ESSAI BLOUSON MOTO DXR WILKS


Lorsque j’ai dû choisir entre la couleur noire et la couleur marron du blouson moto DXR Wilks – choix tout naturel de mâle – je me suis dans un premier temps dirigé vers le noir. Beau, ténébreux, passe-partout : c’est celui qu’il me fallait. Mais si je changeais un peu ?

J’ai parlé de mon choix à ma dame. Pour elle, le marron était superbe. Argument imparable qui mettait fin à mon dilemme : il faut toujours écouter sa dame.

Blouson moto DXR Wilks : Il vous le faut !

Avant toute considération d’efficacité ou de praticité, ce blouson de moto est splendide. Un look urban/rétro/Han solo qui ne laisse pas indifférent. Toutes les personnes qui le voient sont d’accord. Certaines se sont agenouillées, j’en ai même vu pleurer.

Que vous soyez motard (vous pouvez continuer à lire) ou pas (plus besoin de continuer la lecture, c’est ici que ça se passe), il vous le faut.

Et les fonctionnalités spécifiques à la moto alors ?

Le blouson moto DXR Wilks est équipé de protections aux coudes et aux épaules. L’emplacement pour la dorsale est là, mais pas cette dernière. Cela tombe bien, je n’en ai pas besoin. Je porte un airbag déjà « dorsalisé » sous le blouson.

Les larges poches ventrales placées à l’extérieur permettent de vous aérer en cas de forte chaleur. Mais oubliez leur fonction contenante… De toute façon, n’importe quel objet placé dedans viendrait les déformer et entacher votre look. Il y a un choix à faire.

Que l’Univers loue DXR d’avoir placé cette petite poche sur la manche gauche ! Elle me permet d’y placer une carte bancaire rapidement accessible pour faire le plein, une piécette pour faire la pression, ou une carte de transport qui se scanne sans la sortir de la poche. Difficile de s’en passer une fois essayée.

Quelques détails en vrac avant de tailler la route

A la sortie d’emballage, le blouson moto DXR Wilks sent fort le cuir. Mais cela se dissipe petit à petit.

Son cuir tout neuf s’embellit au fur et à mesure qu’il se tanne, sous les coups des insectes irrémédiablement attirés (eux aussi) par lui.

Son tour de cou est large. C’est le premier blouson qui me permet de le fermer sans me donner la nausée.

Je fais 96 cm de tour de poitrine, et j’ai commandé en small. Le blouson me va à merveille, bien cintré toussa… et je peux porter dessous, si nécessaire, une veste chauffante et mon airbag.

Par contre, les poches intérieures sont placées à hauteur de mes côtes. Un smartphone et un portefeuille placés dedans m’empêchent tout simplement de fermer le blouson. D’ailleurs, c’est très chouette cette poche destinée au téléphone. Mais elle est plutôt au format 3310 que smartphone…

Un petit mot sur la doublure

C’est un blouson de cuir qui se destine pour moi à l’été ou aux demi-saisons. Il est léger, et me permet de rouler en cuir plutôt qu’en textile lors de grosses chaleurs, avec l’avantage qu’il tient très bien sous la pluie.

Sa doublure, très douce et confortable, permet de rouler encore en septembre. Mais je ne miserais pas dessus le 3 février.

La doublure amovible est équipée des mêmes poches intérieures que le blouson. Elle se solidarise au blouson par une tirette et quelques boutons pression… Bien vu le coup des pressions de couleurs différentes, cela facilite bien la vie. Et une fois attachée, elle ne bouge plus.

Coupe4
Confort4.5
Protection3.5
Isolation4.05
Aspect pratique4.5
Finition4.75

Mon avis : Un cuir léger au rapport qualité/prix déroutant

Pas mal de bonnes idées (poche de manche, pressions de couleur, aération, col bien large…) qui font tourner les têtes. Une très belle performance pour DXR qui nous propose un produit de bonne qualité, bien fini, et dont on a du mal à se passer une fois essayé !
4.2

Partagez cet article

Etienne

Une gamelle avec la Wallaroo de mon grand frère il y a 20 ans a été le déclencheur d'une passion pour les déplacements rapides, depuis, vous nous croiserez Pippa et moi sur les routes de Belgique. Été comme hiver, qu’il pleuve ou qu’il fasse juste humide, par -10° ou +15°, rien ne nous arrête, nous sommes les navetteurs.