Essai des valises Givi Trekker Outback (top case et valises latérales)


essai des valises Givi Trekker Outback

La tenue chaude, la tenue légère, la tenue de plage, la tenue décontractée, pour le conducteur et pour le passager, le matériel de camping, la trousse à outils, la glacière, les bières, les planches de skate, les planches de surf… Non non non, il ne s’agit pas de la liste de marchandises du poids lourd de ravitaillement du Wheels and Waves. On parle ici de la capacité de chargement d’une moto équipée des valises Givi Trekker Outback. Beaucoup de constructeurs moto s’en inspirent pour équiper leurs bécanes en sortie d’usine. Alors, quand on nous a proposé de les mettre à l’essai, à l’aube d’un voyage sur le continent américain, on n’a pas hésité longtemps à les mettre dans le panier… Après plusieurs mois de mise à l’épreuve, qu’est-ce qu’on en pense vraiment de ces valises moto aventure ?

Les valises Givi Trekker Outback, simples et robustes

Toute la gamme Trekker Outback est constituée d’une structure en aluminium 1,5 mm moulée sous pression. Léger, résistant et anti corrosion, l’alu est idéal pour la bagagerie moto. Dans la catégorie rigide, il est bien plus adapté que le plastique. En effet, il se veut malléable et se redresse facilement au marteau en cas de choc (on ne fait pas toujours dans la dentelle…). Accessoirement, il est aussi possible de souder l’aluminium si perforation, bien que les soudeurs d’alu se fassent de plus en plus rares.

Pour la forme des valises Givi Trekker Outback, rien de révolutionnaire. C’est simple, efficace et esthétique. Les panneaux sont maintenus par des rivets en acier inoxydable montés sur joints toriques. Du coup, la finition est très propre sans grosse visserie qui dépasse… On aime les renforts d’angle en techno polymère renforcé (oui, de suite les grands mots). Et on aime surtout le fait que les angles soient profilés et non pointus. Toujours un plus en cas de chute si la patte folle se retrouve malencontreusement sous la valise…

Côté couleur, on a le choix entre le classique gris (aluminium brut) ou bien l’option plus élégante, objectivement, du noir. Rappelons que les goûts et les couleurs ou non-couleurs ne se discutent pas.

Il y a plusieurs renforts en aluminium extrudé à l’intérieur des valises, notamment aux points de fixation sur l’armature, détaillée plus bas. Les couvercles sont dotés de joints qui assurent une bonne étanchéité. Le système n’est pas noté comme waterproof mais plutôt comme water resistant. Pour résumer, l’eau ne s’infiltre pas, à moins d’immerger complètement la valise, ce qui peut arriver… Mais qui n’arrivera pas (on l’espère du moins). Finalement, au-delà des termes techniques qui en jettent, ces valises Givi Trekker Outback font preuve d’une construction simple et robuste, sans fioriture.

gros chargement des valises Givi Trekker Outback

Une gamme de volume pour tous les aventuriers

En termes de litrage, il y en a pour tous les goûts. Et oui, Givi est aussi spécialiste de la semi-customisation. Que vous voyagez léger, chargé à bloc, en solo ou en duo, vous pouvez combiner les différents volumes pour du « presque sur-mesure ». Bien que l’on n’ait pas testé toutes les valises de la gamme, on propose ici une vue d’ensemble. Pour un investissement oscillant entre 1100 € et 1250 €, vous pourrez vous offrir un trio de valises composé de…

Pour le top case

Le plus gaillard, un top case de 58 L et 7,25 kg (32,3 cm x 55,5 cm x 45,4 cm). Il peut accueillir deux casques intégraux sans souci, et probablement un troisième passager aussi (on déconseille). Niveau encombrement, on est sur du sacré morceau de top case. Si vous souhaitez ajouter des sacs sur vos valises latérales, sachez que ce top case, du fait de sa largeur, risque d’empiéter légèrement sur votre cargaison. Niveau esthétique, on n’est pas forcément fan non plus… On préfèrera notre top case de 42 L et 5,9 kg aux dimensions plus raisonnables (32,3 cm x 40,9 cm x 45,4 cm). Ce dernier n’accueille qu’un seul casque intégral, et pas de passager…

contenu du top case Givi Trekker Outback

Pour les valises

Pour les valises latérales, même combat, il y a la gamme XL avec 48 L de stockage et 5 kg (38,7 cm x 49,5 cm x 30,6 cm). Et il y a la gamme classique de 37 L et 3,6 kg (38,7 cm x 49.5 cm x 24.6 cm). A noter que le gain de place entre les 48 L et les 37 L se fait en largeur. L’arrière de votre bécane chargée sera donc plus large de 12 cm avec les valises latérales de 48 L. Si vous avez l’habitude de vous faufiler entre les voitures, c’est un paramètre non négligeable à prendre en considération.

Plusieurs motards ont opté pour un combo 37 L / 48 L proposé sur Motoblouz. C’est adapté aux motos avec un échappement simple en position haute. Dans ce cas, on met le 37 L du côté de l’échappement et le 48 L de l’autre pour compenser le déport induit par la cartouche d’échappement. C’est un choix esthétique pour obtenir une symétrie dans le chargement. De notre côté, nous ne sommes pas forcément fans et avons préféré deux valises de 37 L, avec un léger désaxage sur le côté gauche, dû à la sortie du pot sur la Super Ténéré.

temps de remplir les valises latérales givi

Des supports de fixation robustes et bien pensés

Niveau supports, Givi nous emmêle un peu les pinceaux. Il faut dire qu’entre le nombre de références de valises de la marque et les différents modèles de bécane sur lesquels ces dernières peuvent s’adapter, c’est un véritable foutoir. Heureusement, l’outil de chez Motoblouz vous permet de vérifier la compatibilité avec votre bécane. En théorie, pour les valises latérales, les supports de fixation devraient comporter les lettres PL et CAM avec les numéros qui collent à votre monture. Un conseil : faites un tour sur votre forum préféré pour être sûr de la référence des supports à commander. Aussi, vous pouvez comparer l’apparence des systèmes de verrouillage sur la fiche produit aux photos de cet article par exemple. Ça ne coûte rien.

Côté montage, il est difficile de généraliser car chaque moto aura ses petits caprices, notamment en fonction de la sortie d’échappement. Néanmoins, j’imagine que le système est relativement universel et que les étapes d’installation sont relativement similaires. Du coup, pour nous, ce fut relativement rapide, une petite demie heure, simplement quelques vis à dévisser et remplacer. Rien de sorcier, tout s’aligne correctement, comme dans du beurre…

Pour le top case, c’est moins compliqué. N’importe quelle platine Monokey de chez Givi fera l’affaire. Et le montage est aussi relativement aisé.

Montage et démontage facile pour les valises Givi Trekker Outback

« Easy on, easy off » comme on dit ici, c’est « simple comme bonjour ». En effet, la fixation s’effectue très aisément. Il s’agit de deux encoches sur chaque valise destinées à deux taquets sur chaque support. Une fois enclenchées, il suffit de verrouiller la partie supérieure de la valise contre… le système de verrouillage. Pour couronner le tout, ce dernier est muni d’un code couleur qui passe du rouge au vert lorsque les valises sont correctement sécurisées. C’est du gâteau, et si on ne s’en rend pas bien compte à l’expression écrite, on vous propose de jeter un coup d’œil aux photos ci-dessous.

installation valise latérale Givi Trekker Outback

Pour retirer ces valises Givi Trekker Outback, vous aurez bien sûr besoin de la clé. C’est un poil moins facile, notamment quand les valises sont chargées, mais ce n’est clairement pas le parcours du combattant. On actionne la serrure comme pour ouvrir la valise et on vient soulever le loquet qui se trouve à gauche ou à droite de la serrure. Cela permet de libérer les valises du système supérieur de verrouillage. Ici, les valises ne reposent plus que sur les taquets. Pour éviter de les surcharger, on fait simplement contrepoids en appuyant la jambe sur la valise, on utilise ensuite les deux poignées décrites plus hauts pour soulever légèrement la valise et libérer les taquets de leurs encoches. Le tour est joué.

Pour le top case, le principe est similaire. On pose sur la platine, glisse les taquets dans les encoches et la gravité s’occupe du reste. Pour le décrochage, on fait l’inverse. Après avoir soulevé le taquet sous la serrure, on soulève la partie avant du top case (la plus postérieure) et on glisse vers soi pour libérer les taquets.

installation du top case Givi Trekker Outback

La sécurité avant tout

Niveau sécurité, les valises Givi Trekker Outback ont l’avantage d’être en dur avec un verrou bien costaud. J’imagine qu’avec le matériel adapté, un brigand pourra toujours faire sauter le verrou. Malgré tout, on est loin du vieux loquet en plastique, prêt à céder à la moindre secousse. Le système est très simple à l’utilisation, la serrure a seulement deux positions : ouvert et fermé. Pour le verrou, il s’agit d’une pièce métallique que l’on vient crocheter sur une barre fixée au couvercle.

système de verrouillage valises Givi Trekker Outback

Point non négligeable : l’achat d’une paire de valises Givi Trekker Outback, les latérales, inclut un troisième barillet à monter sur le top case si vous décidez d’investir dans ce dernier. De cette manière, vous avez 3 valises qui fonctionnent avec une clé unique. Pas folle la guêpe.

Le petit côté tour du monde

La charge maximale de chacune des valises Givi Trekker Outback est de 10 kg. S’il est possible d’atteindre ce poids en remplissant simplement les valises, Givi nous donne aussi l’option de charger du matériel sur les valises elles-mêmes à l’aide de plusieurs barres de fixation montées sur les couvercles. Et ça, on adore. C’est vraiment le plus que l’on recherche quand on fait du moto camping par exemple. La majorité de notre équipement ne rentre tout simplement pas à l’intérieur des valises.

Pour le détail, sur les valises latérales, on compte 6 barres de fixation. Deux sur les extrémités avant et arrière de la largeur de la valise. Ces dernières sont bien pratiques pour transporter les valises une fois décrochées de la moto. Cela dit, nous ne nous en servons pas pour fixer le matériel… On utilise davantage les 4 barres latérales (2 sur chaque arête latérale). On y fixe des Rok Straps mais ces dernières sont bien sûr adaptées à n’importe quelle autre marque de sangles ou tendeurs. Bon, il faut dire qu’on aurait apprécié une longueur un poil plus grande mais elles sont là, c’est l’essentiel. C’est du costaud, c’est de l’inox, ça respire la confiance.

installation sur les valises Givi Trekker Outback

Pour le top case, même histoire. Deux barres latérales sur toute la longueur du top case, très pratique pour le transporter. Et quatre petites fixations sur le couvercle, à l’avant et à l’arrière, que l’on utilise pour fixer du matos sur le couvercle (notre gallon d’eau par exemple).

Installation du gallon d'eau sur le top case Givi Trekker Outback

Et le petit côté pratique

Un autre point pratique sur ces valises latérales Givi : il est possible de décrocher le couvercle. C’est pratique pour les chargements à l’aube du grand départ. En réalité, les couvercles s’ouvrent vraiment en grand et ne gênent pas au chargement / déchargement. Toutefois, vous avez cette option de retirer le couvercle d’une simple pression au niveau de la charnière (c’est écrit « press » dessus). Une fois le couvercle libéré, il vous suffira de décrocher les deux liens qui, au passage, sont vraiment costauds et, du coup, pas faciles à retirer des taquets les premières fois…

utilisation des valises Givi sans couvercle

Valises Givi Trekker Outback… Toutes options !

La finition est déjà bonne sur les valises Givi Trekker Outback d’origine. Malgré tout, si vous souhaitez profiter au max de vos bagages, il existe plusieurs options qui méritent le coup d’œil. On essaie ici de les ranger par ordre de priorité (à vous de voir si vous craquez ou non, fonction de vos besoins) :

  1. Une option que l’on trouve indispensable et que l’on n’a pas forcément trouvé sur Motoblouz : des bandes adhésives antidérapantes à coller sur le dessus de la valise. En effet, si vous faites du off-road et que vous avez du matos apposé sur le couvercle, les secousses risquent rapidement d’abîmer la peinture (notamment pour la finition noire). Avec ces bandes, vous protégez votre couvercle, et vous vous assurez que votre chargement ne glisse pas dans tous les sens.
  2. La valise intérieure. Bien pratique lorsque vous voulez transporter l’intégralité de vos affaires sans pour autant décrocher la valise entière. C’est le genre d’accessoire adapté à un road trip où vous faites étape dans des hôtels par exemple. De notre côté, on a tendance à compartimenter à l’intérieur de la valise avec des sacs de différentes tailles. Chacun sa manière de voyager !
  3. Un revêtement intérieur en EVA pour une finition intérieure propre. Disponible pour le top case de 42 L et les valises latérales (37 L et 48 L).
  4. Le filet araignée pour utiliser l’espace, de taille non négligeable, directement disponible sous le couvercle. Il convient pour les deux volumes de valises latérales ainsi que le top case petit format. Pour le 52 L, il existe un filet spécifique. Ici, c’est pour du léger, style carte routière, documentation, trousse à pharmacie… Si vous mettez du poids, ça risque de pendouiller (un mot génial qui récapitule bien la situation).
  5. Le dosseret top case pour le passager. De notre côté, on est plutôt dans l’équipe passager-actif-collé-serré-avec-le-pilote, du coup Mathilde s’appuie rarement sur le top case. Au vu du profil des charnières de fixation du couvercle du top case, il est possible que cette modification apporte un peu de soutien et de confort à votre passager s’il décide de s’appuyer contre le top case. Il ne se fera toutefois pas transpercer le dos sans cette option.
  6. Le support de fixation pour un jerrican de 2,5 L et le jerrican qui va avec. On doit avouer que bien qu’ils aient l’air pratiques, le retour sur ces produits, et en particulier sur le jerrican, n’est pas très positif. Ne l’ayant pas testé, on vous conseille de jeter un coup d’œil aux avis et de vous faire votre propre opinion.
  7. Des poignées de maintien pour transporter la valise. Notre opinion : cette modification n’est pas vraiment utile car les barres de fixation peuvent facilement
    servir de poignées pour le transport. En plus, cette option empêche la fixation de sacs sur les valises en utilisant 4 fixations des 6 disponibles sur le couvercle des valises.

chargement des valises Givi Trekker Outback sur la super ten

Bon, avec les valises Givi Trekker Outback et toutes ces options, vous devriez être capable de faire le tour du monde… et nous, descendre l’Amérique Latine. Enfin, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire si vous en avez.

Max de Onemonth.Oneride

Voir la fiche produit du top case

Voir la fiche produit des valises

Volume / Poids 4.5
Robustesse4.5
Praticité 5
Fixation des valises sur les supports4.5
Installation des supports de fixation4.5
Finition 5

Mon avis : une bagagerie taillée pour l'aventure

Givi, le géant italien de la bagagerie deux-roues nous propose ici une référence en matière de bagagerie taillée pour l’aventure. On et Off-Road, ces valises sont polyvalentes, robustes et faciles d’utilisation. Valises chargées, la conduite est agréable et le pilote n’est pas déstabilisé. La gamme est complète, et s’adapte à tous les voyageurs de l’univers Touring/Trail/Adventure.
4.7

Partagez cet article

One Month One Ride

Max est un passionné-passionnant de motos. Moi, Mathilde, je suis passionnée par les voyages (et par la bouffe). C’est en duo (ou trio avec la Super 10) que nous avons décidé de partir vivre et rider sous le soleil de Californie. Histoire de découvrir le pays, la culture… et les merveilles culinaires américaines. Alors c’est en duo qu’on vous résume ici nos folles… ou plutôt nos terreuses, ensoleillées, et merveilleuses aventures. Suivez-nous aussi sur Insta.