DUNDEE 2018 : premières roues sur les Gravel Road !


Jour J pour nous Français ou D-Day pour les Anglo-Saxons… Mais plus simplement : ça y est, on part ! Le brief d’Eric nous est donné vers 9 h 30. L’étape du jour est en direction de Tin Can Bay : 240 km avec notre premier bout de piste, une dizaine de kilomètres de Gravel Road.

Météo du jour à Brisbane

Eric nous précise que les dernières pluies ont rendu cette partie de Gravel Road plus « technique », et qu’il y avait une possibilité d’itinéraire bis (au cas où) ! Mais le départ est donné sous un rayon de soleil. Comme s’il avait été commandé pour l’événement. Les différents groupes se forment et s’étirent. Certains même se perdent… Surtout bien rouler à gauche !

Pour cette première étape, Eric nous a donné rendez-vous dans un restau typique, sur cette route en sortie de la banlieue de Brisbane. Tout le monde est au rendez-vous, certains depuis un moment, d’autres comme nous, plus tardivement… Notre groupe prône la prudence dans cet environnement inhabituel… Chacun voyage comme il veut. Et c’est cette conception de voyage qui nous a plu dans la proposition de T3.

Cette petite étape se fait sous un temps très mitigé. Il fait entre 22 et 27 degrés, mais parfois avec des averses de pluie tropicales : fortes et de courte durée ! Pas le temps de mettre les affaires de pluie tant c’est brutal ! Mais en quelques kilomètres, nous sommes séchés.

Premiers kilomètres, premiers essais…

Nous testons nos vêtements neufs, et cette alternance de pluie/chaleur rend le test plus efficace. Pour moi, le pantalon DXR Roadtrip Pant est assez confortable. Il est déperlant et avec les pluies nombreuses, c’est du bonheur ! Je reste au sec, et sans transpiration excessive malgré les 25/28°C. Les bretelles intégrées sont très pratiques et permettent facilement le debout/assis. Ce pantalon DXR est donc d’un confort plus qu’appréciable jusqu’à une trentaine de degrés. En effet, au-dessus les aérations ne sont plus suffisantes… !

Pour Flo, son pantalon Rev it et sa veste Spidi, tous deux aux multiples réglages, sont parfaits pour ces conditions climatiques. L’aération est modulable devant et derrière pour la veste, et la partie Mesh sur le devant du pantalon fait merveille. Flo est ravie de cet ensemble : étanche, pas de surchauffe intérieure… Manque juste sur le haut de la veste, une patte de serrage pour attacher le col lorsque la veste est en position entrouverte. En effet, ceci permettrait que la fermeture éclair ne claque pas contre le casque…

Enfin, nous arrivons à notre première Gravel Road australienne. Cette partie d’off road est assez sympa et technique ! Pendant ces 10 kilomètres, nous testons Flo et moi différentes positions. Debout pour moi et assise pour elle ou tous les deux debout… Merci les brettelles de nos pantalons moto. Mais aucune des positions ne se détache, en termes de confort pour Flo et/ou de facilité de pilotage pour moi. Nous réessaierons plus tard…

Apprendre à lire les Gravel Road…

Pour cette partie de Gravel Road, il me faut bien lire la piste. Les parties plus claires sont les parties tassées, par les roues des voitures et des camions, et les parties plus sombres sont constituées de Gravels, des cailloux de tailles différentes, et sont assez dangereuses. Leur instabilité est manifeste et mieux vaut ne pas s’y aventurer… Les précipitations ont créé des trous et laissé pas mal de branches sur le sol. Nous devons slalomer et éviter les pièges…

Arrivés à notre hôtel vers 5 h du soir. Ici il fait nuit à 6 h ! Pour une première étape, ce n’est pas trop long. Reprise en main de nos motos après plus de trois mois sans pouvoir conduire : c’est raisonnable, et aussi très prudent.

Nous apprenons que le 4×4 d’assistance a eu un problème de carburant… Essence dans le réservoir plutôt que gasoil… Oups ! Ca arrive, même aux pros. Ne voulant pas vidanger n’importe où, par respect et déontologie écologique, ils ont bricolé un système astucieux avec un jerrycan sur le toit et deux tuyaux, un pour l’apport de gasoil à la pompe moteur et un autre pour le retour de pression. Le moteur tourne ! Ils auront quelques heures de travail à effectuer pendant que nous dormirons. Le lendemain, le réservoir aura été purgé et le plein fait avec le bon carburant.

Demain, levés à 5 h 30 pour un petit déj tôt et pour aller, vers les 7 h, assister à une petite présentation avec des dauphins. Puis longue étape de près de 500 bornes ! Direction plein nord vers la petite station balnéaire de Yeppon… A suivre !

Partagez cet article

Florence et Hubert

Tous deux, à la cinquantaine plus les intérêts, vivons la vie avec passion. Ce que nous recherchons dans nos voyages? L’émerveillement ! Vous savez : cette petite lumière qui s’allume dans les yeux à un moment ou un autre… et quand on peut en plus, la partager, n’est-elle pas encore plus belle ?