Casque intégral Airoh Commander, testé et validé par Max, client Motoblouz


Casque Intégral Airoh Commander

Satisfait de son efficacité, de son look, de son utilisation facile, le casque intégral Airoh Commander est selon moi un bon investissement. Un casque léger qui vous accompagnera avec style dans vos balades dominicales, vos transports quotidiens ou dans n’importe quelle aventure. Je vous donne mon avis plus détaillé ici !

Casque intégral Airoh Commander, poids plume

Venant d’un NEXX XWED2 à ce casque intégral Airoh Commander, quelque chose m’a sauté aux yeux ou plutôt, à la tête : c’est son poids. Je pense que c’est le casque le plus léger que j’ai jamais eu. En fibres composites HPC pour une résistance optimale, il pèse aux alentours des 1400g. A noter que j’ai en plus la version classique mais qu’il existe une version carbone du Airoh Commander qui pèse 100 à 150 grammes de moins. En main, c’est agréable, sur la tête, c’est le pied. Le poids du casque est bien équilibré.

Si vous voulez l’alléger encore plus, il est possible de retirer la casquette. Pour ma part, je ne suis pas forcément fan de ce look (look « Booster Nitro filtre cornet pot Bidalot » des années 90) mais, si c’est votre came, on n’est pas là pour juger. Pour se faire, il suffit de déclipser 3 couvercles de fixation (à gauche, à droite, et en haut) afin d’accéder à une vis cruciforme en plastique. Un peu cheap, il faut l’avouer, mais elle fait son travail.

essai du casque Airoh commander dans le salar d'Uyuni

Voir…

L’écran principal est large, tout comme le panorama. Le champ de vision est idéal avec une bonne vision périphérique. La présence du pinlock d’origine, pratiquement disponible sur tous les casques maintenant, reste la bienvenue. A noter que le pinlock s’use assez rapidement. Plus exactement, c’est la partie basse de la jointure avec la visière qui n’est plus tout à fait hermétique après 3 mois d’utilisation quotidienne intensive. Ce problème, je l’avais déjà rencontré avec mon casque précédent. Selon mon enquête, le décollement est dû à un frottement du pinlock sur la coque du casque à chaque ouverture complète de la visière. Merci Sherlock. Lorsqu’il pleut et qu’il fait chaud, la buée a finalement tendance à s’infiltrer sur la partie basse de la visière. Bref, le pinlock c’est top, mais c’est pas non plus magique. L’écran peut être complètement retiré pour laisser place à un masque si les choses se corsent… C’est facile, deux vis Allen, une de chaque côté.

La lunette de soleil est vraiment grande, et permet de rouler visière ouverte sans risquer qu’un frelon vous tâte la cornée. La protection solaire est suffisante et agréable. Le loquet, situé sur la partie gauche en haut du crâne, est plutôt rigide. Une fois la pression suffisante appliquée, la lunette monte ou descend façon guillotine. Personnellement, elle percute mon nez, afin de rester éveillé à chaque instant… Une fois descendue, ça reste bien en place. Je dois avouer qu’il y a une légère déformation de la vision due à la courbure de l’écran mais on s’y habitue rapidement.

… et être vu

Look ultra racé et pointu, le casque a vraiment de la gueule. Taillé à la serpe, et oui… j’ai bien utilisé le mot serpe. Il existe différents coloris. Que ce soit uni, avec motifs, en finition mat ou brillant : tous les modèles tapent à l’oeil. Le plus dur sera donc de choisir : assortir à votre moto, votre tenue, vos couleurs fétiches ? Quel suspense. A noter qu’après une ou deux chutes (du casque), la peinture s’écaille assez facilement sur la casquette. En même temps, il ne fallait pas le faire tomber…

Autre info, il existe une différence de prix assez grande entre les modèles en fonction de la complexité du design esthétique ainsi que de la finition. 350,90 € pour le casque uni brillant d’entrée de gamme et 431,90 € pour un motif. La finition carbone est hors catégorie à 530,90 € Ce n’est pas donné mais les premiers prix sont très beaux ! Et si le look n’est pas si important à vos yeux, c’est un très bon casque au prix d’un bon casque.

La forme rend la fixation d’un support de caméra assez complexe. J’aurais aimé avoir la possibilité de fixer sur la mentonnière mais les accessoires livrés ne le permettent pas. De quoi fixer sur une surface plane, pas évidente à trouver sur le casque, mais trouvable. Ou tout en haut du casque.

La taille du casque intégral Airoh Commander

Je ne sais pas si j’ai la tête large mais ce casque intégral Airoh Commander est assez étroit au premier enfilage. J’ai pris du L qui est la taille préconisée selon mon tour de tête. Après quelques heures de roulage cela dit, la compression laisse place au confort. Les mousses se font donc rapidement, tout en restant fermes pour un casque ajusté sur-mesure. L’intérieur de ce casque intégral est hypoallergénique et les parties latérales des mousses peuvent s’enlever lorsqu’un lavage s’impose.

Les clips qui maintiennent les mousses en place, c’est un peu ma phobie sur les casques. Je déteste lorsque les pattes de fixation se fissurent, et qu’il faut en permanence reclipser les mousses. Pour l’instant, tout va bien. Ce n’est pas le cas de la bavette anti-remous sous la mentonnière qui a quant à elle tendance à se décrocher sous la pression de… ma barbe ou d’un bâillement (eh oui, parfois la route c’est ch****). La fermeture de la jugulaire grâce à la boucle double D est sécurisante.

voyage salar Uyuni moto onemonthoneride

Ventilation et insonorisation de ce casque intégral Airoh

Rien de révolutionnaire, ce casque intégral Airoh Commander est bruyant mais sans plus. En même temps, espérer d’un casque aventure qu’il soit silencieux, c’est clairement se voiler la face. Du coup, on est satisfait. Niveau ventilation, ça respire bien. Les ouvertures ne font pas une différence énorme mais c’est bien de les avoir. Celle au niveau de la mentonnière est facile à manipuler. Le loquet des aérations supérieures est un peu plus complexe car tout petit.

Comment adapter des intercoms sur ce casque Airoh ?

Je me suis remis en question à de multiples reprises. Suis-je normal ? La position de mes oreilles est-elle adaptée au monde dans lequel on vit ? Clairement, selon Airoh, la réponse est non. L’emplacement dédié à recevoir les amplificateurs des systèmes de communication est toujours beaucoup trop haut pour moi. Je me retrouve avec des haut-parleurs braqués sur mes tempes. Et Mathilde s’adresse littéralement à mes bulbes capillaires… En plus d’être mal placés, les emplacements ne sont pas assez profonds. En tous cas, ceux du Cardo Freecom 4+ et ses enceintes JBL. C’est extrêmement désagréable voire tout simplement très douloureux après quelques minutes.

Heureusement, à tout problème existe sa solution ! Bien qu’il ne soit pas conseillé de retirer de la mousse sur un casque, j’ai quand même décidé de le faire car l’idée, ce n’est pas de traverser l’Amérique du Sud avec un casque insupportable. J’ai fait ça très proprement, chirurgicalement même. En premier lieu, en grattant de la matière au couteau à l’emplacement désiré puis en compactant à nouveau le polystyrène avec le dos d’une cuillère une fois terminé. Ce dernier contient pas mal de colle, ce qui permet une finition parfaite. On dirait presque que c’est d’origine. J’ai désormais des trous, au bon endroit, et assez profonds… Une fois les haut-parleurs en place, les câbles passent facilement de l’intérieur vers l’extérieur du casque par une encoche prévue à cet effet. La finition du casque intégral Airoh Commander est parfaite.

voyage onemonthoneride casque Airoh

 

Voir la fiche produit

Poids4.8
Look4.8
Confort4
Insonorisation3.5
Ventilation4.5

Mon avis : un beau casque, confortable et léger

Le casque intégral Airoh Commander est facile à manipuler et résistant. C'est le compagnon de route idéal pour tous les pilotes de moto touring / adventure. On recommande !
4.3

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.

Aucun commentaire

Ajoutez le votre