Test casque HJC FG Jet


Le casque HJC FG Jet est un casque jet type ¾. En effet ici, on ne parle pas du simple bol néo-rétro vintage qui va bien, dépouillé et rustique. C’est bel et bien un casque aux formes modernes et aux nombreuses fonctionnalités que j’ai devant moi.

Très excité à l’idée de débuter le test de ce casque de chez HJC, je m’empresse de prendre d’abord connaissance avec la marque elle-même. Seul mon fils a l’honneur de chausser tous les jours un casque de cette marque (un intégral CL-Y). La marque asiatique propose une gamme très étendue, de l’intégral typé course très technique au jet vintage dépouillé. Mais le heaume que je m’apprête à sortir du carton est un jet aux spécifications modernes.

Un jet moderne et full options

Le casque HJC FG Jet couvre une surface plus importante qu’un jet vintage type FG-70 chez HJC. Au niveau de la finition et de la déco du casque, on est sur du très très bon. C’est simple, tout le monde l’a trouvé magnifique. Ma femme, mon fils, mes collègues et les motards qui m’ont croisé quotidiennement (et qui rataient leur trajectoire en regardant mon précieux) sont unanimes.

Le blanc du casque est perlé/nacré, ce qui rehausse l’aspect qualitatif de près. Les déco noires cassent l’effet « tête de champignon », et soulignent magnifiquement les écopes et spoilers du casque. Tous les assemblages sont impeccables. L’odeur n’est pas trop forte pour un casque neuf. Seule la housse est moins qualitative, et gâche un peu l’effet… Mais elle fait son job.

Des spécifications haut de gamme

La coque du casque (trois différentes en fonction de la taille : xs-s/m-l/xl-2xl) est en composite de fibres de verre. Elle permet de minimiser le poids, et d’assurer une protection et une rigidité optimales. L’intérieur est quant à lui en SilverCool : antibactérien, anti-transpirant et anti odeurs, entièrement démontable et lavable. La jugulaire à boucle micrométrique dispose de rembourrage du même acabit.

L’écran, traité anti UV, est de type « long trip ». Il est très large et descend très bas. En plus, il est très facilement démontable (en manipulant un mécanisme sécurisé sur les pivots du casque). Je m’empresse d’essayer, histoire de confronter l’argumentaire promotionnel au réel, et je peux vous dire que c’est enfantin. Aucun souci à venir pour entretenir l’écran ou même installer une lentille Pinlock.

Oui, vous avez bien lu, une lentille Pinlock. Deuxième invention la plus utile pour les pilotes de deux-roues après le décapsuleur…

Oui, vous avez bien lu, une lentille Pinlock. Deuxième invention la plus utile pour les pilotes de deux-roues après le décapsuleur. Véritable bénédiction technologique au roulage les 6 mois les plus frais de l’année. « Est-ce vraiment utile dans un jet ? » vous entend-je déjà maugréer ! Eh bien oui, carrément et même plutôt deux fois qu’une. Car comme nous le verrons plus tard durant l’essai, la particularité de l’écran long est de permettre d’utiliser ce casque toute l’année… sous certaines conditions.

Et ça continue encore et encore…

Une coque en fibre, un intérieur SilverCool, un écran long préparé Pinlock, d’accord. Mais c’est tout ? Et bien non, car quand il n’y en a plus, HJC en met encore.

Le casque HJC FG Jet possède un double écran solaire. Et cette fois, la teinte est impeccable. Oubliez le gris trop clair des intégraux des années 2016. Ici, la teinte est suffisante pour protéger vos mirettes de l’excès de luminosité. Et, cerise sur le gâteau, l’écran peut se déployer sur trois niveaux différents. Le mécanisme de l’écran solaire se situe sur le dessus du casque et prend la forme d’un curseur le long d’une glissière. Le bouton de déverrouillage se situant en bout de course… Quand les constructeurs concurrents ont majoritairement choisi de disposer ce type de commande au côté gauche du casque.

Dans la documentation fournie, on vous explique comment choisir la bonne position de l’écran solaire, pour être en adéquation avec votre morphologie ou votre position sur votre monture (poireau ou limande). Et si pour les deux premières positions (haute et médium) la manipulation est aisée, la troisième impose une dextérité au-delà de mes compétences. Ou l’ajout d’une troisième main pour opérer en roulant. En effet, pour permettre à l’écran de descendre de manière maximale, il faut ramener le curseur vers l’avant sur toute sa course tout en appuyant sur le bouton de déverrouillage. Et c’est cette même manipulation, très simple assis avec le casque devant vous, bien au chaud dans le salon, qui vous permettra de démonter l’écran solaire, qui est bien entendu amovible.

« Y’en a un peu plus… je laisse ? »

Dans cette liste de caractéristiques affriolantes viennent les aérations. Car ce jet est extrêmement bien pourvu de ce côté là aussi… Ce qui sera un des points primordiaux dans le choix de ce casque.

Les commandes sont assez petites, mais tout semble fonctionner correctement. Les prises d’air sont au nombre de trois : une centrale et deux latérales. Et toutes sont intégrées à de superbes écopes, et harmonieusement incorporées à la déco. Un spoiler arrière termine le dispositif avec deux sorties afin de vous débarrasser de l’air chaud et humide. En inspectant l’intérieur du casque, je remarque que le garnissage présente un vide, sans mesh, sur les cotés de la calotte correspondant aux canaux de passage de l’air. Tout ceci augure une aération optimisée… et extrême !

Il est temps de confronter le casque HJC FG Jet aux réalités de la vie. Je range donc mon LS2 Carbon Cabrio, et je chausse le casque HJC pour un galop d’essai.

Premières sensations avec le casque HJC FG Jet

Les sensations lors de la mise en place du casque sont étranges lorsqu’on est habitué à porter un jet classique. Le jet type ¾ est beaucoup plus englobant au niveau de la mâchoire et de la nuque. Ce qui est sécurisant, c’est vrai, mais qui demande quelques minutes d’adaptation. Les zones de pression sont plus proches de celles d’un intégral. Et la mobilité en rotation est, elle aussi, assez proche. Le poids est contenu et homogène, et le casque ne présente pas de déséquilibre une fois chaussé.

Mais ce qui marque le plus, c’est le confort de vision. Aucun obstacle ne vient perturber le champ de vision, même pas les ergots destinés à accueillir la lentille Pinlock. C’est comme si on ne portait rien. Je monte sur ma machine et démarre les 10 poneys de mon huitième de litre, et je constate que l’insonorisation est moyenne. En tout cas, inférieure à mon jet Ls2 ou à mon intégral Shark. Cela est sûrement dû aux évidements destinés à accueillir les écouteurs d’un système Bluetooth. Ils libèrent ainsi un espace conséquent au niveau des oreilles (diminuant ainsi les points de pression, mais visiblement l’insonorisation aussi).

Parfait sur le papier, mais dans la vraie vie ça donne quoi ?

Premiers tours de roues, le jet est très agréable, plutôt léger et la vision est absolument géniale. C’est très sécurisant, on voit tout, loin, aucune déformation, une netteté ahurissante. La manipulation de l’écran est un peu raide, et méritera d’être rodée, mais on sent bien les différents crans. Le bruit à la manipulation n’est pas top, très « plastique contre plastique ». Mais rien de dramatique.

Le trajet urbain prévu est parfait pour tester l’importance de la vision périphérique. Et le beau temps me permet de manipuler de nombreuses fois le double écran solaire du HJC FG Jet. Ce dernier est tout simplement parfait ! Le deuxième cran correspond à ma morphologie et à ma position de conduite. Sa manipulation me demandera un peu plus de 30 minutes pour appréhender correctement la position du curseur et me permettre de l’atteindre à coup sûr, un peu moins facile pour le bouton de déverrouillage.

La manipulation des aérations est quant à elle assez peu intuitive. Les commandes étant plutôt petites, même avec des gants été, il faut avoir mémorisé leurs emplacements pour éviter de perdre quelques précieuses secondes à les retrouver. Toutefois, les aérations sont très performantes. Le flux d’air est important, et on sent réellement le chemin parcouru par l’air frais, ce qui fait du casque HJC FG Jet un must pour les saisons chaudes. D’autant plus que les commandes permettent un réglage précis de l’importance du flux d’entrée, et n’agissent pas comme de simple on/off. Maintenant sortons de la ville, et poussons un peu pour voir si le comportement du casque est constant.

Attention les oreilles…

C’est là que ça se dégrade… un peu. Pas besoin d’alerte GPS pour savoir si vous dépassez la vitesse autorisée en ville. Dès que les 50 km/h sont dépassés, les prises d’air frontales du HJC FG Jet génèrent un bruit aérodynamique audible. Prises d’air qui augmentent avec la vitesse, aérations ouvertes ou non. Le bruit est bien évidemment plus présent lorsqu’elles sont ouvertes. Mais la gêne est bien réelle, et perturbe la concentration et le confort.

Après plusieurs semaines de test, on s’habitue au bruit pour une conduite urbaine. En allant jusqu’à 75 km/h, ça passe. Mais si vous comptez l’utiliser sur nationales et autoroutes, les bouchons d’oreilles sont indispensables si vous voulez éviter les acouphènes et les maux de tête. Je dispose d’une bulle haute et lorsque je me love derrière elle, je retrouve une quiétude parfaite. Lorsque l’écran long trip est relevé, les bruits aérodynamiques disparaissent. Enfin, si l’écran solaire est abaissé, les yeux sont bien à l’abri du vent.

Et sous la pluie ou par temps frais ?

C’est là que la prédisposition Pinlock et le long écran prennent tout leur sens. On est très bien protégé du vent et de la pluie derrière l’écran. Pas d’infiltration en haut de ce dernier. Il faudra investir très vite dans l’achat de la lentille antibuée, parce qu’on n’aura pas envie de repasser à l’intégral cet hiver tant le confort de vision est addictif. Ce casque HJC FG Jet est un produit abouti, bien conçu et complet.

Un bilan très positif

Même si le point de l’insonorisation n’est pas négligeable, ce casque HJC FG Jet est pétri de qualités. C’est un modèle qualitatif, superbe et très bien fini. Les aérations très performantes, en font un des jets en haut de votre liste si vous avez tendance à souffrir de la chaleur. Le double écran solaire est facile d’utilisation et le confort est très bon. La qualité de l’écran, sa taille, sa prédisposition Pinlock (attention la lentille n’est pas fournie), son absence de déformation visuelle en font un casque parfait pour la ville. Et même un peu plus, si votre monture est équipée d’une bulle haute.

La marque HJC propose des accessoires en option comme un « peak » qui se monte à la place de l’écran long trip ou un écran fumé intégral très seyant. Attention à la taille, chaussant du L chez LS2, Shark et Astone, j’ai dû prendre du XL pour ce modèle.

Poids8.5
Ergonomie8
Confort intérieur8
Ventilation10
Silence5
Finition9

Notre avis : Un excellent jet principalement urbain

Un casque jet moderne et très bien fini, full options et très qualitatif. Il vous donnera satisfaction si vous restez dans sa zone de confort : la ville et les petites routes. Si vous désirez pratiquer l'autoroute avec lui, équipez-vous de bouchons d'oreilles, ainsi son confort et la qualité de son écran ne vous quitteront plus.
8

Partagez cet article

Anthony

Passionné de moto et friand de tout ce qui touche à la culture motarde depuis l'adolescence, je ne suis pratiquant que grâce à la crise de la quarantaine. Je reste, pour le moment, scooteriste quotidien et par tous les temps depuis bientôt 4 ans. Je soigne mes trajectoires et pose le regard comme un vrai, pour le genou on verra plus tard!