Essai gants Overlap London Lady


L’hiver est bien arrivé et ce, même en Sudie. S’il y a une partie de notre corps aux premières loges des vents glacés, ce sont bien nos mains. Pour ne pas perdre toute sensibilité, et garder ses doigts en intégralité, une des solutions les plus simples est de choisir des gants hiver. Ici, je teste pour vous les gants Overlap London Lady.


Praticité et style

Bien que créés pour l’hiver, les gants Overlap London Lady n’ont pas l’aspect de gants de ski, et heureusement. Ils sont dotés d’un cuir suédé, disponible en noir ou en marron, qui leur donne un petit look rétro qui allait très bien avec mon casque Astone Super Retro.

Ce cuir, en plus d’être joli, possède d’après la fiche produit une membrane étanche et respirante. Je n’ai malheureusement pas pu tester l’étanchéité car je n’ai rencontré que quelques gouttes sur mes derniers trajets… Mais je peux vous dire que les gants séchaient assez rapidement une fois la promenade terminée.

Les ingénieurs de chez Overlap ont aussi pensé praticité en incluant deux inserts tactiles sur chaque gant : le bout de l’index et celui du pouce. Les écrans tactiles réagissent très rapidement. Ceci permet de ne pas avoir à retirer ses gants pour trouver un itinéraire ou, comme ce fut mon cas, prendre des photos. Ce sont les premiers gants que je possède qui ont cette option, et j’ai trouvé ça extrêmement pratique.

Confort et chaleur

Depuis que j’ai mon permis, j’ai rarement conduit avec des gants hiver. A chaque fois que je m’en suis achetés, je m’en débarrassais quelques semaines plus tard car je n’arrivais pas à m’y faire. Je les trouve souvent trop épais. Ainsi, ils me donnent l’impression de ne plus sentir ce que je touche et d’avoir moins de prise sur mes poignées. J’ai préféré privilégier jusqu’alors la pose de poignées chauffantes et le port de gants Rev’It mi-saison.

Mais il est toujours intéressant de comparer avec de nouveaux produits et éventuellement, de trouver de nouvelles alternatives. C’est pourquoi je me suis dirigée vers les gants Overlap London Lady.

De prime abord, j’avais assez peur qu’ils soient comme mes précédents gants hiver. A savoir, trop épais. J’ai été très agréablement surprise lorsque je les ai enfilés et que j’ai pris mes poignées en main. Malgré une épaisseur plus que raisonnable, je sentais correctement tout ce que je touchais.

J’ai d’ailleurs allumé mes poignées chauffantes pour voir si la chaleur remontait bien jusqu’à mes paumes malgré les différentes couches… Et, ce fut bien le cas ! Ainsi, si vous êtes très frileuse des mains, vous pouvez très bien allier les deux.

Bien qu’ils ne soient pas aussi épais que des moufles de ski, les gants Overlap London Lady gardent très bien la chaleur. Ce, notamment grâce à une doublure en velours qui, en plus plus d’avoir un atout thermique, est également très douce.

Protection des gants Overlap London Lady

Si les gants Overlap London Lady protègent bien du froid, ce n’est pas la seule chose qu’on leur demande de protéger. Je suis restée assez dubitative quand je les ai vus sur le site.

Je fais partie des motardes qui ne conçoivent pas de rouler sans gants, lesquels sont d’ailleurs obligatoires depuis 2016. Et je fais partie aussi de ceux qui privilégient une protection poussée. A savoir avec une coque pour les phalanges du poing ainsi qu’un renforcement pour les phalanges des doigts et pour la paume.

Si les gants Overlap London Lady paraissent ne posséder aucune coque lorsqu’on y jette un rapide coup d’œil, ils en possèdent bien une. Elle recouvre bien les phalanges du poing. La paume de la main est également dotée d’un renforcement. Cependant, le reste des os des doigts n’ont pas de protection supplémentaire, autre que le tissu, ce que je regrette.

Look3.5
Confort4.3
Praticité 4.5
Protection2.8

Mon avis : un bon look rétro mais une utilisation limitée

Malgré un look rétro plaisant et un confort indéniable, je reste dubitative quant aux protections offertes par les gants Overlap London Lady. Je les conseillerais donc plutôt pour un usage en scooter ou en ville.
3.8

Partagez cet article

Chloé

Motarde de 24 ans, j'ai eu mon permis en septembre 2015. Après avoir arpenté les routes de la région parisienne, je parcours maintenant la région montpelliéraine au guidon de mon ER6N. J'essaye d'allier ma vie de tous les jours à mon identité de motarde !