Essai des gants FURYGAN James EVO D3O


essai des gants Furygan James Evo D3O

Ah les gants… Lorsqu’il s’agit de trouver le modèle qui conviendra à mes petites mains, douces et fragiles, la question devient vite épineuse. Pour faire simple, j’ai rarement trouvé des gants moto qui collaient à la morphologie de mes mains. Pour autant, quand Motoblouz m’a proposé d’essayer les nouveaux gants Furygan James Evo D3O, je n’ai pas hésité longtemps. Les raisons sont simples : je n’avais jamais testé de gants de la marque française et mon essai de leur blouson Nitros est la belle surprise de mon année 2021 ! Vous voulez savoir si j’ai trouvé « chaussure à mon pied »… Euh… « Gant à ma main » ? Alors, suivez-moi au fil des prochaines lignes de ce test longue durée.

Le gant, véritable ADN de Furygan

Je ne vais pas vous refaire l’histoire complète de la marque à la panthère, déjà évoquée dans mon test du blouson Nitros. Mais, histoire de planter le décor, sachez que l’équipementier français a débuté son activité par la confection de gants. Autant vous dire que j’attendais la panthère au tournant lors de cet essai.

confection de gants, inscrit dans l'ADN de Furygan

La panthère maîtrise la confection de gants… C’est inscrit dans son ADN !

Alors que j’attaque le déballage, un sourire barre déjà mon visage. Le cuir de chèvre est superbe et son grain donne un vrai sentiment de qualité et de robustesse aux gants. Côté finition, le verdict est sans appel : c’est superbe ! Les empiècements sont parfaitement assemblés, les coutures soignées et même les coques en D3O passent inaperçues grâce à leur intégration réussie. Comme souvent, les fermetures éclair proviennent du catalogue YKK, la référence mondiale dans ce domaine. Au moment de conclure ce tour du propriétaire, aucun doute n’est possible : Furygan maîtrise son sujet !

Moteur et… Action !

Que vous soyez plutôt James Dean ou James Bond, je pense qu’on s’accordera à dire que c’est au moment de passer à l’action que ces deux icônes s’illustrent. Afin de savoir si le James façon Furygan mérite son glorieux patronyme, direction les routes normandes et leur météo… incertaine.

cuir de chèvre sur les gants Furygan James Evo D3O

Le cuir de chèvre allie robustesse et souplesse. Parfait pour rouler de longues heures en se sachant bien protégé

Ce qui est bien avec la Normandie cuvée 2021, c’est que, lorsqu’il s’agit de tester, les conditions sont optimales. C’est simple, en 2 h et 80 kilomètres, vous passez en revue les quatre saisons tout en contrôlant l’étanchéité des produits. Dans le cas présent, les gants Furygan James Evo D3O se sont montrés convaincants. S’accommodant plutôt bien des températures comprises entre 10 et 30°C, ils ne se laissent pas déborder par la pluie. Attention, il est ici question de pluie commune… Bien entendu, ils avoueront leurs limites si vous croisez un orage diluvien sur votre chemin. Au quotidien, ces gants Furygan offrent une polyvalence certaine, permettant d’envisager petits et longs trajets sans s’inquiéter.

Les gants Furygan James Evo D3O : sportifs comme James Dean…

Si les gants Furygan James Evo D3O affichent un look délicieusement vintage, qui fera fureur chez les pilotes de Café Racer, ils ajoutent à leur panoplie un semblant de sportivité. La manchette courte n’est certainement pas étrangère à cette impression.

essai des gants Furygan James Evo D3O : tout y est !

Patte de serrage en cuir, fermeture de qualité et soufflets d’aisance : tout y est.

Agréable, la coupe propose une belle ergonomie et n’entrave pas les mouvements une fois en route. Malgré les bracelets de ma Continental GT, je n’ai jamais eu l’impression de me sentir entravé. Les soufflets d’aisance situés au niveau du poignet et des doigts participent autant au confort qu’au style. Si le gant se ferme au moyen d’une fermeture éclair, il se verrouille grâce à une belle patte de serrage en cuir dont l’extrémité se « scratche ».

… Techno comme James Bond !

Si, comme le célèbre espion britannique, votre vie s’avère trépidante et que votre planning est serré, pas besoin de paniquer. Furygan a pensé à vous et a équipé ses gants Furygan James Evo D3O des dernières technologies. Désormais, plus besoin d’ôter son gant pour utiliser son smartphone. En effet, la marque a intégré un insert nommé Furygan Sensitive Science au niveau de l’index, permettant d’interagir avec les écrans tactiles. Pratique, surtout lorsque vous avez besoin de programmer un trajet sur votre appli préférée !

des gants rétro orientés technologies, les gants Furygan

Coques en D3O, inserts tactiles au niveau de l’index : plutôt techno ces gants rétros !

Cependant, la technologie ne se limite pas aux usages pratiques. Non, Furygan place aussi et surtout la sécurité au centre de ses préoccupations. Ainsi, c’est grâce au fameux D3O que vos mains resteront à l’abri des blessures les plus sévères en cas d’impact. Ce matériau moderne et novateur allie confort et robustesse. Dans un usage « traditionnel », les coques offrent souplesse et ergonomie. En cas de choc, la matière se rigidifie, répartissant les forces de manière intelligente, tout en vous préservant des lésions.

Voir la fiche produit

Qualité / Finition5
Facilité d'enfilage4.5
Souplesse4.5
Étanchéité4
Isolation3.5
Protection4.5

Mon avis : look rétro, et conception techno !

Malgré un look volontairement "rétro", les gants Furygan James D3O se la jouent "techno". La protection semble avoir été au centre des attentions du manufacturier français. Si les inserts en D3O assurent une sécurité optimale en cas d'impact, le cuir de chèvre offre une excellente résistance à l'abrasion. De son côté, l'insert présent sur le bout de l'index permettra aux plus connectés d'entre nous d'utiliser leur smartphone sans avoir à se déganter. Vous l'aurez compris : pour ma part, j'ai été séduit !
4.4

Partagez cet article

JBuzZzLightyear

Motard dans l'âme depuis l'enfance, j'ai longtemps rêvé de pouvoir prendre la route au guidon de ma propre machine! Après avoir possédé des roadsters, des sportives ou encore des trails, c'est au guidon d'un café racer bien rétro que je navigue pour des trajets professionnels ou lors de balades plus ou moins longues. Passionné de compétition motocycliste, je m'éclate à photographier mes pilotes favoris sur les circuits de France et d'Europe...