Tuto #21 : Remplacer les bougies de sa moto


Un moteur de moto, c’est comme le grand amour : s’il n’y a pas cette petite étincelle au départ, ça ne marchera jamais… Et dans les moteurs thermiques essence, pas d’étincelle sans bougie ! Cet organe essentiel du circuit d’allumage mérite donc toute votre attention. Remplacer les bougies, une opération à effectuer périodiquement, et pour ça je vous explique tout ce qu’il faut savoir dans cette vidéo.

Mais avant  d’entrer dans le vif du sujet, un petit point technique sur les bougies. Moteur 2 ou 4-temps, même combat : le fonctionnement est le même, même si les spécificité de la bougie varient. Selon l’architecture de votre moteur, on en trouve une ou deux par cylindre, vissées dans la culasse.

Son rôle, vous le connaissez : convertir la décharge haute tension envoyée par l’alternateur en arc électrique pour déclencher l’explosion du mélange air/essence. C’est la fameuse étincelle. Celle-ci doit être suffisamment puissante pour que la combustion soit aussi complète que possible. Avec à la clé un rendement maximum et une pollution minimale.

Et pour cela, vos bougies doivent être en bon état. Comprenez non usées, propres et correctement réglées. Vous vous en doutez, le seul moyen d’en avoir un aperçu, c’est de les démonter !

L’outillage nécessaire

Pour procéder au remplacement de vos bougies, vous aurez besoin du matériel suivant :

Démontage : Tout ce qui gêne jusqu’à l’antiparasite

L’opération se déroule à froid, sous peine de risquer la casse du filetage – une histoire de coefficient de dilatation des métaux, différent entre la culasse moteur et la culot métallique de la bougie.

Au préalable, il vous faut démonter tout ce qui gène l’accès à vos bougies. Je dis « vos », mais si votre moteur est un monocylindre, il n’y aura très probablement qu’une seule bougie. Rien d’anormal ! Selon les motos, désossez ce qui entrave l’accès à l’antiparasite : carénages, caches divers, boîte à air, réservoir d’essence, rampe de carbus… Ce qui demandera 5 minutes de préparation sur un flat BMW vous en prendra plusieurs dizaines sur un 4-cylindre japonais.

Tout est prêt ! Il ne vous reste plus qu’à retirer l’anti-parasite. Là aussi, on rencontre différentes configurations : sur les les machines le plus modernes, il est imposant puisqu’il intègre la bobine. Et le cas échéant, il vous faudra peut-être un accessoire spécifique pour le dégager sans dégâts. Pas de panique : en général, cette pince d’extraction est fournie par le constructeur dans la trousse à outils ! Sur les moteurs plus anciens, le retrait est super simple, et s’effectue à la main.

Ça y est, vous apercevez les bougies ! Attrapez votre plus belle souflette, et éliminez tous les débris logés dans le puits de bougie. Ces petits filous sont susceptibles de tomber dans le cylindre quand vous retirerez la bougie. Et un p’tit caillou dans le moteur, c’est une blague qui ne fait pas rire longtemps…

Bougie après bougie !

Ça y est, on démonte la première bougie. Procédez bougie après bougie pour les étapes de démontage et contrôle, comme ça vous verrez si ça cloche plus sur un cylindre que les autres sans risquer d’erreur.

Là encore, le plus simple, c’est de faire appel à la clé à bougie fournie dans le kit de réparation de votre moto, avec la rallonge idoine si nécessaire. Ainsi, vous êtes certain que c’est la bonne empreinte, avec la bonne profondeur, et vous écartez tout risque de casse !

Bref, emmanchez la clé sur la bougie, et desserrez-moi ça sans la brusquer. Sortez ensuite la bougie en douceur. Sentez-moi cette bonne odeur de mécanique, tout un poème !

Contrôler visuellement l’état de la bougie

On peut maintenant procéder au contrôle visuel. Les électrodes de la bougie, qui ressortent dans le cylindre, doivent être couleur chocolat. C’est le signe d’un réglage du mélange air/essence optimal. Au contraire, si elle sont blanchies, c’est que le mélange est trop pauvre et inversement si elle sont noircies, c’est qu’il est trop riche (en essence, hein). En principe, si votre moto est équipée de l’injection, vous n’avez pas trop à vous préoccuper de la question : l’électronique règle le mélange aux petits oignons. C’est autre chose si votre moulin est alimenté par des carbus. Dans ce cas, tenez bien compte de ces informations ultérieurement, à l’heure de régler vos carbus !

Tant que vous y êtes, vérifiez aussi l’état des électrodes, c’est à dire leur régularité d’aspect : elles doivent avoir des arêtes vives, et ne doivent surtout pas être rongées, signe d’usure avancée. Le cas échéant, il est grand temps de remplacer les bougies, parce que ça brûle moins bien et ça use le circuit d’allumage !

Surveillez aussi l’écartement des électrodes à l’aide d’un jeu de cales, en fonction de ce que préconise le fabricant de vos bougies pour le modèle en question. Par exemple, chez NGK, le dernier chiffre de la référence indique l’écartement en dixièmes de millimètres.

Si besoin, ajustez l’écart avec un petit tournevis plat, en faisant levier sur le culot. Trop écartées ? Tapez doucement sur l’électrode de masse jusqu’à obtenir le résultat voulu.

Un coup de brosse métallique pour nettoyer tout ça, et c’est reparti !

Remplacer les bougies de sa moto : Quelle référence choisir ?

Si la bougie est en fin de vie, il faut la remplacer. Suivez les conseils du constructeur de la moto dans le livret d’entretien question kilométrage – entre 10 et 25 000 km selon les bécanes. Idem pour le modèle de bougie : on fait appel à la référence suggérée par le constructeur. Les bougies sont étudiés pour des plages de température précises, et présentent de nombreuses spécificités : longueur et diamètre du culot, forme et nombre des électrodes, etc. Bien sûr, il faut remplacer les bougies en même temps, et pas à l’unité.

Les bougies sont neuves ? Assurez-vous que le modèle est bien identique à celui en place précédemment. Si nécessaire, replacez l’embout de connection en alu sur la tête des nouvelles bougies et la bague d’étanchéité sur le culot.

Allez, on remonte tout ça ! Appliquez un peu de graisse cuivrée sur le filetage du culot. Engagez les bougies dans les pas de vis. Elles doivent être bien droites. Si ça s’engage en biais et que vous serrez comme un damné, vous allez foirer le filetage. Inutile de vous dire que ça n’est pas souhaitable ! Serrez au couple, ou à la main avec la clé à bougie.

Replacez les antiparasites, puis tout ce que vous avez démonté au préalable et faites craquer votre moteur pour l’entendre ronronner comme au premier jour. Ah, l’amour…

J’espère que ce petit tuto vous aidera à savoir comment remplacer les bougies de votre moto, ou leur contrôle de routine. N’hésitez pas à commenter pour toute question !

Partagez cet article

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.