Vidéo : Accessoires trail SW-Motech, retours d’expérience !


Après près de deux mois d’utilisation régulière, je suis en mesure de formuler un avis sur les différents accessoires SW-Motech avec lesquels j’ai équipé mon trail préféré, une Triumph Tiger 1200 Explorer. J’ai choisi des pièces adaptables qui la rendent plus apte aux sorties off-road, mais aussi au quotidien ! Notez que la plupart sont disponibles pour les trails de référence du marché, comme la BMW R1200GS Adventure, la Yamaha XT1200Z Super Ténéré…

Vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai choisi SW-Motech… J’ai déjà fait appel à cette marque pour mes crashbars. Convaincu par le résultat, j’ai décidé de faire confiance aux autres accessoires de cette marque !

Voilà la liste des accessoires SW-Motech que j’ai testés et dont je vais vous parler dans cette vidéo :

Protection de phare SW-Motech : Rassurante !

J’ai décidé d’ajouter cette protection de plexiglas pour mettre l’optique de phare à l’abri des impacts quand je fais du off-road. En tout-terrain, on n’est jamais sûr qu’un caillou ne viendra pas taper le phare. Or un optique cassé doit être intégralement changé ! Mieux vaut n’avoir à remplacer que l’élément de plexiglas de la protection, c’est beaucoup plus économique !

Le remplacement s’avère qui plus est super facile puisque chaque lentille est simplement tenue par six vis à la structure métallique de la protection.

Le seul inconvénient de cet accessoire, c’est qu’on est censé le retirer avant de rouler sur route ouverte. Eh oui, il est susceptible d’être considéré par les forces de l’ordre comme un élément perturbateur du faisceau des phares. Par chance, la protection est fixée sur la moto grâce à quatre ergots, qui présentent aussi l’intérêt d’amortir les vibrations. Il suffit donc de le retirer avant de rouler.

Pour être honnête, je ne la retire pas à chaque fois, parce que je n’ai constaté aucun changement question éclairage. Et l’absence d’appels de phares des automobilistes que je croise de nuit confirme mon ressenti !

Réhausseurs de guidons SW-Motech : Plus droit sur la moto

Ces deux petites pièces en alu taillé dans la masse permettent de réhausser votre guidon de 2 cm. Ça n’a sans doute l’air de rien comme ça, mais avec ces deux centimètres, vous vous tenez bien plus droite sur votre trail. Vous l’apprécierez sur route en position assise. Mais c’est surtout en off-road que vous le sentirez : en position debout sur les repose-pied, vous gagnez en confort et fatiguez moins vite.

Le montage se fait les doigts dans le nez. Nico vous a d’ailleurs déjà concocté un tuto explicatif : comment monter des réhausses de guidon.

Au niveau du feeling sur la moto, le guidon s’éloigne un tout petit peu de vous par rapport à la position d’origine. La moto se révèle un peu plus sensible. Vous ressentez peut-être un tout petit peu moins la route. Mais au quotidien et en tout-terrain, le réhausseur est un gros plus.

Pour moi, le réhausseur de guidon est un accessoire qu’il ne faut pas hésiter à acquérir quand on roule beaucoup.

Repose-pieds réglables : La bonne position

Et pour pousser encore plus loin l’ergonomie au guidon, j’ai décidé d’opter pour des repose-pieds réglables en hauteur. Soit vous choisissez la hauteur d’origine, soit vous les descendez d’1,5 cm. Dans ce second cas, vous aurez les jambes moins fléchies. Beaucoup plus confortable sur grandes distances ! Cumulé avec les réhausses de guidon, on gagne beaucoup en confort.

Ce n’est pas leur unique atout : ils se montrent très larges, pas loin de deux fois plus que les cale-pieds d’origine ! Du coup, c’est beaucoup plus pratique au quotidien et en tout-terrain. Les pieds s’appuient sur davantage de surface, ce qui s’avère bien moins fatigant à la longue.

Si vous dévissez le patin en caoutchouc, vous découvrez un repose-pied légèrement arrondi. Cela permet d’avoir de bons appuis en avant et en arrière quel que soit l’angle de la moto.

Le montage est facile, comme j’ai pu le voir avec Nico !

Sélecteur de vitesse réglable : Au pied et à l’œil

Cette pièce adaptable se montre réglable dans tous les sens : en hauteur, comme n’importe quel sélecteur, mais aussi en profondeur. Une vis BTR permet de gérer la distance à laquelle on souhaite placer le rouleau.

Niveau ergonomie, c’est aussi un très bon coup. Quand vous portez des grosses bottes type adventure ou enduro, le sélecteur tombe rarement au bon endroit, surtout en position debout. Ce sélecteur, vous le calez au millimètre près. On a une infinité de réglages possibles. Ainsi, si vous avez une paire de bottes été et un autre plus chaude en hiver, vous pouvez adapter le réglage à l’intersaison.

Autre atout de cet accessoire : il est repliable. Autrement dit, en cas de chute, il ne se tord pas. Vous pouvez repartir dans la foulée !

Et puis pour ne rien gâcher, ce sélecteur est super classe. Fabriqué en alu usiné et anodisé, il est beau et résistant à l’usure.

Élargisseur de béquille latérale : Stabilité assurée

L’extension de béquille latérale permet de multiplier la surface sur laquelle porte votre béquille. La moto a beaucoup moins de chance de s’enfoncer sur les sols meubles. une chute à l’arrêt, c’est souvent pas mal de dégâts sur la moto. Cet accessoire prévient ce genre de désagrément.

Une nouvelle fois, j’avais fait appel à Nico pour le montage de cet élargisseur. Et vous verrez, ce n’est pas sorcier.

Pare-mains renforcé Barkbusters : Plus peur des branches

Les pare-mains de chez SW-Motech distribués par Motoblouz sont des modèles renforcés. Je veux dire par l’à qu’ils s’appuient sur une grosse pièce d’alu accrochée via deux points d’attache. La pièce d’alu, ultra costaud, apporte une grande rigidité à cette protection.

Avec cet accessoire, vous pouvez « tomber tranquille » ! Les leviers d’embrayages et de frein seront à l’abri. Les branches en travers du chemin vous feront doucement rigoler !

Chaque modèle de moto dispose de son pare-main sure-mesure, et du coup le montage se fait tranquillement. Il n’y a rien à adapter. Et plusieurs gabarits de coques sont dispo, plus ou moins couvrantes. Il existe même des manchons pour l’hiver. À vous de voir quels sont vos besoins en la matière !

Vous pouvez même interchanger facilement les coques. Elles sont simplement montées sur l’arceau via deux vis.

Je n’ai perçu aucune incidence sur la conduite. Pas de vibration à signaler non plus. Rien à dire, du bon matos !

Sacoche étanche SW-Motech Drybag 80 : Ultra-pratique

On attaque la bagagerie trail ! Le modèle Drybag 80 de SW-Motech est super pratique, parce qu’il est compact et que vous pouvez le fixer n’importe où sur votre moto. Par exemple, en usage routier, c’est un appoint utile à attacher sur vos crash-bars. Vous gagnez de la place sur la moto ! Et puis ça protège du vent l’hiver.

La fabrication inspire confiance. C’est du Tarpaulin, une toile enduite bien résistante et étanche. L’installation sur la moto s’effectue à l’aide de trois sangles costaud. Elles permettent de la fixer également sur la selle ou sur le réservoir.

La fermeture se fait par enroulement. Deux tours, on verrouille avec les clips et le contenu est à l’abri de l’eau !

Sacoche de selle SW-Motech Drybag 350 : Fourre-tout

J’ai préféré une sacoche souple à un top case parce que ce dernier a tendance à trop secouer son contenu en tout-terrain. Si vous ne le remplissez pas à 100%, ça bouge à fond à l’intérieur et ça peut faire des dégâts sérieux. Par exemple, j’ai déjà explosé des bouteilles d’eau dans un top case !

Le sac SW-Motech Drybag 350 est hyper volumineux. Vous pouvez y loger sans problème deux casques intégraux accompagnés de quelques accessoires. Largement de quoi faire pour partir une semaine.

Comme pour le Drybag 80, la sacoche est fabriquée en Tarpaulin, et les différentes finitions inspirent carrément confiance. L’étanchéité est totale. Les sangles de fixation sont fournies, y compris une lanière pour le porter en bandoulière. Pas besoin de racheter quoi que ce soit séparément. Et puis une fois que vous avez fixé les sangles sur la moto, vous pouvez les laisser en place quand vous faites étape. Le lendemain matin, il vous suffira de replacer le sac et de les reclipser pour être prêt à repartir. Plus simple que de tout resangler de zéro, non ?

L’ouverture se fait par le dessus. Je trouve ça bien plus pratique que l’ouverture latérale pour accéder au contenu. Pas besoin de tout sortir pour retrouver ce bonnet que vous cherchez depuis 10 minutes !

 

J’espère que ces retours sur les accessoires SW-Motech que j’ai monté sur mon trail Triumph répondront aux questions que vous vous posez. Ne manquez pas la vidéo, qui illustre très bien ces propos. Et pour tout le reste, n’hésitez pas à commenter ci-dessous !

Partagez cet article

Mr iMattheus

Motard roule toujours, tous les jours, en Triumph Tiger Explorer XCX sur le bitume et en Yamaha XT660Z Ténéré sur les chemins. Amateur de routes qui salissent les motos mais aussi Triumph fanboy sur les bords. J'adore tester de l'équipement moto ; le tout mis en scène dans des vidéos de bonne qualité :-)