Essai combinaison Ixon Vortex Lady


Ixon a fini par laisser tomber les motifs floraux sur la dernière mouture de sa combinaison féminine… J’ai donc enfin pu craquer sans retenue pour la Ixon Vortex Lady dernière du nom, que j’ai testée aussi sec pendant deux jours de roulages intensifs. De quoi se faire une bonne idée de ses forces et ses faiblesses ! Justement, je vous dis tout ici 🙂

Ça y est ! Il a paru interminable, mais l’hiver semble être enfin derrière nous. Avec le retour des premiers rayons de soleil, l’occasion est trop belle : il faut en profiter pour aller reposer ses roues sur circuit. Adieu trêve hivernale, bonjour reprise du plaisir, du genou par terre, et de la chasse aux moustiques sur l’écran de son casque !

Deux jours de stage de pilotage pour bien tester !

Et justement ça tombe bien, en ce milieu d’avril, Motoblouz et la De Radigues Rider School organisent un stage de pilotage sur le magnifique tracé du Vigeant Val de Vienne, à deux pas de Poitiers. Au programme, six groupes de niveaux, chacun encadré par un instructeur de très haut niveau, roulant avec un seul mot d’ordre : prendre du plaisir, de la confiance, avoir les bons outils, la bonne méthode et la bonne position pour rouler sur circuit en toute sécurité quel que soit son niveau !

Sur ces deux jours, se sont côtoyés des pilotes découvrant les joies de la piste, comme des pilotes émérites. Pour ne citer qu’elle, Margaux Wanham, pilote Motoblouz qui vient de finir les 24 Heures du Mans, après avoir et seconde de la Women’s Cup, était parmi les présents ! L’occasion rêvée pour moi d’aller me remettre en selle gentiment, après près d’un an sans piste à cause d’une petite blessure en course l’an passé.

Et c’est dans la toute nouvelle combinaison Ixon Vortex Lady que j’ai eu la chance de rouler !

En couleur ou en noir et blanc

Si les modèles hommes de la marque française proposent de nombreux coloris, les modèles femmes étaient jusqu’alors très souvent ornés de fleurs. Pour toutes celles qui veulent rouler sans forcément être camouflées en arbustes, Ixon a enfin apporté sur le marché une solution parfaite : deux coloris sans motifs ! Un premier modèle noir blanc et fuchsia, et un modèle full black.

Sécurité ET confort

Comme toujours chez Ixon, le produit est d’une qualité irréprochable. Le cuir de vachette est souple, facile à enfiler, agréable à porter. La doublure Mesh amovible la rend extrêmement simple à enfiler et retirer. Même pour celles qui ne portent pas de sous-combinaison. Je l’ai pour ma part testée avec l’ensemble DXR Warmcore le premier jour, et le Skeed en Kermel le second.

Les empiècements en stretch sont renforcés avec des fibres aramide ou des fibres Kevlar suivant les zones. Cette conception garantit une coupe près du corps, agréable à porter mais super résistante en cas de chute. Je n’ai pas eu l’occasion de vous faire de crash-test en live – mes pneus m’ayant sauvé plusieurs petites bêtises sur des remises de gaz un peu olé-olé – mais si Ixon équipe d’innombrables champions de moto, en vitesse comme en endurance, c’est bien la preuve que la résistance est au rendez vous en toutes circonstances.

Petite surprise par rapport à la Ixon Pulsar que je connaissais précédemment : de nouvelles protections sont apparues sur le haut des cuisses et la tête des hanches. La doublure et les protections permettent de rouler 100% sécurité sans avoir à porter de Shorty de protection de hanche entre la sous-combinaison et la combinaison.

Retouches possibles

Disponible du XS au XL, la Ixon Vortex Lady répondra aux besoins de très nombreuses pilotes ! Et comme toujours chez Ixon également, les retouches et l’ajustage restent bien évidemment possibles. J’ai la chance de rentrer dans le modèle M sans avoir besoin de passer par la case retouche. Longueur de bras, largeur d’épaule, tour de taille ou de poitrine… : vous pouvez demander toutes les modifications que vous souhaitez !

Airbag-ready !

Grande nouveauté a noter par rapport aux modèles précédents : la Ixon Vortex Lady est d’ores et déjà prête à accueillir le nouveau modèle d’airbag sous combi que la marque française fera arriver des cette rentrée sur le marché. Le meilleur allié confort et sécurité ! En effet, l’airbag pourra se glisser sous la combinaison, et protéger ainsi en cas de chute ou glissade. Et vous êtes sûre de ne pas infliger le port d’un sur-airbag noir souvent assez malheureux en termes de style.

Alors, parfaite la combinaison Ixon Vortex Lady ? Presque.

Si on veut chercher la petite bête, on pourrait imaginer encore plus de coloris, et de design. Un modèle noir et rouge par exemple aurait été parfait avec ma moto ! Notons malgré tout que le bureau de design d’Ixon propose la décoration et la customisation des patchs en similicuir. L’opération est réalisée au sein même de leur atelier. Durée de l’opération ? Environ huit jours. Le budget ? Comptez environ 150 € pour les 10 patchs qu’il y a sur ma combinaison !

Un deuxième détail, qui se fait plus ou moins sentir suivant votre morphologie et surtout le modèle est la marque de votre casque : la hauteur de la bosse aérodynamique. Elle matchera parfaitement avec un casque pas trop proéminent à l’arrière pour éviter un contact avec la bosse qui avance pas mal vers la tête pour des raisons d’aérodynamique et de sécurité. 

Avec mon XLite X802RR comme mon Dexter Cronos Carbon, de temps en temps mon casque s’est retrouvé poussé par la bosse, me tombant ainsi sur les yeux. Surtout vrai dans les grandes courbes rapides qui nécessitent de beaucoup déhancher, ce soucis peut être résolu avec des casques au champ de vision plus haut, ou avec des creux en partie arrière. Le problème est également complètement écarté si jamais vous avez l’habitude de rouler sans Pinlock.

Photos Agence Forty Nine

Coupe9
Confort10
Protection9
Look9
Finition10

Mon avis : Proche de la perfection !

Adaptée à la plupart des motardes, la combinaison Ixon Vortex Lady offre confort et protection sans devoir tomber dans le style floral qui ne nous plaît pas toutes. Vérifiez simplement que votre casque n'est pas trop proéminent à l'arrière pour éviter qu'il entre en contact avec la bosse dorsale quand vous déhanchez à fond. Un vrai coup de cœur que je ne suis pas prête de laisser au placard !
9.4

Partagez cet article

Julie

Si c’est parce que j’ai un jour perdu un pari que j’ai passé mon permis moto, c’est aujourd’hui par plaisir et passion que j’enfourche une bécane dès que possible. Ne roulant plus en ville au quotidien, je me consacre surtout à la piste au guidon de ma Triumph Daytona ou de ma BMW S1000RR. Mes pistes coup de cœur ? Sans aucun doute le Bugatti au Mans et le tracé valloné de Lédenon !