Blouson lumineux Raylier : Visible mais pas voyant !


Que diriez vous de gagner en visibilité dans la circulation sans sacrifier votre look au passage ? C’est ce que les gens de chez Raylier vous proposent avec leur blouson orné de LED. De quoi attirer à coup sûr l’œil des autres usagers de la route ! On le découvre ensemble.

Le Salon EICMA de Milan est un repaire d’idées de génies. Parmi elles, on a bien aimé le blouson moto lumineux Raylier, qui nous a tapé dans l’œil au détour d’une allée. Difficile de le manquer, en même temps : avec ses zones électroluminescentes intégrées à l’avant et à l’arrière du buste ainsi que sur les épaules, le Raylier appelle le regard efficacement… Le tout dans une élégance classique de cuir moto, que les LED en question ne défigurent pas le moins du monde. Jetez un coup d’œil aux photos de la galerie, on est loin du sapin de Noël, non ? Pour moi, c’est là sa belle réussite.

Blouson lumineux Raylier : Visible, mais pas voyant !

Même s’il n’est pas le premier sur le segment – j’avais pu tester un blouson textile d’esprit similaire, le Bering Luminous – le blouson Raylier apporte son petit lot d’innovations. D’abord, le blouson de la startup française se montre autrement plus visible que son prédécesseur. Son secret ? La puissance des LED et leur surface. Même de jour, ça brille bien ! On évoquait la question dernièrement, question visibilité dans la circulation, le gain est certain. Un mode clignotant est également prévu, activable à l’aide d’un bouton placé au niveau de la ceinture.
Mieux, grâce à un capteur de décélération, le blouson jouera le rôle de rappel de feu stop, un peu à la façon du Cosmo Connected que vous commencez à bien connaître.

À l’avenir, le Raylier disposera d’options intéressantes, à commencer par des clignotants connectés à ceux de la moto, histoire de rendre vos changements de direction plus parlants. L’installation pourra s’effectuer dans un second temps. Thibaud, l’un des fondateurs, nous a expliqué que le système était « plug and play » : vous branchez, ça marche. Confiant dans sa fiabilité, Raylier garantira d’ailleurs son blouson deux ans. Et en cas de souci, vous pourrez opérer vous-même si vous le souhaitez : tout est remplaçable facilement.

Huit heures d’autonomie

La batterie est un powerbank classique raccordé au système via un port USB et logé dans une poche spécifique. Ce qui signifie que vous pourrez aussi vous en servir pour recharger votre smartphone de temps en temps. Raylier annonce 8 heures d’autonomie. De quoi partir en balade tranquille.

Du côté de la fiche technique plus classique d’un blouson moto, le Raylier intègre des coques certifiées CE de niveau 1 aux épaules et aux coudes, ainsi qu’une doublure hiver amovible. Le minimum syndical, quoi. Bonne nouvelle pour les motardes qui nous lisent, une version féminine est également prévue.

Budget : Costaud, sauf pour les premiers clients

La version que nous avons pu observer avec admiration n’est qu’un prototype. Afin de lancer la production, Raylier a lancé un Kickstarter, qui a dépassé son objectif dès le deuxième jour. Signe que les motards concernés par leur sécurité sont nombreux !

Pourtant, le budget à débourser n’est pas anodin. Thibaud nous a parlé d’un prix public TTC final flirtant avec les 750 €. Si vous êtes tentés mais que ce tarif vous dissuade de franchir le cap, sachez que vous pouvez précommander le blouson et ainsi le toucher à moins de 600 €. Vous avez jusqu’à la fin du mois de novembre 2018 pour trancher la question !

Pour finir, rien de tel qu’une petite vidéo de présentation du projet !

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

  • Super ! Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises, ce genre d’innovation va clairement dans le bon sens, mais pour que celles-ci trouvent vraiment leur place dans les habitudes des motards, il est indispensable de les voir intégrées dans les équipements « usuels » et que le tout reste discret et peu contraignant à l’usage. Et là, c’est exactement ça !