Essai des genouillères Icon Street Knee


Se blesser aux jambes, se casser la cheville, le pied ou le genou entraînent rarement le décès du motard. Cela dit, les blessures aux articulations s’avèrent très douloureuses. Et elles sont aussi et surtout compliquées à soigner. Les fractures d’articulation laissent presque toujours des séquelles. Tous les chirurgiens orthopédiques vous le diront : les motards ne se protègent pas assez les membres inférieurs, surtout les articulations des genoux et des chevilles. Raison pour laquelle on teste aujourd’hui les genouillères Icon Street Knee, voir ce qu’elles donnent !

Les genoux sont souvent les grands oubliés de la protection du motard. Selon les différentes études menées auprès des motards français ou européens, moins de 20 % portent un pantalon spécifiquement dédié à la pratique moto. A savoir, taillé dans un matériau résistant à l’abrasion et avec des coques aux genoux. Bien dommage ! Car les lésions aux membres inférieurs figurent pourtant très nettement en tête des blessures causées par un accident corporel en deux-roues moteur (dans les deux tiers des accidents).

De la nécessité de genouillères

Pourquoi ? Parce que la plupart des motards privilégient le confort à la sécurité. Surtout quand ils ne roulent pas ! Un pantalon moto coûte cher, ne brille pas toujours par son élégance et se révèle parfois difficile à porter en dehors de la moto… Surtout quand les genouillères qui tombent pile-poil sur les genoux en position assise se retrouvent à pendre sur nos tibias en position debout.

Certains motards au quotidien font alors le choix du pantalon en toile denim, mais renforcé, avec des textiles techniques résistants à l’abrasion. Ce, pour réduire le risque de brûlure en cas de glissade. Seul souci : sans coque, un matériau textile, aussi résistant soit-il ne protégera jamais contre les impacts. D’autres motards préfèrent porter un surpantalon, en général renforcé et parfois coqué aux genoux. Mais la grande majorité se contente d’un simple jean ou d’un pantalon de ville… Sans autre forme de protection des jambes.

Genouillères Icon Street Knee, pratiques pour un usage « route »

D’où l’utilité de genouillères amovibles, faciles et rapides à enfiler comme à enlever. Elles vont protéger vos genoux juste le temps du trajet, et vous laissent toute liberté de mouvement quand vous quittez la moto. Aussi et surtout, les genouillères amovibles peuvent se porter par dessus n’importe quel pantalon, moto ou de ville, quel que soit sa forme et son matériau.

Avec un pantalon assez large (et de préférence dans un matériau résistant à l’abrasion), les genouillères Icon Street Knee sont même assez fines pour être portées sous le pantalon. La plupart des gens préféreront évidemment les porter par dessus. Ce, pour les mettre et surtout les enlever aisément, avant de les ranger soit dans un placard, soit dans un sac à dos ou un top-case. Là aussi, la finesse et la souplesse des coques facilitent leur rangement.

Attention : les genouillères Icon Street Knee ne sont pas des « sliders » amovibles avec élément d’usure remplaçable. Elles ne se destinent pas aux motards sportifs qui veulent poser le genou au sol. Comme leur nom l’indique, ces genouillères Icon sont à usage urbain (éventuellement routier). Surtout pas sportif. Aux adeptes du genou par terre, Icon propose un autre modèle, baptisé Cloverleaf, avec pad interchangeable.

Icon n’est pas le premier à proposer ce type de genouillères pour motards urbains. Depuis plusieurs années, l’équipementier italien Spidi propose ses Snug Knee. Les coques y sont incluses dans un tube en textile qui tient chaud, forme des plis et froisse le pantalon porté en dessous.

Efficaces et discrètes

Dans les deux cas, la coque de protection est intégrée dans une gaine en textile. Icon a choisi pour ses genouillères Icon Street Knee, un matériau externe en polyester 900 deniers, déperlant et très résistant à l’abrasion. Il est renforcé par un insert en plastique dur, moulé sur la face avant du genou. Au milieu, une coque de protection en polymère D3O, homologuée CE 1621-1 niveau 1. Côté intérieur, du textile Hydradry, doux et non irritant. Le choix du matériaux textile, au lieu du cuir, permet de proposer un tarif raisonnable pour ces éléments de protection, accessibles à (presque) tous les motards.

L’ensemble tout en noir reste très discret. Ce, afin d’être porté avec n’importe quelle tenue. Icon a résolument privilégié le confort et le côté pratique, notamment en recourant au polymère D3O pour la coque de genou. Ce matériau (polymère non newtonien) qui reste souple mais durcit lors d’un impact, permet de créer des protections assez fines et confortables à porter. Tout en proposant un bon niveau de protection contre les chocs. A noter que ce matériau est donné pour une durée de vie de quatre à cinq ans. Les coques en D3O, de forme standardisée, peuvent être changées individuellement, sans avoir besoin de racheter l’ensemble de la genouillère.

Bien les fixer, une nécessité !

Pour fixer les genouillères Icon Street Knee (sur ou sous votre pantalon), trois sangles réglables et légèrement élastiques. Une passe à 5 cm au-dessus de genou, dotée d’un velcro et d’une large zone d’ajustage, et les deux autres se placent environ 10 cm en dessous du genou et se ferment par une boucle avec clip. D’ailleurs, le clic vous assure qu’elles sont bien verrouillées. Les deux sangles clipsées passent en croix derrière le genou afin de bien fixer la genouillère.

De fait, une fois en selle, les genouillères Icon Street Knee tiennent bien en place. On peut légitimement espérer qu’elles ne glisseront pas ou ne se déplaceront pas en cas de choc. Et c’est une caractéristique essentielle. Car une protection, aussi efficace soit-elle, ne sert à rien si elle ne reste pas à sa place lors de l’impact. Pour la même raison qu’il est vital de serrer et fermer la sangle jugulaire de votre casque, il sera fondamental de bien fixer les sangles de vos genouillères !

D’où l’importance de choisir la bonne taille pour vos genouillères Icon Street Knee. Icon propose deux tailles pour son produit : S/M et L/XL. Cette différence ne concerne pas la longueur de la genouillère, mais l’épaisseur de la jambe autour de laquelle elle doit venir s’enrouler. La plus petite taille correspond à un tour de cuisse de 25 à 48 cm environ et un tour de mollet de 30 à 45 cm. La plus grande taille convient à un tour de cuisse de 33 à 56 cm et un tour de mollet de 35 à 53 cm. Il est préférable que la genouillère soit bien fixée. N’hésitez pas à prendre la plus petite taille, à moins d’avoir de bons jambons.

Seul bémol

Les genouillères Icon Street Knee ne couvrent pas la face interne des genoux. Cela permet de mieux sentir la moto, mais elles ne protégeront pas, si par malheur, la moto vous tombe dessus et écrase les ligaments du genou. Ces genouillères ne remplaceront pas de véritables orthèses… Mais déjà, le tarif n’a rien à voir. Sachant que des orthèses valent deux à trois fois plus cher. Et surtout, les genouillères Icon Street Knee visent avant tout à être portées au quotidien, avec n’importe quelle tenue, de façon confortable et discrète. Et dans cette optique, elles font le job !

Protection4.75
Ergonomie4.5
Finition / Look 4.5
Confort4.5
Finesse / Souplesse 4

Mon avis : des genouillères bien conçues pour leur usage !

Icon a voulu et réussi un produit adapté aux motards du quotidien, ceux qui veulent se protéger sans être gênés par une armure lourde et encombrante. Les genouillères Icon Street Knee s'avèrent efficaces, confortables, faciles à porter, enfiler et enlever, en plus de savoir rester discrètes. En bref, un bon produit, à tarif abordable.
4.45

Partagez cet article

Fabien Lecoutre

Formateur de conduite, journaliste moto, auteur de guides touristiques motards et du site Passion Moto Sécurité... je suis surtout un "roule toujours" passionné.