Essai du jean Helstons Dena Dirty


Essai du jean Helstons Dena Dirty

Jusqu’à il y a quelques mois, je n’avais jamais porté de pantalon. Moto, j’entends. Alors je ne connaissais rien des coques aux hanches, des coques aux genoux, de la sensation de porter un équipement de sécurité… en bas. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que dans le jean Helstons Dena, on se sent beaucoup plus en sécurité que dans une paire de collants ou dans un jean basique. (Ne vous inquiétez pas, je vous fournis des infos un peu plus poussées dans cet article).

Le jean Helstons Dena et moi, notre rencontre

C’est une romance, une belle histoire, qui a commencé il y a quelques années. Mon premier blouson moto était un Helstons. J’aimais à la fois la coupe, le style, et la protection offerte. Inutile de chercher : je ne trouverai pas de défaut à cette marque, Française qui plus est. Les prix peut-être, mais certains diront que c’est le prix de la qualité. Ainsi, quand il a fallu choisir un pantalon moto, je me suis focalisée sur les produits Helstons.

Je voulais un jean moto pour rouler tranquille en ville et avoir un minimum de protection en cas de voyage plus long. Puis avec la veste Segura Lady Frida, c’est ce qui convenait le mieux en termes de style (oui, toujours).

Le jean Helstons Dena est un jean classique avec une coupe droite. La version Dirty ici testée, est en fait un denim bleu légèrement usé. En termes de coupe, de style et d’esthétique, c’est clairement un produit Helstons : classique, mais bien réalisé et beau dans son esprit « vintage moderne ». Le genre de jean qu’on se voit porter avec un tee-shirt blanc, une paire de bottes motardes et un perfecto en cuir. Vous voyez ?

Focus sur la finition du jean Helstons Dena

Un jean travaillé dans les moindres détails.

Une affaire de taille

A réception, ou plutôt lorsque mes beaux-parents nous ont ramenés nos équipements de France -> en Californie, malheureusement je me suis rendue compte que ce jean Helstons Dena était trop grand. Un poil trop large à la taille, il tombe légèrement, et aux jambes. Pas de regret cela dit, c’était la plus petite taille du catalogue (un 26 US, 36 EU).

Bon, pour rappel, je suis de taille microscopique donc inévitablement le jean Helstons Dena est aussi trop long. Comme TOUS mes pantalons, soyons honnête. Je fais 1 m 54, et le pantalon est fait pour 1 m 58 à 1 m 82 (c’est noté à l’intérieur). Une belle fourchette quand même, mais dans laquelle je ne peux me positionner. Le problème, c’est que Helstons avait eu la bonne idée d’ajouter un élastique en bas du pantalon, à glisser sous le pieds pour un meilleur maintien. On parle de footstraps je crois. Bref, je ne peux pas profiter de ce système ingénieux.

Elastique de maintien sur le jean Helstons Dena

Les élastiques du jean Helstons Dena… que je ne peux tester.

Cela dit, et même si la longueur convenait, je n’aurais pas pu le porter ainsi non plus… Malheureusement, la coupe du jean offre un entre-deux : il n’est pas assez large pour passer sur mes demi bottes Falco, et il n’est pas assez slim pour être calé dans les bottes. Résultat, je le retrousse et le porte au-dessus des bottes. Ce n’est pas l’idéal, mais ça fonctionne. A noter : ça vient peut-être aussi de la taille du pantalon, un poil grand, ou des bottes (les deux ne sont peut-être pas faits pour aller ensemble).

Dernier point concernant la coupe, c’est un taille basse. Pour moi, c’est parfait : même assise sur la moto, il est couvrant.. Mais c’est à noter, pour les plus grandes notamment. Et encore une fois, je précise que je ne suis pas conductrice mais passagère.

Jean Helstons Dena de dos

Un beau pantalon… un poil trop grand.

Et une qualité qui fait le poids !

Outre cette légère déception concernant la taille, en termes de qualité, de finitions, de matériaux : Helstons ne m’a pas déçue. Bien qu’il s’agisse d’un jean, la matière est stretch et très agréable. On est sur un tissu renforcé composé de 50 % coton, 30 % polyester et 20 % cordura pour la résistance à l’abrasion et aux déchirements. Le jean Helstons Dena est en plus équipé d’une doublure en kevlar 3/4 (qui n’arrive pas jusqu’en bas donc – enfin, sur moi oui, mais inutile de vous répéter pourquoi).

En route !

La première sensation ressentie une fois porté, c’est le confort. Que ce soit la matière ou la coupe, le jean Helstons Dena ne gêne absolument pas les mouvements. On oublie vite qu’il s’agit d’un pantalon moto. Enfin, on l’oublie vite car 1. j’ai mis un bout de sparadrap doux sur une (foutue) étiquette placée sur la doublure intérieure le long de la jambe. Le genre d’étiquette hyper agréable. Et 2. Il se fait oublier sur les courts trajets en ville. Quand il est question de partir plus loin et plus longtemps, le jean n’est pas le plus adapté… mais j’y reviendrai.

Quelle que soit la météo ?

Je peux affirmer que le jean Helstons Dena est chaud. Déjà par sa matière et son épaisseur, on voit qu’il ne s’adapte pas à des températures caniculaires. Il convient pour des températures comprises entre 8/10°C et 20/22°C en roulant. Testé sur les routes qui nous ont menés au Grand Canyon, il s’est avéré « efficace » pour me protéger du froid. Soyons honnête, on sent quand même le vent et la fraîcheur… mais il est couvrant. Disons que pour des courts trajets, sous des températures convenables, il fera son boulot et le fera bien. Pour les plus longs trajets dans le froid, bien sûr il y a plus adapté. Et lorsque les températures augmentent et que le soleil tape, il devient carrément désagréable car trop chaud et non respirant.

Sous quelques gouttes de pluie, il reste efficace. Sous des trombes d’eau, c’est une autre histoire… je pense ! Je ne l’ai pas testé dans ces conditions, mais s’agissant d’un jean, je ne pense pas qu’il soit 100 % étanche. En tout cas, et encore une fois, il sera adapté au quotidien sous de bonnes conditions météo… Et il le sera moins pour les longs trajets où on n’est pas sûr du ciel bleu.

Jean Helstons Dena Dirty

Quid des protections : la totale

On finit en beauté ? Autre avantage de ce jean Helstons Dena, ce sont ses protections. Là où certaines marques se limitent aux protections de genoux, Helstons apporte une protection aux genoux et aux hanches. Au-delà de sa matière résistante à l’abrasion bien sûr. Ces deux paires de protections sont amovibles. Il s’agit de protections de niveau 1, à la fois dures et confortables.

Ah le confort des protections, parlons-en. Les protections aux hanches sont tops. Je n’avais jamais été confrontée à ce système de sécurité, et j’avais peur de me sentir compressée. Au contraire, on se sent surtout bien équipé et en sécurité. Elles ne sont pas gênantes, et si besoin peuvent s’enlever sans difficulté. Les protections aux genoux, elles, c’est une autre histoire. Honnêtement, elles sont couvrantes et semblent efficaces (désolée, pas testées sur bitume). Mais une fois portées, sur la moto, après 2 h de route : elles deviennent carrément gênantes.

C’est simple, en fin de journée, je ne les supportais plus. Elles appuient fort, et le scratch sur la poche qui permet de les placer se frotte sur mes genoux… au point de me faire des égratignures. Bon, je vais passer pour la sensible du groupe. Mais franchement, quand on roule toute une journée, on n’a pas envie de sentir un scratch se frotter à son genou. Continuellement.

Essai du jean Helstons Dena Dirty

Des protections aux genoux (bien visibles) et aux hanches.

Encore une fois : un jean top… pour sa catégorie

Je finirais par ce point simple : ces légers soucis de confort de scratch, de protections aux genoux, de matières ou de chaleur… sont des soucis que j’ai rencontré personnellement car j’ai testé ce jean Helstons Dena dans des conditions qui ne lui correspondaient pas.

Je l’ai porté pour tous nos trips : jusqu’à la Death Valley avec +25°C maxi, pendant 3 jours, jusqu’au Grand Canyon avec du 5°C mini, sur 4 jours, et jusqu’à Jawbone Canyon (autrement dit : dans le sable). Et malheureusement, s’il est confortable au début, il est désagréable et pas adapté au bout de 2/3h de route consécutive. Car ce n’est pas son objectif !

Je pense que ce jean Helstons Dena est TOP dans sa catégorie. Rouler au quotidien pour aller bosser, profiter du soleil pour aller se faire une balade un week-end, faire des photos stylées avec son perfecto et ses boots. Bref, c’est un beau produit qui est protecteur et agréable pour quelques heures de route. Pour ça, le jean Helstons Dena est (quasi) irréprochable. Pour les longs voyages, je ne dirais qu’une chose : j’ai fait le mauvais choix.

Style et finitions5
Coupe4
Protection 4
Confort4.5
Point météo 4

Mon avis : un bon équipement pour le quotidien et les courts week-ends

Ce jean Helstons Dena a du style, et offre une bonne protection. C'est un beau produit, pour lequel il faut mettre le prix, qui séduira les motardes du quotidien. Il est efficace sur des petits trips et courts week-ends. Dans sa catégorie : il est top. Mais quand il s'agit de partir plus loin, plus longtemps, sous d'autres conditions météos qu'un beau ciel bleu : le Jean Helstons Dena montre ses limites... Tout simplement car il s'agit d'un jean et non d'un pantalon moto type adventure.
4.3

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.