Prendre soin d’un équipement moto qu’on ne met pas souvent


prendre soin équipement moto

Il y a les motardes roule toujours et il y a les autres. Celles qui ne prennent la bécane que pour vadrouiller en été, en week-end ou de temps à autre. En fonction des saisons, des préférences de chacune et des usages, il y a alors des équipements de moto que l’on ne porte pas toute l’année. Pantalon, veste, chaussures, gants et casque : comment les garder, et bien les conserver, pour qu’ils vous accompagnent le plus loin possible.

A noter : cet article se destine à nous, motardes. Les conseils peuvent pour autant être appliqués sur un équipement pour hommes.

Pourquoi prendre soin d’un équipement que l’on ne met pas souvent ?

Parce qu’un équipement moto est un investissement. Idéalement, on aimerait le garder longtemps… Qu’on le porte tous les jours ou de façon plus occasionnelle, si on souhaite qu’il garde toute sa splendeur et toutes ses fonctionnalités, il est essentiel d’en prendre soin.

En prendre soin, c’est avant tout lui trouver une place. Où il est stocké et comment influent en effet sur son état / sa qualité. Comme on ne garde pas un blazer en boule dans le coin d’un tiroir, on ne garde pas une paire de gants en boule au fond d’un casque. Je ne vous dirai pas comment ranger vos blazers, et autres vêtements du quotidien, mais comment garder votre équipement moto au bon endroit et de la bonne façon pour qu’il ne s’abîme pas. Ensuite, on dit souvent que l’entretien régulier de son équipement est la meilleure façon d’en profiter plus longtemps… Ainsi et de la même façon que vous nettoyez votre moto, la bichonnez régulièrement pour qu’elle continue à garder sa puissance et sa forme, on vous recommande de bichonner votre équipement pour qu’il continue à vous protéger comme il se doit. D’autant plus si vous le portez peu souvent. Il en va aussi de la résistance et efficacité des matériaux utilisés. Chaque équipement est unique, chaque équipement mérite donc un emplacement et un soin particulier.

Comment prendre soin de son équipement moto ?

  1. Le ranger au bon endroit : où ranger blouson, bottes, pantalon, gants et casque de moto ?

Chaque équipement a son idéal en termes d’emplacement, de rangement. De manière générale, on évite de les entreposer près d’une source de chaleur ou dans le froid et/ou l’humidité. Une pièce à température ambiante et aérée est idéale. On essaie aussi de les placer de façon à ce que les protections ou les matériaux ne se déforment pas. De façon plus spécifique à chacun, voici nos recommandations.

ranger équipement moto

Les gants moto

Suspendus ou posés sur une étagère, c’est le mieux. Surtout pas dans le casque pour ne pas qu’ils viennent souiller les mousses, les déformer ou pour ne pas qu’ils se déforment eux-mêmes. On préfère toujours un endroit aéré et à température, on évite alors : dans le fond d’un sachet plastique, une boîte en carton ou sur le radiateur (un excès de chaleur nuit aux matériaux).

Blouson, veste ou manteau

Idéalement, votre blouson de moto s’installera sur un cintre en bois (pour éviter qu’il ne casse sous son poids) dans un « dressing » aéré. Malheureusement, nous ne sommes pas toutes équipées d’un dressing… Evitez simplement de choisir le placard le plus humide de votre logement. L’humidité favorise en effet le développement de moisissures et, sur une veste de moto, on n’aime pas.

Pantalon en jean, en cuir ou textile

L’idéal est de retirer les protections (hanches et genoux) et de plier le pantalon de moto, quel que soit son matériau, sur un cintre en bois. Si vous l’utilisez plus souvent, inutile de retirer les protections à chaque fois. L’intérêt est surtout de ne pas les déformer. Comme pour le reste des équipements, on préfère un endroit aéré, une pièce à température ambiante, assez loin d’une source de chaleur et on évite les espaces clos trop humides.

Les bottes et chaussures de moto

Bottes, demi-bottes, chaussures : le plus important est de ne pas laisser ses chaussettes à l’intérieur (chose que l’on a tendance à faire en voyage ou road trip). En effet, les chaussettes empêchent le tissu des bottes ou des chaussures de respirer. Ensuite, vous pouvez tout à fait les ouvrir pour les aérer avant de les ranger mais n’oubliez pas de les refermer afin de ne pas les abîmer (une botte entreposée ouverte risque en effet de se déformer). Pour le lieu, même chose : on choisit un endroit à l’abri de l’humidité, du froid, d’une forte source de chaleur.

Le casque

Beaucoup des casques moto sont livrés aujourd’hui avec une housse, et à raison. Celle-ci permet en effet de le protéger de la poussière qui a tendance à rapidement s’accumuler sur un objet que l’on utilise peu souvent. Ainsi, on range idéalement son casque dans sa housse et sur une étagère : pas au sol pour éviter les chocs, pas trop en hauteur pour éviter qu’il ne tombe. Autre conseil : laisser la visière entrouverte permettra de laisser passer l’air et de ne pas développer d’humidité dans les mousses. Encore une fois, on évite de laisser les gants à l’intérieur du casque pour ne pas qu’ils souillent ou déforment les mousses.

2. Bien l’entretenir quand il le faut : quand et comment entretenir son équipement moto ?

Que ce soit un casque, une paire de bottes ou un blouson, il est avant tout recommandé de ranger votre équipement propre ou, du moins, pas plein de terre, de boue, d’insectes ou mouillé de l’averse de la veille. 1. car il est toujours plus compliqué de les nettoyer après coup et 2. c’est aussi plus agréable de les utiliser ensuite. Aussi, à long terme, les saletés risquent de s’incruster en profondeur et endommager le matériau. Donc qu’importe l’équipement, pensez à le ranger propre ou à le nettoyer après utilisation et avant rangement.

Ensuite, pour ce qui est de l’entretien, on recommande de manière générale de nettoyer les protections séparément. Vous pouvez alors les enlever, et les frotter avec une brosse et de l’eau chaude savonneuse. Pour les blousons, gants et pantalons, privilégiez un lavage à la main avec une eau chaude savonneuse ou en machine à 30°C (pas plus !). Prenez soin de les retourner avant lavage. On évite le sèche-linge et les sources directes de chaleur, les produits chimiques ou les adoucissants. Attention lors d’un lavage à la main : frotter les membranes et matériaux techniques risque de détériorer leur étanchéité et respirabilité. A nettoyer avec soin et des matériaux doux. Pour les bottes, on recommande un nettoyage à la main avec une éponge douce et de l’eau chaude savonneuse. Laissez sécher à l’air libre et nourrissez idéalement avec un produit spécial.

équipement moto et casque entretien

Cas particulier : comment entretenir son casque moto ?

Il faut savoir que le casque de moto nécessite un soin particulier. Quel que soit votre rythme d’utilisation, la visière doit toujours être propre. C’est la base de votre sécurité en moto. On recommande de la démonter et de la plonger dans un bassine d’eau avec du liquide vaisselle ou autre nettoyant peu agressif. Vous pouvez aussi enlever le principal (insectes, poussière et traces de pluie) avec un nettoyant pour vitre et un chiffon doux.

L’entretien de la calotte permet ensuite que les résidus et la poussière ne s’accumulent pas dans les prises d’air et les joints. Un chiffon humide fera l’affaire. Pour un nettoyage plus poussé, vous pouvez frotter les joints et les prises d’air avec une brosse à dents et un savon puis laisser égoutter.

Enfin on recommande de retirer les mousses pour les passer en machine (linge délicat à 30°C) ou à la main. Comme il s’agit ici d’un article sur l’équipement que l’on porte peu souvent, on vous recommande de le faire au moins une fois par saison voire une fois par an en fonction de votre utilisation. Si ce n’est pas possible, vous pouvez simplement passer un coup d’éponge humide pour enlever le gros de la transpiration et utiliser un produit désinfectant.

Quid des doublures

Pantalons ou blousons de moto peuvent aussi embarquer quelques épaisseurs, des doublures techniques, respirantes… Avant de vous lancer dans un quelconque nettoyage, n’oubliez pas de lire les étiquettes pour voir quelles sont les recommandations. En fonction de leur composition, les doublures techniques peuvent en effet se détériorer au lavage et perdre de leur efficacité. Si vous pouvez les retirer et les laver sans difficulté, on vous recommande de les laver en machine à 30°C. Si vous ne pouvez pas, le talc est un bon remède de grand-mère pour absorber les mauvaises odeurs. Vous pouvez aussi utiliser un produit désinfectant pour éliminer les bactéries. Évitez simplement les produits chimiques qui détériorent les matériaux.

3. Respecter les matériaux

Justement, on en parlait juste au-dessus : cuir, polyamide et polyester, Gore-Tex… tous ne nécessitent pas le même entretien. Avant de vous lancer dans un quelconque nettoyage ou même stockage, prenez soin de lire les étiquettes de vos équipements pour vérifier quelles sont les recommandations ou, à défaut, quels sont les matériaux. Et si vous avez l’habitude de couper les étiquettes dès l’acquisition de votre équipement, pensez tout de même à les garder. Elles contiennent toujours de précieuses informations que ce soit sur l’entretien, le stockage ou encore, sur les matériaux utilisés. D’autant plus pour les revêtements textiles… qui ne sont pas de simples bouts de tissus mais qui fonctionnent grâce à des techniques et matériaux spécifiques.

De manière générale, on respecte le matériau en le nettoyant à l’eau tiède savonneuse et avec une éponge douce ou un tissu doux. On le stocke dans un espace à l’abri des rayons du soleil, d’une forte source de chaleur ou de l’humidité, toujours. Pensez aussi à faire attention lorsque vous sortez votre équipement (ne le mettez pas à sécher sur un radiateur par exemple).

Quid du blouson en cuir : comment entretenir son cuir ?

Le cuir, contrairement au textile, est une matière « vivante », naturelle, qui mérite plus de précautions et de soin. Il est recommandé de le nourrir 2 à 3 fois par an avec un produit nourrissant ou imperméabilisant. Cela évitera au cuir de craqueler, de se fragiliser ou s’abîmer. Vous pouvez aussi utiliser du lait pour bébé ou un lait démaquillant. Appliquez avec un coton ou une brosse souple, et laissez sécher 10 à 15 minutes.

Pour le nettoyer, vous pouvez de la même façon utiliser un lait nettoyant ou une lingette humide, une fois par mois (en fonction de votre utilisation). Vous pouvez utiliser une brosse douce, une lingette microfibre ou un chiffon en coton, propre et sec, avec de l’eau tiède et du savon de Marseille. Si vous faites face à des insectes persistants, évitez de gratter avec l’ongle, vous risquez en effet d’abîmer le cuir. Préférez frotter avec une lingette douce, l’insecte finira par partir.

Pour le stockage, on recommande de le placer dans un endroit aéré et à température ambiante. On évite les endroits humides qui favorisent le développement des moisissures, ou trop près d’une source de chaleur. Pour un blouson en cuir encore plus, pensez à le placer sur un cintre en bois pour éviter les déformations.

entretien du cuir

N’oubliez pas d’apporter un surplus d’amour et d’attention à ces équipements portés peu souvent

Enfin, je terminerai par dire qu’un équipement peu porté mérite encore plus d’attention. Tandis qu’un équipement utilisé tous les jours n’aura besoin d’entretien qu’une fois par mois voire par saison, un équipement porté toutes les deux semaines ou juste en été devra être nettoyé, séché puis stocké après chaque utilisation. D’autant plus si vous affrontez une averse, un soleil bien fort ou des nuées épaisses de moustiques. Un équipement bien entretenu, et soigné, vous suivra loin et longtemps… d’autant plus si vous le portez peu.

comment prendre soin d'un équipement moto qu'on ne met pas souvent

Tags Femme

Partagez cet article

Mathilde Tay

Rédactrice indépendante depuis 5 ans, je suis motarde « dépendante » depuis 4 ans. Oui, je suis celle que l’on appelle parfois « sac de sable », celle qui prend des vidéos pendant que son mari se régale à moto sur les routes et sous le soleil de Californie. Fan des road trip en trail, je suis aussi fan des vieilles bécanes. Le rêve ultime ? Que mon mari voit enfin le potentiel séduction du side-car, ou rouler les mains sur le guidon d’une Triumph Speed Twin de l’âge de mon papa (1946)