Essai des gants moto DXR Borgatti


les gants DXR Borgatti à l'essai

J’ai toujours eu un petit faible pour les gants racing, c’est certainement l’influence des courses de moto et le look tranché des pilotes roulant en combi full cuir. Je suis donc ravi de vous partager mon expérience avec les gants DXR Borgatti, après 2 mois d’usage sur route. Pour ce test, j’ai porté les gants en taille XL dans leur couleur noir complet (DXR les propose aussi en rouge et noir). J’ai opté pour la discrétion du noir que l’on retrouve aussi dans le logo quasiment invisible sur la manchette.

Gants DXR Borgatti : des gants cuir pour la mi-saison

Comme très souvent, la première impression avec une paire de gants en cuir est la sensation de rigidité. Ça n’a pas manqué avec ces Borgatti. Entre l’épaisseur du cuir (de chèvre) utilisé et les zones élastiques à chaque phalange, il m’a fallu quelques heures avant de me sentir complètement à l’aise.

essai des gants DXR Borgatti, gants racing en cuir

Mais cette raideur des débuts rassure tout de suite sur leur longévité, leur protection, et elle indique tout de suite qu’ils trouveront leur usage à la mi-saison. Testés autour du mois de juin, je les recommanderais pour la période de février à juillet. Ces gants DXR Borgatti sont bien isolés mais ne seront clairement pas adaptés pour des températures négatives, et encore moins en cas de forte chaleur. Par temps de pluie, ils s’en sortiront honorablement, même si ça ne sera pas leur terrain de prédilection. Et bien que des efforts aient été faits pour aider la circulation de l’air, le flux ne rentre pas en contact avec la peau.

On appréciera la doublure interne en coton qui couvre toute la main, et donne une sensation agréable au porté comme à l’enfilage : ça glisse tout seul ! Finies aussi les mains collantes après avoir transpiré ou pris la pluie. Très bon point !

Une fois le guidon en main, le feeling avec les commandes est très correct. Les zones renforcées ne sont pas gênantes. Et bien qu’un quadrillage alvéolé ait été prévu dans la paume, le grip reste très basique. Il accroche plus grâce aux différentes couches de cuir qu’avec le caoutchouc.

grip des gants DXR Borgatti

Une manchette haute qui sait s’adapter à toutes les tailles de blouson

Qui dit gants racing, dit manchette haute. Ici, la fiche technique tient toutes ses promesses avec une belle couverture de l’avant-bras. Pour les avoir associés avec plusieurs types de blouson (tantôt cuir, tantôt textile) j’ai été agréablement surpris par la polyvalence de ces gants DXR Borgatti. Vous avez surement déjà vécu l’expérience des gants que l’on n’arrive pas à placer au-dessus d’un blouson trop épais. Ici, la large ouverture permet de les associer avec un blouson épais.

large manchette et fermeture des gants DXR Borgatti

Au poignet, on retrouve une zone élastique que l’on peut ajuster avec un scratch. La manchette, quant à elle, propose une fermeture par double scratchs que je ne trouve pas extrêmement pratique au quotidien. Il faut fermer un pli puis un autre, après avoir déjà serré le velcro du poignet. Tout cela multiplié par deux, enfiler ses gants prend plus de temps que d’habitude. Mais le point positif c’est qu’une fois ajustés, ils ne bougent plus et ne laissent pas passer l’air (ni l’eau) dans le manteau.

Des coques à tous les points sensibles

Avec ses nombreux pads et coques de protection, DXR n’a oublié de couvrir aucun os de la main. Les articulations des doigts ont droit à de mini pads rigides. La coque coup-de-poing (les articulations métacarpo-phalangiennes pour les scientifiques) est également bien couvrante. Précisons que cette dernière est bien dure mais reste légèrement souple. La manchette est elle aussi dotée d’un imposant slider avec des petites grilles d’aération. Et la paume a elle aussi droit à son petit slider. Contrairement à d’autres gants, ici, ce petit bout de plastique ne vient pas entre la main et le guidon.

dxr borgatti aeration

Enfin, terminons en parlant du pont de doigt prévenant la torsion et la séparation de l’auriculaire en cas de choc et des nombreuses zones en mousse, tellement nombreuses qu’il devient difficile de toutes les lister !

Voir la fiche produit

Protection4.5
Look4.5
Confort4.5
Rapport qualité / prix4
Feeling4
Aspect pratique3.5

Mon avis : DXR joue dans la cour des grands avec ses Borgatti

Disponibles dans le rayon des gants moto sportifs, les gants DXR Borgatti trouveront leur place pour un usage quotidien ou sur piste. Bardés de protections (homologués 1kp), on se sent bien enveloppé, sans pour autant souffrir d'une trop forte rigidité. Ils sauront s'adapter à toutes les tailles de blouson, pratique quand on sait qu'ils se portent à la mi-saison.
4.2

Partagez cet article

meuhsli

Créateur en 2013 du blog La poignée dans l'angle, j'ai enfourché ma première moto il y a une bonne dizaine d'années, de la 50cm³ au gros cube. Je roule aujourd'hui en S1000R, que ce soit pour des trajets moto-boulot-dodo ou de longues balades dominicales, seul ou en duo. Enjoy the ride !