Essai blouson Dainese Avro C2


Présente sur le marché depuis plus de 45 ans, la marque italienne Dainese a acquis ses lettres de noblesse en compétition de vitesse. Même si elle a débuté en centrant sa production sur les pantalons de motocross. On se rappellera toujours de Freddie Spencer et de sa combinaison bleue assortie à sa Honda NS 500 à 3 cylindres, au début des années 80 ! La marque italienne s’est ensuite rapidement imposée comme référence dans le monde des motards grâce à la qualité de ses équipements. Qu’il s’agisse du soin apporté au choix des matériaux, du niveau de protection offert aux pilotes* ou plus simplement, du look : Dainese ne fait jamais les choses à moitié. Aujourd’hui, la marque nous le prouve encore avec le blouson Dainese Avro C2.

Équipé d’une dorsale Manis D1, le Dainese m’a accompagné pendant plus d’un mois au quotidien. Période pendant laquelle j’ai eu l’occasion de l’essayer sur une large plage de températures… Ce blouson en cuir, orienté racing, se montre étonnamment polyvalent ! Je vous le présente aujourd’hui.

Note : En tant qu’habitué de la marque, mes principaux points de comparaison se font par rapport à mon précédent blouson d’une gamme équivalente chez Dainese, le Rapier de 2012 équipé de la dorsale Wave.

Présentation du blouson Dainese Avro C2 !

Dès que l’on pose les yeux sur le blouson Dainese Avro C2, on s’aperçoit du soin apporté à l’assemblage des pièces de cuir et à leurs coutures. L’épais cuir bovin est de qualité, et il se montre peu rigide. Même neuf, il atteindra une souplesse « normale » après quelques jours seulement.

Les épaules sont ornées de protections en métal sur lesquelles figure le logo Dainese. Elles sont fixées aux coques en plastique co-injecté, présentes sous le cuir. Attention : ces protections métalliques sont sensibles aux rayures. Toujours sur les bras, juste au dessous de ces protections, on retrouve un marquage « Dainese » directement embossé dans le cuir, de façon très soignée bien sûr.

Une de mes inquiétudes, était de savoir comment aller rendre visuellement les quatre « coussinets » sur l’avant du blouson. Des renforts antiabrasion. Au final, ils s’intègrent mieux que ne le laissaient supposer les photos ! Et leur épaisseur est suffisamment négligeable pour les oublier.

La dorsale Dainese Manis D1 se présente sous la forme de cinq éléments en polypropylène. Ils sont tous articulés par deux solides bandes élastiques. Et ils sont tous très largement perforés sur toute leur surface pour une bonne aération. Côté dos, une épaisse protection en mousse à densité élevée améliore le confort… Tout en assurant une répartition optimale de l’impact en cas de choc.

Focus sur les aspects pratiques

Le blouson Dainese Avro C2 est équipé d’une doublure amovible. Particularité : elle ne couvre pas seulement le thorax à l’instar d’autres modèles, mais bien l’intégralité du haut du corps. Bras inclus. En plus, les manches de la doublure se terminent par une bande élastique qui resserre le poignet. Ceci permet d’éviter les infiltrations d’air froid dans la manche. Et c’est plutôt efficace.

Le blouson dispose de deux poches intérieures dont une sur la doublure. Une fois retirée, quand les températures sont plus clémentes, on accède à une poche supplémentaire placée directement sur la toile en mesh. Peu importe la configuration, on a donc toujours deux poches intérieures.

En ce qui concerne les poches extérieures, elles sont un peu hautes (comme souvent chez Dainese et Alpinestars d’ailleurs). Mais aucun souci pour les atteindre quand vous êtes assis sur la moto. Autre chose : il ne s’agit pas de poches à faible contenance comme on en trouve parfois sur les blousons sportifs ! Ce sont de vraies grandes poches dans lesquelles on peut saisir un objet tout en conservant les gants (été ou mi-saison).

Le réglage à la taille s’effectue par des sangles en cuir munies de velcros. Le passant est solide, et rassure sur la tenue dans le temps. Il s’agit d’ailleurs du même système que celui de mon précédent blouson. Il n’a pas bougé en 5 ans de bons et loyaux services ! Même chose pour les poignets. La fermeture s’effectue aussi par des pattes munies de velcro. Un zip est aussi présent sur l’avant-bras pour faciliter l’enfilage.

Le blouson Dainese Avro C2 dispose bien entendu d’un zip à la taille… Ceci vous permet de le connecter à un pantalon de chez Dainese.

Je sais que certains ont déjà déploré quelques problèmes avec les fermetures éclair des équipements Dainese. Pour ma part, je n’ai jamais rencontré ce problème. Même avec un usage intensif.

Le blouson Dainese Avro C2 pour un confort remarquable

De longues bandes de tissu stretch (tissu bi-élastique S1 signé Dainese) partent du col, parcourent les manches, passent sous le bras, jusque dans le dos. Elles participent grandement au confort offert par le blouson Dainese Avro C2. Que ce soit d’ailleurs en position plutôt droite, sur un roadster, ou en position plus allongée sur une sportive.

Un insert de ce même tissu étirable a été placé à l’arrière du col. Il évite ainsi que le blouson ne tire sur l’arrière du cou. Une avancée des plus remarquables par rapport à mon ancien blouson qui ne comportait pas cette partie… En effet, en position très allongée sur la moto, le haut du col pouvait gêner la position du casque. Ici : aucun problème.

Toujours au sujet du col, il est aussi équipé d’une double pression pour faire varier sa largeur. Bien pratique pour pouvoir éventuellement mettre un tour de cou épais les jours les plus frais.

Une protection de très haut niveau…

Dainese nous propose comme à son habitude de très longues et larges protections aux avant-bras (homologuées selon la norme EN 1621.1/97). On peut même dire qu’elles sont parmi les plus couvrantes du marché.

Attention : il n’y a pas de dorsale fournie avec le blouson, comme souvent chez Dainese. Pas même une simple plaque de mousse expansée. Pensez donc à vous-en procurer une compatible (ou à mettre une dorsale autonome).

… mais pensez à la dorsale !

Le blouson Dainese Avro C2 est équipé d’une poche fermée par un zip, pour mettre une dorsale homologuée Dainese Wave D1 ou Manis D1. La dorsale se choisit en fonction de la taille du blouson : G2 à partir d’un blouson en taille 50, G1 en dessous.

Personnellement, je vous recommande la Manis (homologuée CE de niveau 2 selon la norme EN 1621.2/2014). C’est celle que j’ai testée avec le blouson, beaucoup plus couvrante et articulée (donc plus confortable). Aussi, très légère, et à peine plus chère que la Wave.

Pour l’installation, beaucoup la trouve difficile, en raison de la largeur de l’ouverture. Mon astuce ? Rentrer la dorsale élément par élément, et en poussant de façon successive un côté puis l’autre. Et ne cherchez pas à la rentrer parfaitement perpendiculaire au blouson… Une fois la dorsale installée, elle sait se faire complètement oublier. Elle épouse la courbure du dos dans toutes les positions. En plus, elle reste très discrète. Bien plus qu’une dorsale Wave qui laisse apparaître une excroissance à cause de sa taille plus petite… Et qui donne en effet de bosse.

Bien entendu, rien ne s’oppose au port d’une dorsale autonome en dessous du blouson. Comme la dorsale à bretelle Manis par exemple, que je porte moi-même habituellement. Loïc l’avait d’ailleurs testée sur #EnjoyTheRide : elle partage la même qualité de fabrication que son homologue. Vous pouvez aussi installer n’importe quelle autre dorsale, comme celle de chez Bering testée récemment par Sébastien.

Côté visibilité enfin, le blouson Dainese Avro C2 dispose d’un large logo Dainese dans le dos, fait dans un matériau gris rétro-réfléchissant.

Une polyvalence insoupçonnée

Surprise : le Avro C2 est bien plus polyvalent que ne le laisse croire son look typé racing. Il offre un confort qui s’adapte à toutes les motos. Un des gros points positifs, c’est que le blouson descend bas dans le dos. Ceci évite au froid de rentrer en position allongée sur le réservoir.

La doublure est en textile nano-feel. Cette fibre a subi un traitement à base de nano-particules d’argent pendant la fabrication. Ca a pour effet de rendre le tissu anti-bactérien et de lui donner en plus un effet « régulateur de température ». Résultat, vous pouvez rouler en tee-shirt aux alentours de 14°. Vous pourrez la porter tout au long de la mi-saison, jusqu’à 18° ou 20°. Au-delà, il sera nécessaire de la retirer. Sous la doublure, la peau est protégée par une fine doublure en mesh, qui permet de laisser l’air circuler en été.

Surprise : le blouson Dainese Avro C2 est bien plus polyvalent que ne le laisse croire son look typé racing !

En parlant de circulation d’air, une des astuces Dainese pour affronter les journées les plus chaudes, c’est d’avoir ajouté au blouson des pièces en tissu bi-élastique sous et sur les bras pour une bonne perméabilité à l’air. Pratique quand la température monte… Mais moins lors des journées les plus froides. Même la doublure ne vous évitera pas de ressentir la fraîcheur à cet endroit. Ainsi son usage se retrouve assez limité quand la température chute sous les 8°. Le blouson Dainese Avro C2 est du coup plus adapté à l’été et à l’intersaison.

Attention, même s’il saura vous protéger d’une petite pluie, ce n’est pas un blouson étanche. Pensez donc à vous procurer une veste de pluie si la météo s’avère incertaine sur votre trajet.

Un détail de taille

Concernant la taille, le blouson que j’ai porté était en taille 54. Même si je porte habituellement des blousons été (sans doublure intérieure) de la même marque en taille 52. Les blousons Dainese taillent un peu petit, et je vous conseille donc de prendre la taille juste au dessus pour les blousons mi-saison ou hiver. Ceci vous permet de pouvoir mettre un pull, en plus de la doublure amovible lors des journées les plus froides, sans être trop serré.

En cas de souci avec la taille, n’oubliez pas qu’avec Motoblouz, vous pouvez bénéficier du retour gratuit pendant 30 jours.

Dainese et ses services

Enfin, un dernier mot concernant le service après-vente Dainese. Il faut savoir que Dainese propose la réparation de ses équipements en cuir. Qu’il s’agisse d’une réparation du cuir lui-même, ou d’une fermeture éclair par exemple. Un service que j’ai d’ailleurs eu l’occasion de tester en 2013.

Suite à une chute en hiver, le cuir de la manche gauche de mon blouson était complètement détruit… jusqu’à l’épaule. Sans la moindre égratignure pour moi, grâce à la qualité des protections ! Contre 150 € environ, soit à peu près le tiers du prix du blouson*, toutes les pièces de cuir qui composaient la manche ont été changées par l’usine italienne. En plus, j’ai eu droit à la rénovation de toutes les coutures du blouson, des zips et des logos/marquages, et de la coque de protection !

Il s’agissait d’un blouson rouge/blanc/noir, et malgré que celui-ci ne figurait plus au catalogue, les teintes étaient toutes respectées. Le travail effectué était d’une qualité remarquable. Le tout, en environ 10 jours… acheminement inclus.

Régulièrement, l’équipementier italien propose d’ailleurs des campagnes promotionnelles pour remettre un bon coup de neuf à son équipement à un très bon prix ! Le genre de services qui me confirme qu’un équipement Dainese est un vrai investissement sur le long terme. Il vous suivra pendant de longues années !

*Dainese a participé à de nombreuses études sur l’accidentologie
*le montant vous est indiqué sur devis et varie en fonction des éléments à réparer

Coupe9
Confort9.5
Agrément thermique7
Étanchéité6
Aspects pratiques9
Finition9.5

Mon avis : Une vraie référence pour l'été et la mi-saison

Le blouson Dainese Avro C2 apporte exactement la polyvalence qui manquait à mon précédent blouson. En vous évitant d'être engoncé dans un cuir trop serré et trop rigide, le Avro C2 ne se cantonne pas à un usage uniquement sportif. Malgré son look d'ailleurs. Grâce à la présence de grandes pièces en tissu bi-élastique le long des bras et à l'arrière du cou, il se montre très confortable sur tous types de machines. Sans abandonner pour autant le niveau de protection offert par Dainese, la qualité de fabrication jusque dans les moindres détails et, bien entendu, le look propre aux blousons sportifs de la marque.
9

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Cédric

Enseignant de la conduite et de la sécurité routière depuis 6 ans et motard depuis plus de 12 ans, j’ai lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" dans le but de partager le regard particulier que je portais sur l'actualité auto/moto, tout en amenant les lecteurs à penser “en dehors du cadre” concernant les événements en lien avec notre passion. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié concernant la “Route”, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation, en dépassant les dogmes et en apportant les éléments nécessaires pour se forger sa propre opinion.

  • Slt Cedric, article hyper complet, ça donne envie….

    • Merci beaucoup 😉
      En plus avec la promo du moment (379€ au lieu de 479€ au moment d’écrire ces lignes), c’est carrément une super affaire !
      Mon précédent Dainese « multi-saison », le Rapier dont je parle dans l’article, m’accompagne encore toujours après 5 ans à me suivre partout et toute l’année. Si celui-ci est aussi robuste (je n’en doute pas), il va m’accompagner un sacré bout de temps 🙂
      Bref, une valeur sûre !

  • Très bon essai, dont je retrouve les caractéristiques d’un modèle femme comparable (Racing Pelle Lady). C’est vraiment une valeur sûre, même si l’investissement peut paraître conséquent, un blouson de ce genre se garde des années ! Mon modèle hiver avec doublure arrive sur ces 10 ans (Lola), et mon Pelle racing bientôt 7 ans, ils sont comme neufs. Qui plus le look Dainese étant toujours léchée, ils sont toujours dans le coup côté mode également. 😀

    • Hello Marie, merci pour ton message 🙂
      En effet, j’ai d’ailleurs offert à ma compagne le-dit Dainese Racing Pelle Lady à ma compagne à Noël dernier.
      On retrouve la même qualité de cuir et les autres points positifs que j’ai cité, les deux blousons sont très similaires.
      C’est vrai que ça dure, je porte d’ailleurs « en civil » un de mes autres blouson Dainese (commercialisé et badgé par Ducati, modèle Nero) de 2010, il me suit au quotidien même en dehors des trajets motos, et il est toujours impeccable avec un minimum d’entretien. Pourtant je ne le ménage pas !