Idées de balades moto hivernales en France : Le plein d’iode à la mer


Après une incursion en forêt, le blog Motoblouz vous emmène à la mer. Découvrez nos cinq idées de balade moto sur la côte avec points d’intérêt pour ajouter un soupçon d’iode et d’embruns à vos fêtes !

Il paraît que la vie est apparue dans la mer. Ceci explique peut-être cette connexion si particulière qui relie chacun d’entre nous avec elle. Pour donner un tournant iodé à votre avent, on vous propose donc un retour aux sources, au contact de l’univers marin.

La mer à moto en hiver, fausse mauvaise idée !

La mer à moto en hiver ? Contre toute attente, c’est un mix particulièrement sympa. Les hordes de touristes ont déserté les lieux, votre moto ne surchauffe pas dans les bouchons. On roule ainsi beaucoup plus fluide. Et puis l’hiver, on s’y confronte aux éléments : vagues tumultueuses, vents puissants, ciels apocalyptiques, lumières surnaturelles, rien de tel pour se rappeler qu’on est bien vivant ! Bien équipé, l’humidité et le froid, ça ne pose en effet aucun problème.

Voici, du nord au sud, les cinq itinéraires sur les côtes françaises que nous avons sélectionnés pour vous.

Coucher de soleil sur la mer lors d'une balade moto

La nuit tombe tôt, mais l’aventure continue ! – Photo Pavel Pjatakov

La côte d’Opale de Calais au Touquet

Probablement la balade préférée des motards nordistes ! Cet itinéraire « scénique » entre la côte de la mer du Nord et le PNR des caps et marais d’Opale multiplie les points de vue à couper le souffle. Il profite qui plus est d’un tracé beaucoup plus sinueux que la moyenne dans la région. Cette balade, chez Motoblouz, on l’a tous faite au moins une fois !

À voir sur la route

Après une petite visite de Calais, le fort Mahon associera patrimoine et grands espaces de la plus belle des manières. Situé à Ambleteuse, il n’est pas ouvert à la visite après la Toussaint, mais le cadre suffit largement à légitimer un arrêt sur place.

Quittez la route principale pour contempler le panorama offert au cap Gris-Nez. Par temps clair, une étonnante vue sur les côtes anglaises pourtant à 30 km de là s’offre à vous.

L’air marin, ça creuse

À Boulogne, réservez une table au Châtillon. Ce resto maritime bien connu des gens du coin sert poissons et fruits de mer en provenance directe du port tout proche. La qualité est assurément au rendez-vous.

Une p’tite planche les pieds dans le sable ou un chocolat chaud pour récupérer quelques calories perdues dans le vent du nord ? Rendez-vous à l’Enduro. Pas la course motocross, non, le restaurant-brasserie installé sur la plage. Sans chichi et pour autant très quali, avec un service digne de la région. Et qui sait, vous y croiserez peut-être un ou deux pilotes de l’Enduro en reconnaissance !

Falaises d'Étretat l'hiver

Les falaises d’Étretat, même en hiver ça dépote – Photo Cristan Ruberti

De Fécamp à Honfleur par la côte

Honneur au calcaire avec cet itinéraire empruntant les plus hauts lieux touristiques de Normandie. Yport, Étretat, le pont de Normandie, Honfleur, et pourquoi pas Le Havre, ce ne sont pas les étapes idéales qui manquent. Ajoutez à ça quelques segments bucoliques dans le bocage normand et vous avez une bonne idée de ce qui vous attend.

À voir sur la route

Le palais Bénédictine à Fécamp : Loin de nous l’idée de vous inciter à la consommation d’alcool, mais ce chef d’œuvre architectural riche d’une histoire étroitement liée à celle de l’abbatiale toute proche mérite le coup d’œil.

Outre l’incontournable falaise d’Étretat, nous vous conseillons de faire un petit détour par la valleuse d’Antifer, une brèche creusée par l’érosion ouvrant l’accès à la plage de galets, d’où la vue sur la falaise est grandiose.

L’air marin, ça creuse

À Étretat, les amateurs de fruits de mer pourront assouvir leurs pulsions d’iode au restaurant le Marie Antoinette, disposant de sa propre poissonnerie.

À Honfleur, on vous suggère une petite pause au Perroquet Vert, un bar offrant – outre une carte des bières très fournie – une terrasse avec vue sur le port. Idéal également pour un petit en-cas pour pallier les effets apéritifs des kilomètres à moto.

Coucher de soleil nuageux sur la mer

Météo couverte ? Les lumières sont encore plus incroyables ! – Photo Quino Al

De Lannion à Roscoff

La cote de granit rose ? Trop couru ! On vous emmène donc un peu plus à l’ouest, dans un p’tit coin de Bretagne plus confidentiel – toutes proportions gardées. La route serpente autant que possible le long des découpes acérées de la côte, avec une variété de paysages qui aura de quoi régaler vos pupilles. Pour ne rien gâcher, le bitume est propre et certaines courbes bien sympathiques.

À voir sur la route

Difficile de longer la côte bretonne sans faire une pause pour mettre les pieds dans le sable (voire dans l’eau pour les plus courageux) si la météo le permet. La plage des sables blancs tient ses promesses : eaux turquoises et sable fin bordées d’un relief rocailleux émaillé de maisons blanches aux toits d’ardoises typiques. Rendez-vous à Locquirec, via la rue des sables blancs- à proximité du cimetière.

Si les vieilles pierres vous tentent plus que le farniente, visitez Morlaix. Cette petite ville à taille humaine dominée par son imposant viaduc ferroviaire mérite une petite déambulation qui vous permettra d’admirer ses maisons à colombage avec en arrière-plan le port et le fleuve côtier, porte ouverte vers l’Atlantique. Attention, ça grimpe pas mal.

L’air marin, ça creuse

À Morlaix toujours, le Grand café de la terrasse a l’avantage d’offrir un abri fiable en cas d’intempéries. Mais ce n’est pas son seul atout : cette brasserie à la parisienne ne manque pas de classe sans pour autant que sa carte ne fasse frémir votre compte en banque. Une institution locale.

À Roscoff, offrez-vous une petite crêpe les pieds dans l’eau ou presque à la Billig de la plage. Panorama grandiose et moult beurre et sarrasin au programme.

fort Boyard sur la mer au soleil couchant

Le célébrissime fort Boyard vu de l’île d’Oléron – Photo Thomas Despeyroux

Tour de l’île d’Oléron

Et si vous quittiez le continent, le tout sans descendre de moto ? Un exploit possible sur l’île d’Oléron, reliée à la terre par un pont. Ici, on ne claque pas de chrono, les routes sont étroites et souvent bordées d’habitation. Le programme, c’est plutôt de flâner le nez au vent pour saisir tout ce que l’Océan a de plus beau à vous offrir. N’hésitez pas à multiplier les pauses pour en profiter.

À voir sur la route

Le phare de Chassiron est indéniablement l’emblème de l’île d’Oléron. Un coup d’œil à ce superbe sémaphore noir et blanc s’impose.

L’un des plus beaux panoramas les pieds dans le sable de l’île se présente à vous sur la plage de La Brée les Bains, bordée de dunes couvertes de forêts. Le continent au loin, et surtout le célébrissime fort Boyard garantissent de longs moments de contemplation de l’horizon.

Pour une immersion dans l’activité principale des Oléronais, rendez-vous à Fort Royer. Ce site ostréicole de caractère vous impressionnera moins par sa vasière que par les cabanes aux couleurs bigarrées qui illuminent le paysage, quelle que soit la météo. Idéal pour booster un compte Instagram !

L’air marin, ça creuse

Pourquoi pas un petit fish and chips à emporter, à savourer en observant le ballet des mouettes attirées par vos victuailles ? Ça se passe au Merluchon, petit restaurant situé à La Cotinière, le principal port de l’île. Une référence locale.

Si vous recherchez plus local comme spécialités, on vous invite plutôt à déguster une douzaine d’huîtres fines de claires accompagnées d’un verre de blanc du cru à la Cabane du sans-souci, petit restaurant installé dans le quartier animé du port de Château d’Oléron.

5 mouettes survolant la mer dans le soleil de l'hiver

Le soleil rasant de l’hiver met en valeur la côte – Photo Frank Mckenna

La côte catalane jusqu’à l’Espagne

La Catalogne française conjugue les plaisirs de la mer et de la montagne. Avec les Pyrénées toutes proches qui semblent se jeter dans la Méditerranée, il faut avouer qu’il y a de quoi dégainer l’appareil photo sans arrêt. D’abord, l’itinéraire se déroule dans la plaine, puis s’engage dans le relief pour le plus grand plaisir des amateurs de belles courbes. Vous pouvez ensuite poursuivre le voyage en Espagne si le cœur vous en dit !

À voir sur la route

Pour profiter dans les meilleures conditions des lieux, on vous suggère une petite marche relax le long de la promenade du front de mer à Argelès-sur-Mer. La vue sur le piémont pyrénéen est à tomber, et surtout le contraste entre la clémence du climat méditerranéen et le pic du Canigou enneigé en hiver fait des merveilles !

Petit port médiéval de pêcheurs, Collioure est une cité de caractère associant port de pêche et ville haute avec la Méditerranée en toile de fond. Parfait pour se dégourdir les pattes après une longue session à moto.

L’air marin, ça creuse

Ce qu’il vous faut, c’est une petite terrasse au soleil avec vue sur la mer, non ? À Canet en Roussillon, le restaurant Au Dauphin coche ces cases, avec une belle carte pour couronner le tout.

À Collioure, on a par ailleurs sélectionné pour vous un petit bar à tapas dans la vieille ville, la Treille. L’emplacement est charmant et les tapas raviront les papilles.

 

Photo de couverture Pelle Martin

 

Les autre idées de balade moto en hiver :

Notre sélection de balades moto en forêtRien de tel qu’une balade moto en forêt pour s’oxygéner les neurones. Voici quelques itinéraires à proximité des plus grandes villes de l’Hexagone, sélectionnés avec soin.
On file dans les bois
 
Itinéraires balades moto à la montagneEt si vous preniez un peu de hauteur ? Nous avons sélectionné cinq itinéraires de balade moto en montagne à consommer sans modération cet hiver. De quoi refaire le plein de paysages grandioses !
Gaz dans la montagne
 

À lire aussi : Toutes nos idées de balade moto

Itinéraires balades motoOù rouler pour se faire réellement plaisir ? Le blog Motoblouz vous propose quelques dizaines d’idées d’itinéraires pour votre prochaine balade moto. Il y en a forcément un dans le lot à quelques kilomètres de chez vous !
Voir nos idées de balades moto

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis fan inconditionnel de routes à virages. La moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.