Essai casque HJC RPHA 11


Peut-on utiliser au quotidien un casque destiné à la compétition ? Ça mérite d’être testé. Alors, aujourd’hui, qu’est-ce qu’on a à l’agenda ? Tondeuse, vaisselle, écrire mon test sur le casque HJC RPHA 11 !

Insonorisation : vous avez une banane dans l’oreille

Ce casque HJC RPHA 11 est plutôt bruyant. Mais c’est un casque fait pour la compète, et l’insonorisation n’est pas la priorité lors du design d’un tel casque. « C’est bruyant comment ? » allez-vous me demander.

Bien bien bruyant tout de même. Comparé à un casque ARAI, déjà considéré comme mal insonorisé, le HJC est un bon cran au-dessus. Comme le bruit du frottement de l’air sur le micro d’une caméra, quand vous regardez une vidéo de motard sur YouTube. Pour tous mes petits trajets, cela ne me dérange pas. Et, ce défaut est très très largement compensé par plein d’autres qualités. Mais c’est une chose à savoir si vous partez pour plus d’une heure d’autoroute. Il est peut-être bon d’envisager les bouchons d’oreille.

C’est un défaut, mais pas toujours, quel plaisir que de bien entendre les grognements rauques des pots de Pippa et de la faire pétarader dans les tunnels !

Ça, c’est fait, c’est derrière (et la pelouse aussi d’ailleurs). On attaque les autres points alors. (Et la vaisselle).

Confort : Business class du casque HJC RPHA 11

Avec son poids de 1280 g, je trouve ce casque HJC très léger. L’aérodynamisme dont je parle juste plus bas n’y est pas étranger mais, allié à la légèreté due à la fibre de carbone, vous avez là un casque qui ne vous fera jamais souffrir.

L’intérieur est doux. Il est dit « MultiCool », antibactérien, anti-transpirant et lavable. Les coussins placés aux joues m’ont parus fort épais lors des premiers essais. Mais je me suis très vite habitué à sentir ma mâchoire maintenue. Cela plus le bruit, le kit Bluetooth me paraît compromis. À côté de ça, le casque HJC RPHA 11 est muni d’encoches pour lunettes, et c’est très réussi. Les miennes sont parfaitement à leur place, et elles s’enlèvent et se mettent sans aucune résistance.

Aérodynamique : je suis l’aigle de la route

C’est un casque conçu et testé pour rouler à haute vitesse. Et chez HJC, ils n’ont pas raté leur coup.

Équipé d’un spoiler, j’ai beau tourner la tête dans tous les sens pour vérifier mes angles morts sur autoroute, le casque fait preuve d’une stabilité incroyable. Aucune vibration, aucun ballottement. Je ne dois pas faire le moindre effort pour maintenir ma tête dans la position désirée.

Aération : et la buée disparut

Messieurs les porteurs de lunettes : miracle. Enfin un casque sans buée. L’écran est fourni avec un grand Pinlock qui fait très bien son boulot, mais enfin, plus de buée sur mes lunettes ! C’est un gros problème que je n’ai jamais pu résoudre jusqu’à maintenant avec un casque intégral.

Le système d’aération du casque HJC RPHA 11 est tellement efficace, que je n’ai encore jamais eu de buée en roulant.

  • Deux entrées d’air au niveau de la bouche (dont une qui se manipule bizarrement de l’intérieur. A l’arrêt, avec vos doigts, pas votre langue…).
  • Une coulissante au niveau du front.
  • Deux molettes au-dessus du crâne.

Et tout est manipulable avec des gants. Je ne dois donc plus passer mon temps à ouvrir et fermer ma visière selon ma vitesse. Et si c’était le cas, celle-ci se ferme de façon hermétique en un clin d’œil grâce à leur système de blocage. (Pour la vaisselle, j’ai craqué et je l’ai ouverte). Malgré toutes ces aérations, je n’ai jamais eu froid. Mais l’hiver est plutôt doux cette année, n’en déplaise à Donald.

Esthétique : « la beauté est dans les yeux de celui qui regarde » (Oscar)

Il a du chien ce casque HJC RPHA 11. C’est vrai qu’il peut paraître un poil agressif, et il est très moderne. Mais vous trouverez votre bonheur dans ses multiples combinaisons de couleurs et de thèmes. Il y a du sobre, du bling bling, du Marvel, du Pixar, du Star Wars, du Girly : il y en a vraiment pour tous les goûts.

La sécurité n’arrive pas par accident

Compét oblige, le casque HJC RPHA 11 est muni d’une attache double D. C’est ce que je trouve le plus pratique et sécur. Ils ont même placé une petite boucle en nylon en plus, sur une des boucles, pour pouvoir l’attraper aisément. Cela permet aussi de régler le serrage à chaque mise du casque sans chipoter 3 minutes.

La visière est très large, ce qui permet d’avoir un champ de vision panoramique. On voit tout ce qui se passe en champ périphérique, ce qui est très rassurant.

Il n’y a pas de visière fumée rétractable, tant mieux. Encore une fois, on joue sur la sécurité. Une telle visière, même si pratique, est une fragilité dans un casque. Une seconde visière, fumée cette fois, est fournie avec le casque HJC RPHA 11. Et grâce au système de fixation RapidFire II, on change de visière en 5 secondes sans outil.

Mais… le test SHARP ne lui donne que 3 étoiles sur 5 : excellent sur tout le crâne mais mauvais aux tempes. Ce que le casque gagne sur le haut du crâne, en oubliant la visière fumée, il le perd aux tempes avec le système Rapidefire

Le casque est évidement homologué mais c’est à savoir.

Insonorisation7.5
Confort10
Aérodynamique10
Aération10
Esthétique8.5
Sécurité7

Mon avis : Beaucoup d'atouts, ce HJC !

Ce casque HJC a beaucoup d'atouts, et je l'apprécie énormément. Si je passe facilement au-dessus des soucis d'insonorisation en roulant avec au quotidien, c'est parce que tous les petits plus (vision/stabilité/aération) apportés par l'orientation compèt' sont très bénéfiques. Un bémol pour le test SHARP, il est soumis à polémique, les homologations aussi...
8.8

Partagez cet article

Etienne

Une gamelle avec la Wallaroo de mon grand frère il y a 20 ans a été le déclencheur d'une passion pour les déplacements rapides, depuis, vous nous croiserez Pippa et moi sur les routes de Belgique. Été comme hiver, qu’il pleuve ou qu’il fasse juste humide, par -10° ou +15°, rien ne nous arrête, nous sommes les navetteurs.