de petits empiècements de SuperFabric, un textile reconnu pour sa très haute performance en la matière – sans rien perdre en souplesse. J’ai eu l’occasion de tester la résistance d’un empiècement de SuperFabric sur un blouson lors d’une gamelle contre le bitume, et ça m’a convaincu de la solidité de ce matériau. J’imagine que le prix au mètre carré n’est pas donné, parce que les fabricants n’en abusent pas dans leur équipement. Dommage !

Paume gants moto Richa Sleeve Lock

La paume est en cuir à 100%

Serrage : Du simple au double

Sur des gants routiers, la norme impose une sangle de maintien au niveau du poignet pour prévenir l’arrachement du gant. Le reste s’avère facultatif. Ça tombe bien, le zip de serrage sur la manchette joue lui aussi un rôle facultatif : il est aussi peu pratique d’utilisation qu’efficace… Gant enfilé, il est très difficile de faire avancer le curseur sur ses rails, aussi bien pour ouvrir que fermer le zip. Les inconvénients des zips étanches à lèvre. Qui plus est, le zip fermé n’apporte pas grand-chose au serrage de la manchette. Il ne sert manifestement qu’à faciliter la mise en place du manche du blouson par-dessus le manchon Sleeve Lock. Rien ne vous empêche d’ailleurs de rouler zip ouvert.

Serrage poignet gants moto

Le serrage poignet est au top, le zip manchette fait moins bien

 

Voir la fiche produit des gants Richa Sleeve Lock Gore-Tex

Qualité/Finition5
Facilité d'enfilage5
Souplesse4
Étanchéité5
Protection4
Feeling des commandes4.5

Mon avis : Un grand confort qui se mérite

Si vous cherchez les gants ultimes pour garder les mains au sec, vous allez trouver votre bonheur avec les Richa Sleeve Lock Gore-Tex ! Moi qui suis fan des gants mi-saison tout au long de l'année, ils remplissent parfaitement ce rôle. Légers, confortables, protecteurs et sobres à la fois, je ne taris pas d'éloges à leur égard auprès de mes potes motards. Reste simplement à savoir qu'il vous faudra faire preuve de patience pour les roder comme il faut. Pour les mettre à votre main, j'ai envie de dire. Les gants Richa Sleeve Lock Gore-Tex, compagnons rêvés des roule-toujours !
4.6

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis fan inconditionnel de routes à virages. La moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.