Essai des gants DXR Bricklane


essai des gants DXR Bricklane

Ah… Ma très chère météo normande. Alors que j’attaque la rédaction de ce test, le printemps vient juste de faire son apparition. Et la température peine à rester positive le matin alors que la pluie s’invite durant le reste de la journée. Loin d’être décourageant, ce climat est parfait pour mettre les gants DXR Bricklane à l’épreuve. Ces gants moto hiver à l’apparence vintage devraient faire des merveilles dans ces conditions. Parfaitement assortis à mon blouson DXR Linus Rider et au style rétro de ma Royal Enfield, il me tarde de leur faire prendre la route… Alors, en selle !

Look rétro et cuir épais pour les gants DXR Bricklane

Rendus obligatoires à moto, les gants participent à la protection du pilote tout en ajoutant la touche finale à son look. Ainsi, au moment de faire le bon choix, plusieurs critères rentrent en jeu. Au final, le style est souvent l’un des éléments déclencheurs de l’achat. Si la gamme DXR ne cesse de s’agrandir et répond désormais aux besoins des pistards comme des amateurs de moto ancienne, chaque univers de pratique possède ses propres codes stylistiques. Le modèle de gants DXR Bricklane s’adresse aux amoureux du passé… Qui ne sont pas contre une dose de technologie très actuelle !

Conçus dans un cuir de chèvre plutôt souple et épais, ces derniers se déclinent dans deux coloris plutôt sobres. Vous avez donc le choix entre un noir très classique et une déclinaison marron légèrement moins discrète. Recherchant une paire de gants capables de s’accorder avec mon blouson DXR Linus Rider chocolat, mon choix s’est naturellement porté sur la deuxième option.

essai des gants DXR Bricklane en cuir de chèvre

Dans ce coloris marron, les gants DXR Bricklane sont superbes. Le cuir de chèvre épais devrait bien vieillir.

Dès l’ouverture du colis, on salue la simplicité du dessin. Ici, aucune coque en carbone ne vient recouvrir le dos de la main ou le haut des phalanges. Seules les deux pattes de serrage semblent agrémenter un style épuré et qui sent bon le siècle dernier. Tout juste les soufflets d’aisance situés au niveau des doigts viennent-ils donner aux Bricklane un style très légèrement sportif. Les logos DXR, relativement modernes, tranchent un peu avec cet esprit résolument « Old School« . Situés sur les larges bandes de serrage, ils jouent la carte du relief pour rester discrets.

Doublure épaisse et accueil douillet

Rouler au guidon d’une machine classique (ou néo-rétro), c’est souvent adopter une certaine philosophie. On laisse la performance de côté pour s’amuser à enrouler les virages avec souplesse, on oublie la vitesse pure pour profiter du couple du moteur… Bref, on se plaît à se déplacer dans un certain confort et avec sérénité. Je sais, je peux être poétique parfois… Mais, reprenons notre sérieux. À leur façon, ces gants DXR Bricklane vous proposent une certaine vision de la moto.

Ici, pas question de sportivité ! Ces gants DXR s’enfilent comme une bonne paire de charentaises. La main est comme enveloppée par l’épais rembourrage. Malgré tout, le tissu qui compose la doublure offre une certaine finesse. Ceci devrait être un gage de respirabilité en cas de montée des températures. Alors que la doublure de certains gants hiver devient vite énervante en se retournant au moment de les enlever, celle des Bricklane fait office de bonne élève. Cette dernière reste bien en place, même après les enfilages répétés.

intérieur douillet pour les gants DXR Bricklane

Intérieur douillet et doublure solidement fixée : l’accueil est princier ! Les étiquettes sont gênantes en revanche.

Revers de la médaille, l’épaisseur cumulée du cuir et de la doublure thermique rend le gant relativement épais. Ainsi, comme c’est souvent le cas avec les équipements dédiés aux saisons froides, le retour d’information est un peu aux abonnés absents. Attention, on n’est pas dans la caricature de la moufle qui n’offre aucun ressenti une fois aux commandes de sa moto… Mais il est certain que si vous aimez disposer de la dextérité d’un chirurgien, vous serez un peu déçu. Enfin, les étiquettes présentes à l’intérieur des gants DXR Bricklane sont assez conséquentes. Méfiez-vous : les couper, c’est risquer de ne pas pouvoir justifier de leur homologation en cas de contrôle.

Ajustement facile et sécurité « à l’ancienne »

Parce que pour moi la moto ne doit pas être une prise de tête, enfiler mes gants doit être un jeu d’enfant ! Au-delà de la rime, c’est surtout la symbolique qui compte. On ne va pas se mentir, partir rouler l’hiver n’est pas systématiquement stimulant au premier abord. Alors, si au moment d’enfiler son équipement, on a le sentiment de galérer façon Hubert de Montmirail partant en croisade avec son armure… Le fun disparaît totalement !

Avec les gants DXR Bricklane, pas besoin de paniquer. L’ouverture large permet de les enfiler très facilement. La doublure douce vient renforcer cette impression. La main glisse naturellement jusqu’à trouver sa place. Une fois cette première étape passée, on ajuste le serrage grâce à deux pattes. La première, située à l’articulation du poignet, est réglable selon deux positions, le tout au moyen d’un bouton pression. C’est simple, relativement efficace, mais une position intermédiaire serait bienvenue. La seconde patte de serrage se situe au niveau de la manchette. Son ajustement se fait au moyen d’une large bande velcro. L’addition de ces deux fermetures donne une impression de maintien très correcte.

pattes de serrage des gants DXR Bricklane

La deuxième patte de serrage est large et équipée de velcro. On aperçoit les renforts de paume à l’arrière-plan.

Lorsqu’arrive la question de la sécurité, il convient de rappeler que ces gants DXR se destinent aux motards amoureux de balades à la cool. En effet, ils sont dépourvus de coques de protection rigides. Pourtant, ils bénéficient du premier niveau d’homologation s’agissant de la pratique de la moto. Afin de leur garantir une bonne tenue face à l’abrasion, les designers de la marque ont intégré des renforts en cuir au niveau des paumes. Certes, cela paraît léger mais sachez toutefois que le premier reflexe d’un humain en cas de chute est de mettre ses mains en avant…

De bons gants face aux éléments !

Quand on essaie un équipement d’hiver, il est normal de s’attarder sur sa capacité à gérer les aléas de la météo. Dans le cas des Bricklane, la marque DXR décrit ses gants comme résistants au froid et étanches à l’eau. Ces belles promesses vont-elles se vérifier une fois en selle ?

Alors que les températures frôlent le négatif et que la brume chargée de gouttelettes se dépose sur mon réservoir, je prends la route pour une balade d’une soixantaine de kilomètres à travers la campagne normande. Si les premiers kilomètres défilent sans aucune gêne, après une demi-heure de trajet, le froid se fait légèrement sentir. Au bout de cette sortie d’une heure et demi, le constat est simple : les Bricklane sont dans la moyenne lorsque le mercure descend. Mes gants hiver Rev’it ne font guère mieux dans cet exercice. Pour résumer, entre 5°C et 10°C, vous vous sentirez bien. Sous cette zone de confort, les Bricklane avoueront leur limite et vous préférerez sûrement des modèles chauffants.

gants DXR Bricklane, parfaitement étanches

Bien pensée, cette bavette vous permet d’ôter la pluie de votre visière. Côté étanchéité, c’est un sans-faute !

Au fil des roulages, j’ai bien évidemment croisé des averses. La Normandie ne serait pas vraiment la Normandie sans un peu de pluie… Très convaincants, les Bricklane ne se sont pas fait prendre en défaut ! Aucune goutte n’est parvenue à traverser la membrane Hipora. Persuadé d’arriver à bout de l’étanchéité de cette dernière, j’ai été jusqu’à mettre ma main gantée sous ma douche… En vain ! Même après une exposition prolongée, mes doigts sont restés au sec. Je rajouterai que les créateurs nordistes ont pris le soin d’équiper le pouce gauche d’une bavette en caoutchouc. Celle-ci vous permettra d’ôter la pluie de votre visière en cas d’averse. Pas bête et particulièrement appréciable quand on habite ma région notamment.

 

Voir la fiche produit

Qualité / Finition4.5
Facilité d'enfilage 5
Souplesse3.5
Etanchéité 5
Isolation 3
Protection2

Mon avis : pour les amateurs d'équipements modernes au look vintage

Confortables, ces gants DXR Bricklane vous protégeront du froid si ce dernier n'est pas trop mordant… N'étant pas chauffants, ces derniers avouent leur limite lorsque la température se rapproche de zéro alors qu'ils ne craindront absolument pas la pluie ! S'ils s'accorderont parfaitement d'un usage balade, l'absence de coques de protection vous passera l'envie d'attaquer au guidon. En revanche, rien à craindre face à l'abrasion : le cuir épais et les renforts présents au niveau des paumes rempliront leur mission en cas de glissade. Comme souvent, pour moins de 40 €, DXR propose un produit sympathique et attachant.
3.9

Partagez cet article

JBuzZzLightyear

Motard dans l'âme depuis l'enfance, j'ai longtemps rêvé de pouvoir prendre la route au guidon de ma propre machine! Après avoir possédé des roadsters, des sportives ou encore des trails, c'est au guidon d'un café racer bien rétro que je navigue pour des trajets professionnels ou lors de balades plus ou moins longues. Passionné de compétition motocycliste, je m'éclate à photographier mes pilotes favoris sur les circuits de France et d'Europe...