Essai casque Nexx X.WED2


Oui, je suis un petit nouveau dans l’équipe de rédaction des tests produit sur #EnjoyTheRide. Et c’est un grand plaisir de te partager mon tout premier essai ! Aujourd’hui, c’est du casque Nexx X.WED2 que l’on va parler. Cela te dit sûrement quelque chose car son grand frère, le XD1, a déjà fait parler de la famille Nexx auparavant.

Le grand méchant look

L’entreprise portugaise a rapidement su trouver sa place parmi les grands noms du casque moto. Un hasard ? Apparemment non, les mots d’ordre de la marque seraient « créativité, design et qualité ». Et c’est sur le design que l’on va se pencher en premier. Il faut dire qu’en général, les designers de chez Nexx ne font pas dans la dentelle…

On n’est pas sur un casque rose avec une Barbie, mais tout de même. On ne peut pas dire qu’il passe inaperçu avec son look très agressif, bien que j’ai choisi un des plus soft de la gamme avec ce noir mat. Oui, parce que chez Nexx, il y a le choix. Le casque Nexx X.WED2 est disponible à travers 4 styles et 22 coloris. Du mat gris, noir ou désert, jusqu’au style X Patrol en passant pas le jaune fluo. Pour les indécis, il y a de quoi cogiter plusieurs jours avant de choisir son nouveau casque !

Ce casque Nexx est aussi plaisant à regarder en configuration enduro que routière. Et oui, la polyvalence est un de ses grands points forts. On en parle un peu plus loin.

Nexxder Surprise

Après avoir passé une demi-heure à contempler la beauté du casque Nexx X.WED2, je me suis finalement décidé à continuer d’explorer la boîte. J’y ai découvert une bonne poignée d’accessoires à monter et démonter. Un vrai jeu d’enfants qui nous amène donc vers les différentes utilisations du casque.

Le casque Nexx X.WED2 : côté technique

Le casque Nexx X.WED2 est fabriqué en fibre de verre multiaxial, fibres organiques 3D, fibres spéciales en aramide multiaxiale avec un renforcement en carbone. Un casque léger mais pas tant… Nexx l’annonce à 1 500 g +/- 50 g.

Avec un système de fermeture double D, il est disponible en 3 tailles de calotte du XXXS au XXXL. Pour mon expérientiel : ne taille ni petit, ni grand. J’ai pris la même taille que chez d’autres fabricants, et c’est parfait !

L’écran est fait en Lexan avec une position antibuée et une position super fermeture. Il est doté d’un Pinlock (à monter). Le Pinlock… Ah oui, le Pinlock… Quel confort ! Je n’avais jamais expérimenté avant. Et honnêtement, ce sera maintenant indispensable pour moi. Sous la pluie comme à la fraîche, on peut respirer comme un buffle et il n’y pas un poil de buée dans le champ de vision. Attention cependant avec l’écran solaire ! Tu oublies vite qu’il n’a pas de Pinlock. Et tu te retrouves le matin au soleil levant à descendre la lunette solaire… et là, tu ne vois plus rien. En parlant de ce dernier, il se descend très facilement avec sa glissière en haut à gauche du casque. Cependant, il pourrait descendre un peu plus. Je m’oblige à incliner le casque pour que l’écran solaire couvre bien.

Pour continuer sur les petits défauts, le système de démontage de la visière me paraît un peu fragile, et le design des caches, une fois l’écran enlevé, légèrement mieux terminé n’aurait pas fait de mal.

Les tissus intérieur X.MART DRY sont antiallergiques, anti-transpiration, et démontables entièrement sans prise de tête.

Côté sécurité, Nexx lui confie un menton dessiné pour réduire les blessures dans la poitrine en cas de choc frontale. De plus, le casque Nexx X.WED2 profite d’un système de retrait des mousses latérales Emergency Strap.

En action

On force un peu pour rentrer dedans la première fois. J’ai eu peur au départ que ce soit trop serré… Puis finalement, il maintient très bien la tête sans être inconfortable. Il y a un vrai emplacement pour les oreilles et ça, ça me plaît. Comme tout casque, à chacun sa forme. Pour ma part, j’ai la tête très ovale. Après quelques heures de route, je sens que ça appuie un peu sur le front, sans pour autant être douloureux.

Et c’est parti pour un premier test en chemin !

J’apprécie vraiment le large champ de vision qu’offre le casque Nexx X.WED2. Il donne même la possibilité de mettre un masque cross sans avoir à démonter la visière. Il y a d’ailleurs dans la boîte des plaques de fixation pour installer des lunettes Quick Strap.

La casquette est inclinable à souhait et sans outil particulier. Il est aussi possible de lui monter une extension, livrée avec le casque, qui pour être parfaitement fixée demande un tournevis… Pas top.

Le système d’aération est complet : 4 entrées d’air à l’avant, et 2 sorties à l’arrière. De plus, si l’aération du menton n’est pas suffisante, en cas de grosse chaleur ou de conduite sportive, elle est interchangeable avec une grille qui augmente fortement le flux d’air.

Toi, le vidéaste de l’extrême, tu trouveras parmi les accessoires des plateaux pour fixer ta Go Pro au dessus de la tête, à gauche ou à droite.

Fêter la fin d’année à l’autre bout des Pyrénées, c’est une bonne occasion pour tester ce casque sur route !

J’ai fait l’aller avec la casquette. Ce n’est pas grandiose à grande vitesse, mais pas si pire ! La nuque fatigue un peu et c’est surtout bruyant, ce qui est normal même avec une bonne isolation phonique. Au retour, solution simple : la casquette se démonte en deux temps, trois mouvements. Un coup de baguette magique et hop, j’ai sur ma tête un casque routier. Niveau prise au vent, c’est le jour et la nuit !

Si tu aimes papoter quand tu t’ennuies sur l’autoroute, il y a l’emplacement prévu pour le système intercom X-COM de Nexx ainsi que son support.

Look4.25
Poids3.5
Confort3.75
Insonorisation4
Polyvalence5
Choix des coloris 5

Mon avis : Un casque Trail, un vrai

Doté d’un style qui donne envie d’aller rider dans la boue et la poussière, le casque Nexx X.WED2 remplira aussi bien sa mission sur route. Sa polyvalence est surprenante ! Malgré un poids qui peut faire peur aux grands voyageurs, ce casque intégral répond parfaitement aux besoins du Trailiste, et pour un prix qui reste accessible.
4.25

Partagez cet article

Sylvain

Débuté la moto en Inde il y a quatre ans, je me suis rapidement retrouvé à faire le tour du sous-continent puis à revenir en France avec une ancienne Royal Enfield. La mouche m'a piqué, je suis devenu un accroc du road trip moto. Depuis mon retour en France, je me suis mis au trail avec actuellement un Ténéré de 1990. Je crois que j'aime ce qui n'est pas tout jeune...