Essai sac à dos Moto DXR Ruben


Au quotidien, que ce soit pour se rendre au travail ou pour de courtes balades, il est bien pratique de disposer d’un sac à dos de petite capacité. Or, il est parfois difficile de trouver un sac compact adapté à l’usage du deux-roues. C’est ce que propose ici la marque DXR. Le sac à dos DXR Ruben, d’une capacité de 25 litres, s’adresse à ceux qui ont besoin de transporter quelques dossiers, un ordinateur portable, des gants de rechange ou encore un pantalon de pluie. Oubliez l’idée d’y loger un casque, une paire de bottes moto ou tout autre objet volumineux. Ce sac n’est pas fait pour ça. Le but du Ruben est de faciliter le transport d’objets de « tous les jours ». Ce qu’il fait avec un certain brio pour un tarif très serré, comme souvent chez DXR.

Sac à dos DXR Ruben, le sac stylé qui sait se faire oublier

Avec son textile gris chiné arborant la structure nid-d’abeilles propre à la marque, le sac à dos DXR Ruben possède un look à la fois très attrayant et assez passe-partout. Que vous soyez possesseur d’une sportive, d’un roadster ou d’une machine néo-rétro, ce sac à dos s’accordera à tous les styles de motos, et à toutes les tenues.

Les attaches et les fermetures zip employées sont robustes. Et après 2 mois d’utilisation, elles ne laissent apparaître aucun problème.

Le dos ainsi que les sangles sont garnis d’un tissu mesh qui recouvre une mousse de confort positionnée aux endroits stratégiques. Même chargé, l’appui du sac est ainsi réparti au mieux. Et même en le portant tout une après-midi (ce qui a souvent été le cas lors de cet essai) aucune gêne n’est à signaler.

Pour moi, LE gros point fort du sac à dos DXR Ruben vient de sa forme évasée sur le bas du sac, conjuguée à une hauteur assez limitée. Cette combinaison lui permet de ne jamais gêner les mouvements du pilote. Même en sportive, il s’agit d’un des rares sacs qu’il m’ait été donné de porter, que j’arrivais à complètement oublier après plusieurs heures de route. Cette forme permet également au sac d’être complètement caché derrière le pilote, et donc de n’opposer aucune résistance au vent. Même sur voies rapides, le sac à dos DRX Ruben ne bouge pas d’un iota.

Capacité limitée mais gêne minimale

Les 25 litres de contenance annoncés sont surtout partagés entre les deux poches principales du sac à dos DXR Ruben. Cependant, à cause de la forme évasée dont je vous parlais, ces volumes sont en réalité bien moins exploitables que sur d’autres sac de même contenance et à la forme plus conventionnelle, comme le DXR Aronn par exemple ou encore le DXR Over-Craft (un peu plus volumineux, voir le test de Loïc). Dans la pratique, il sera impossible d’y loger davantage qu’une petite boîte à chaussure dans la poche principale.

La pochette avant de type organizer, avec ouverture latérale, permet de saisir rapidement un objet sans avoir à dézipper le sac sur tout son pourtour. De la même façon, une petite poche également munie d’un zip à ouverture latérale se trouve sur le bas du dos. Elle est idéalement dimensionnée pour accueillir vos papiers ou votre téléphone.

La grande poche la plus proche du dos permet bien d’accueillir un ordinateur portable jusqu’à 15″ (testé par mes soins). Il sera protégé des chocs par la mousse de confort précédemment évoquée.

Un sac avec de multiples réglages pour s’adapter à toutes les morphologies…

Le sac à dos DXR Ruben dispose de plusieurs réglages permettant de l’adapter à votre morphologie :

  • un réglage de la longueur de la ceinture ventrale,
  • un ajustement de la longueur des bretelles,
  • et un ajustement en largeur et en hauteur de la sangle pectorale.

Cette sangle pectorale est d’ailleurs munie d’un système d’élastique permettant d’assurer une tension toujours idéale entre les deux bretelles, sans gêner les mouvements de la cage thoracique.

… ou presque !

Seul regret, ledit réglage de la ceinture ventrale me semble un peu trop limité. Avec mes 95 cm de tour de taille et en portant une dorsale (dorsale autonome Dainese Manis D1 sous un blouson Dainese Avro C2), la longueur à laquelle j’ai dû régler cette ceinture atteignait presque son maximum.

Il restait 2 à 3 cm de sangle max disponible, ce qui pourrait poser problème à certains pilotes. Quelques centimètres de plus auraient été les bienvenus. D’autant que la sangle pectorale et les bretelles laissent une marge de réglage plutôt importante.

Attention à la pluie !

Prenez garde, le sac à dos DXR Ruben n’est pas un sac étanche ! Cependant, les équipes de DXR ont tout prévu. Vous trouverez dans la poche située sur l’avant du sac une housse de pluie. Nécessitant d’être correctement installée, celle-ci fera office de dépannage. Elle ne remplace pas le côté pratique d’un sac étanche, surtout par forte pluie. Celle-ci est faite en tissu haute visibilité qui vous permet d’être vu de nuit ou par mauvais temps.

A ce sujet, on remarque aussi un liseré rétro-réfléchissant positionné le long du zip de la poche arrière. Toujours bon à prendre pour vos trajets nocturnes.

Conseils : un sac à dos à moto d’accord, mais pas n’importe comment

Une nouvelle fois, je profite de cet essai pour vous prodiguer quelques conseils.

Le sac à dos reste un des bagages les plus répandus et appréciés en moto. Simple et abordable, il est largement adopté par les conducteurs de roadsters, sportives et autres motos dépourvues de top case ou de valises.

Pratique le sac à dos, certes, mais attention à ce que vous y mettez. En effet, une des erreurs classiques est d’y ranger des objets solides, lourds ou contondants qui deviendraient en cas de chute même bénigne, extrêmement dangereux pour votre colonne vertébrale. Même avec un sac disposant d’une importante couche de mousse de confort au niveau du dos, à l’instar du DXR Ruben ici testé, il faut absolument proscrire le transport d’objets tels qu’un antivol, une bouteille ou autre objet solide. Et même avec une dorsale. L’objet en question aurait vite fait de créer un point d’appui important sur une ou plusieurs vertèbres, et ainsi augmenter considérablement le risque de traumatismes.

Dans l’absolu, je vous recommande de vous limiter aux transports d’objets mous, et peu volumineux sur votre dos. Comme par exemple des vêtements de rechanges, documents, paire de gants… Si vous vous retrouvez avec un objet à transporter, dangereux pour votre dos, n’hésitez pas à fixer votre sac sur la selle de la moto. Et pour faire face à toute éventualité, n’hésitez pas à toujours emmener avec vous une paire de sandow (tendeur, extenseur ou même un bout de fil) sous votre selle ou dans le sac.

Pour plus d’informations à ce sujet, je vous recommande également la lecture de cet article de MotoMag.com.

Volume utile6.5
Étanchéité (avec housse)5
Aspects pratiques9
Confort9.5
Ergonomie8.5

Mon avis : idéal au quotidien

Qu'il s'agisse de transporter votre ordinateur portable, vos dossiers ou vos affaires de pluie, le sac à dos DXR Ruben vous rendra bien des services au quotidien. La capacité d'emport est certes limitée, mais celle-ci se traduit par une prise au vent quasi-nulle et une gêne minimale. Pour autant celui-ci ne fait pas l'impasse sur la qualité de fabrication et les aspects pratiques, tout en conservant un tarif ultra-contenu comme souvent chez DXR.
7.5

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Cédric

Enseignant de la conduite et de la sécurité routière depuis 8 ans et motard depuis plus de 14 ans, j’ai lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" dans le but de partager le regard particulier que je portais sur l'actualité auto/moto, tout en amenant les lecteurs à penser “en dehors du cadre” concernant les événements en lien avec notre passion. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié concernant la “Route”, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation, en dépassant les dogmes et en apportant les éléments nécessaires pour se forger sa propre opinion.