Test du jean ESQUAD SAND


jean esquad sand - dos

Le Jean moto est un des équipements le plus souvent absent de la garde robe du pilote. Les raisons sont multiples : look trop marqué, confort relatif, prix trop élevé… La marque Française Esquad nous propose une alternative qui, sur le papier, se présente comme une solution confortable et très discrète. Vérifions ensemble si le jean moto ESQUAD SAND tient toutes ses promesses…

Comme beaucoup de pratiquants urbains, et d’autant plus que je ne dispose pas de facilité pour me changer au taf, je ne porte quasiment jamais de jean moto pour me déplacer. Je l’ai regretté lors de ma chute de l’hiver 2018. Le haut de mon corps avait été totalement épargné grâce à la veste grizzly FURYGAN mais mon genou gauche n’avait pas apprécié le contact avec le bitume.

Vous avouerez que lorsqu’on porte les mêmes fringues toute la journée pour bosser (d’autant plus lorsqu’on ne travaille pas en position statique), le port d’un jean doit être très confortable et les protections de genoux notamment peuvent vite devenir gênantes.

Le jean ESQUAD SAND au déballage

Le jean n’est pas trop lourd. La coupe supposée Slim n’est pas plus ajustée que mes jeans habituels (qui ne sont pas dans la catégorie Slim). Pas besoin de chausse-pieds pour l’enfiler.

La teinte n’est pas très à mon goût. On a affaire à un bleu indigo plutôt clair, avec un effet délavé « nuageux », pas de trace d’usure comme sur un brut « worn ». Mais ça, c’est une affaire de goût.

La finition, quant à elle, n’est pas exempte de défauts : les fils de  coutures qui dépassent sont nombreux. Je tire dessus avec un peu d’appréhension mais les coutures ne bougent pas.

jean esquad sand - etiquette arrière

pas de fioritures, peu d’indice sur la nature du jean

Le design du Jean est hyper classique : c’est un cinq poches sans fioriture. La discrétion est une de ses principales qualités. Si on n’installe pas les protection de genou, rien ne laisse deviner qu’il s’agit d’un jean moto. La seule petite fantaisie se situe au niveau des poches avant : un léger ourlet ceint les poches, pas très marquant et pas hyper confortable, on a l’impression que cela réduit la facilité à glisser ses mains à l’intérieur.

L’envers du décor

En retournant le jean, on observe que la doublure grise en popeline qui accueille les poches de protections et les renforts anti abrasifs « ESQUAD Protex » occupe l’avant (du bas des genoux jusqu’à la taille) et l’arrière (zone glutéale … les fesses quoi). Cette doublure est très douce et participe au très bon confort général du Jean.

jean esquad sand - doublure avant

la doublure en popeline très douce qui intègre le revêtement anti abrasif et les poches des protections

jean esquad sand - doublure arrière

doublure du glutéal 😉

Les protections, genoux ET hanches, sont bien présentes. Si celles des hanches sont d’aspect standard, celles des genoux sont plus particulières. Elles se présentes sous la forme de pièces alvéolées vert pomme sur une face, garnie de feutre noir sur l’autre. Elles sont homologuées CE de type 1. Très légères et très souples, elles sont plates, et pas préformées, ce qui a une incidence sur le confort. Elles peuvent se loger dans trois poches différentes pour ajuster leur hauteur. Rappelez vous que c’est sur la machine que vos protections sont placées correctement, pas en position de marche!

jean esquad sand - protections

les protections fournies avec le jean Sand, toutes homologuées CE niveau 1

Pour parfaire le tableau, le jean Sand dispose de deux boutons dissimulés sur l’envers des chevilles pour vous permettre de placer les deux liens fournis qui éviteront à votre Jean de trop se relever en conduite.

jean esquad sand - bouton cheville

On l’enfile et c’est parti !

Dès le premier essayage, on se rend compte que la toile du jean ESQUAD SAND est très souple et très douce. On n’a pas la sensation du tissu un poil rêche d’un jean neuf. Les protections de hanches sont très discrètes, elles ne se voient pas et on ne les ressent pratiquement pas non plus.

C’est une autre limonade pour les protection de genoux. Leur nature non préformée les rend très visibles puisqu’elles restent plates sous le jean en position debout. Certes, si le jean vous colle vraiment comme un Slim, l’effet doit être atténué mais sur ma morphologie, ce n’est pas le cas. Le phénomène s’estompe sur la machine avec les genoux pliés puisque les protections se « plient » pour suivre la contrainte du tissu.

jean esquad sand - côté

le jean esquad sand de côté

jean esquad sand - avant

une coupe passe partout, pas si slim que ça.

Du coup c’est à l’usage que les qualités du SAND se font ressentir. Le confort est très bon car la toile et la doublure sont d’une grande douceur.

Toutefois, deux problèmes apparaissent. Rien de rédhibitoire mais à prendre en compte : la coupe du jean vous laisse avec le bas du dos en partie découverte lorsque vous êtes en position sur la machine. Pensez, si vous le pouvez, à le relier à votre blouson pour éviter les ponts thermiques. Ensuite, le tissu qui compose le jean est plutôt doux ce qui lui confère une assez piètre adhérence sur la selle. On glisse un peu plus qu’avec un jean normal.

Un basique qui fait le job

Mis à part ces deux détails, le jean ESQUAD SAND rempli son office. Il est confortable et sa technologie embarquée réduira la taille des pizzas qui orneront vos guibolles lors d’une prochaine chute. Car si les coques protègeront vos articulations, la doublure Para Aramid ne constituera pas une armure indéfectible pour autant. Rappelons que le but d’un jean moto est de résister le plus longtemps possible à l’abrasion, mais qu’il finira inéluctablement par lâcher.

Voir la fiche produit

Coupe3.3
Confort4.5
Finitions3
Protection thermique3.8
Coques 3.5
Rapport qualité / prix3.5

Notre avis : un jean moto sobre et confortable

Le jean moto Esquad sand est un modèle d'une grande sobriété. Si la teinte du la toile vous plait et que vous ne supportez pas les jean trop marqués "motard", son confort et ses protections incluses vous raviront. Pour le prix très contenu, la finition n'est pas exempte de défauts, mais rien de dramatique.
3.6

Partagez cet article

Anthony

Passionné de moto et friand de tout ce qui touche à la culture motarde depuis l'adolescence, je ne suis pratiquant que grâce à la crise de la quarantaine. Je reste, pour le moment, scooteriste quotidien et par tous les temps depuis bientôt 4 ans. Je soigne mes trajectoires et pose le regard comme un vrai, pour le genou on verra plus tard!