Tuto #22 : Régler les commandes de sa moto


On le dit souvent : notre moto, c’est une extension de nous-même. Mais saviez-vous que vous pouviez encore affiner cette communion physique ? Il suffit pour ça de procéder à quelques réglages bien sentis. Quelques coups de clés par ci, de molettes par là, et tout devient plus intuitif ! Dans ce tuto, on vous donne les règles à suivre pour optimiser l’ergonomie de votre belle. Et vous allez voir, régler les commandes de sa moto, c’est tout bête !

Régler les commandes de sa moto, c’est bien sûr une question de confort. Mais cette démarche liée à l’ergonomie vous permettra également de limiter certains désagréments mécaniques. Je pense particulièrement aux ratés de passages de vitesse, qu’il est possible de limiter facilement. Vous m’en direz des nouvelles !

Béquiller la moto

Avant de débuter les opérations, l’idéal est de mettre la moto droite en la béquillant sur la centrale ou, à défaut, en utilisant une béquille d’atelier. Vous pourrez ainsi vous installer sur la moto dans votre position de conduite habituelle. Une histoire de gain de temps, surtout.

Régler le levier de frein

Commençons par régler le levier de frein. Jouez sur l’inclinaison du levier de façon à ce que les doigts dépliés soient dans le prolongement du bras. Sur certaines motos, il faut basculer l’ensemble du guidon, sur d’autres, on tourne directement le support du levier.
L’écartement du levier est également importante. Rien de plus facile que de le moduler : il suffit de tourner la molette de réglage située à la base du levier. Faites en sorte d’être capable de saisir le levier avec les deuxièmes phalanges. Ça vous garantira une prise en main parfaite !

Régler le jeu de la poignée de gaz

Parmi les réglages dont on sous-estime beaucoup les bienfaits, il y a celui du jeu à la poignée de gaz. S’il est trop important, la remise des gaz n’est pas intuitive. Et au contraire, trop peu ou pas de jeu pose aussi des problèmes : la moto risque d’accélérer toute seule quand vous braquez, par exemple. Pour l’ajuster au mieux, faite appel aux molettes de réglages que vous trouvez au bout de la gaine du câble d’accélération.
Pour un fonctionnement parfait, la rotation de la poignée doit être bien fluide. Elle doit aussi revenir franchement quand vous la relâchez, d’un coup, sans ralentissement.
Quand vous avez réglé le jeu, assurez-vous moteur démarré que le régime ne change pas quand vous braquez le guidon d’un côté ou de l’autre ! Dans le cas contraire, remettez un coup de réglage.

Régler la garde de l’embrayage

Si votre bécane dispose d’un embrayage à commande par câble, et non hydraulique, un bon réglage du jeu au levier – « la garde d’embrayage » – peut aussi vous changer la vie. Trop de mou, et la boîte craque aux changements de rapports. Trop de tension, et l’embrayage patine sur les accélérations les plus viriles. Dans les deux cas, c’est la mécanique qui morfle. Alors qu’il suffit de quelques tours de molettes pour tout régler ! Attention, le jeu peut diminuer à chaud, alors jetez-y un œil après quelques kilomètres…

Ajuster le sélecteur de vitesse et la pédale de frein

C’est le tour du sélecteur maintenant ! Le mieux, c’est de porter vos bottes moto habituelles pour que un réglage au quart de poil. Vous devez pouvoir glisser le pied gauche sans trop de contorsions sous le sélecteur. Attention, ne tombez pas dans l’excès inverse non plus : si vous devez lever le pied très loin pour monter d’un rapport, il est trop haut. Mon conseil pour un bon positionnement : quand vous avancez votre botte en glissant sur le repose-pied, elle doit passer naturellement au-dessus du sélecteur, sans buter dessus.
On trouve deux types de sélecteurs : ceux qui sont montés directement sur l’axe crénelé, et ceux disposant d’une biellette intermédiaire. Dans le premier cas, délogez le sélecteur et replacez le dans la position qui vous convient. Dans le second, desserrez le contre-écrou, tournez la biellette jusqu’à trouver le bon réglage et resserrez !

Pour la pédale de frein, on cherche la même position, juste sous la semelle quand vous avancez le pied. Là aussi, jouez sur la biellette pour moduler la hauteur.

Avec tout ça, si votre moto n’est pas un modèle d’ergonomie, je me fais moine ! Comme d’habitude, au moindre doute, n’hésitez pas à commenter, on fera du mieux qu’on peut pour vous aider.

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.