Essai du casque intégral ROOF RO200


ROOF RO 200 - Déco Troyan

J’ai eu la chance de recevoir le casque intégral Roof RO200 quelques jours avant sa date de sortie officielle, afin de pouvoir vous donner mon avis sur cette nouveauté. Alors après le Roof RO200 Carbon, voici le Roof RO200 en fibre de verre.

Casque intégral Roof RO200, version fibre de verre

Mon deuxième essai d’un casque Roof. Le premier était le casque Roof Boxxer, le modulable emblématique de la marque. Pour aujourd’hui, je vais tester la version fibre de verre du dernier intégral de chez Roof.

Cédric avait testé il y a moins d’un an la première version en carbone de ce casque. Pas de grands changements en vue entre ces deux modèles. Juste les matériaux utilisés pour la calotte externe. Le carbone contre la fibre de verre. Et quelques petites modifications bénignes, comme le changement de l’attache de la jugulaire. Fini le velcro, retour sur une pression classique.

Je vais essayer de vous le présenter sans faire trop de doublon avec l’excellent article de Cédric, et vous donne mon avis sur cet intégral sportif. Et en dernier point de précision : mes points de « comparaison » viennent des deux autres casques « sportifs » à ma disposition, à savoir un HJC RPHA 10 Plus et un SHOEI NXR. Enfin je ne l’ai essayé que sur ma moto, un roadster sportif dénué de protection, avec option vent-pleine-face.

Une histoire de poids, et de prix

Pour faire simple : l’emploi de la fibre de verre en lieu et place du carbone sur le casque intégral Roof RO200 permet de diminuer les coûts, mais augmente le poids. Mais étant donné qu’il était déjà l’intégral le plus léger, cela ne va pas beaucoup l’impacter. Il est donné pour 1280 g. dans ma taille (56 S) au lieu des 1090 g. en version carbone. Il se place du coup toujours dans la catégorie des casques intégraux très légers.

Au niveau du prix, comptez sur un écart de 280 € entre la version carbone et le coloris uni de base.

le casque intégral Roof RO200 dans sa housse

Un packaging sacrément fourni

En ouvrant le carton du casque intégral Roof RO200, je découvre le fameux heaume, bien rangé dans sa housse de protection. Cette housse est d’une superbe qualité, et petit détail : elle est munie d’une sangle qui permet de transporter le casque en bandoulière sur son épaule.

Une fois enlevée, le casque est encore enveloppé d’une fine couche de mousse protectrice. On voit tout le soin apporté par la marque Roof. Un écran fumé à 50 % et traité antibuée est monté, un autre écran appelé Daynight ainsi qu’un Pinlock 70 trouvent aussi leur place dans le carton. Sont également présents : un cache-nez et une bavette anti-remous, un guide d’utilisateur, les obligatoires autocollants rétroréfléchissants et un petit outil pour démonter l’écran.

casque intégral roof ro200 fourni avec 2 écrans

Les différents écrans

Celui monté sur le casque intégral Roof RO200 est un écran fumé à 50 %. C’est celui qui fait office d’écran clair. Même de nuit, ce n’est pas problématique, la vision est excellente. Il est traité anti-rayures et antibuée. J’étais d’ailleurs bluffé par le traitement antibuée. Même par temps de pluie et plutôt frais, à l’arrêt au feu, casque fermé : il faut un petit moment et un souffle de bœuf pour que la buée commence à apparaître.

Le second écran fourni est le Daynight traité anti-rayures et prédisposé Pinlock. En ajoutant le Pinlock fourni dans le pack, vous n’avez aucune crainte à avoir quant à l’apparition de buée… Son confort de vision est au top. Très foncé sur sa partie supérieure, il est clair dans la partie inférieure, en dégradé. Ayant les yeux clairs et sensibles, j’étais surpris de ne pas être gêné par le soleil (quand il veut bien sortir).

En option, vous trouverez plusieurs type d’écran, plus ou moins fumés, avec ou sans Pinlock, ainsi qu’une version iridium. Le mécanisme pour le changer peut paraître compliqué, mais il est en fait très simple et rapide. Il n’est pas sans outil… Enfin si, mais non en fait. J’explique : il suffit d’un petit objet pointu style un stylo pour faire appui sur le petit pion. Pendant ce temps, vous tirez l’écran vers vous. Dès que ça bloque, vous relâchez le pion et continuez à tirer, hop l’écran est enlevé. Pour le remettre, vous l’insérez dans la fente, vous poussez jusqu’au clic (ou clac), et c’est fait. Le petit outil fourni par ROOF est fort pratique et peut même servir de porte-clés.

démontage de l'écran du casque intégral Roof RO200

Le niveau de bruit

Je vais m’attaquer au sujet sensible du bruit. Nous avons tous une sensibilité au bruit différente. En plus, en fonction des motos utilisées et de votre position, du blouson, de votre taille… Cela peut changer la donne. Quand je parle de bruit, je ne fais pas référence aux bruits extérieurs (moteur, roulement, véhicules alentours, bruits des oiseaux…), mais bien aux bruits du casque. Ceux que l’on peut nommer « bruits aérodynamiques » (sifflements et autres bruits d’air).

Je rappelle que le casque intégral Roof RO200 est un casque sportif. Donc potentiellement plus bruyant qu’un casque typé GT.

J’ai trouvé sur Internet que beaucoup se plaignaient justement de l’insonorisation de la version carbone. J’en ai parlé avec Thomas de chez Roof, un des concepteurs du modèle. Il me disait que la calotte en carbone étant plus fine que celle en fibre de verre, une résonance pouvait être plus présente que sur la version fibre de verre. J’ai ensuite discuté avec Cédric de son ressenti sur le carbone : lui trouve qu’il est bien insonorisé et n’est pas sujet aux bruits de style sifflement et vent. Il le pensait même silencieux pour un casque de cette catégorie.

Pour ma part, et concernant l’insonorisation des bruits extérieurs, je dirais que oui pour un casque de cette catégorie, il est plutôt silencieux. Par contre, au niveau des bruits aérodynamiques, j’ai constaté un bruit de vent désagréable. Même chose avec écran complètement relevé. Pour un petit trajet ça passe, mais si vous optez pour une longue balade, pensez à mettre des protections auditives.

Le confort et la taille

Malgré une coque très compacte, le casque intégral Roof RO200 s’enfile bien, sans forcer. J’ai choisi ma taille habituelle par rapport à mon tour de tête. Je pourrais chipoter en disant qu’il taille un poil plus grand, mais la taille inférieure ne m’irait pas. Ne paniquez pas ! Chez Motoblouz, vous avez le droit de vous tromper et vous pouvez procéder aux échanges gratuits. De plus, des mousses de joue et des coiffes sont disponibles en option pour mieux s’adapter à votre morphologie.

L’aérodynamique est bien travaillée, même avec des vitesses élevées sur un roadster dénué de protections. Aucun mouvement parasite ne vient vous perturber. Le casque reste neutre, pas de portance négative ou positive. Idem lors des contrôles latéraux, ma tête n’est pas emportée par la force du vent.

Les mousses de joue sont confortables, tout comme le revêtement de la coiffe. Par contre, la place pour les oreilles est limitée. Cela est dû à la coque très ajustée pour obtenir un poids très contenu.

Enfin, si vous comptez y mettre un kit intercom, privilégiez-en un qui a des écouteurs assez fins.

intérieur du casque intégral roof RO200

Le casque intégral Roof RO200, il ne manque pas d’air

Avec deux ventilations sur la mentonnière, une sur le front, deux sur le dessus du crâne et un extracteur d’air avec effet venturi sur l’arrière : il y a de quoi bien se rafraîchir lors de grosses sessions piste ou par temps très chaud. Il est à noter que lorsque toutes les ventilations du casque Roof sont ouvertes, il n’y a pas une grosse augmentation du niveau sonore dans le casque.

Petit bonus : Roof a intégré un système avec lequel vous pouvez choisir, grâce à un petit levier, entre avoir plus d’air sur l’écran ou sur le visage.

Les manipulations de ces ouvertures se font aisément avec des gants d’été. Cela dit, avec des gants mi-saison ou hiver, c’est beaucoup plus compliqué. En même temps, une fois mes ventilations ouvertes ou fermées, il est rare que j’y touche pendant que je roule.

levier de ventilation du casque roof

Les tailles, décos et son look

Le casque intégral Roof RO200 est disponible de la taille XS (54) à XXL (63), avec deux tailles de coque pour un ajustement optimal.

En plus des versions unies noire ou blanche, une version noire avec des liserés orange fluo est disponible. Sans compter la déco Troyan que je possède, qui est disponible en noir/rouge et noir/acier. Avez-vous remarqué ce que représente la déco Troyan ?

Concernant son look, une coque compacte et arrondie, pas de fioritures, juste l’essentiel. La découpe de l’écran avec son arrondi est très réussie, je suis fan.

casque intégral Roof RO200 avec déco Troyan

Au final

Pour conclure, après en avoir parlé avec Cédric, les deux versions du casque intégral Roof RO200 vont essentiellement dépendre de votre usage.

  • Si vous avez un usage piste ou très sportif, et que vous privilégiez le poids, orientez-vous sur le modèle carbone.
  • Si par contre, vous avez un budget plus contenu, et que quelques grammes de plus ne vont rien changer pour vous : orientez-vous sur la version fibre de verre.

Il est clair que Roof a énormément travaillé sa copie sur ce modèle. Depuis le temps qu’ils n’avaient pas sorti un intégral. Ils nous sortent le grand jeu en s’attaquant directement aux plus techniques en allant directement dans le segment sportif. Les finitions sont parfaites pour moi, tout est bien ajusté, pas de grincement, tout est bien pensé pour un casque sportif.

Poids5
Insonorisation3.8
Confort intérieur4.5
Champ de vision4.8
Qualité / Finition4.8
Ventilation4.8

Mon avis : du haut de gamme sportif

Le casque intégral Roof RO200 tape fort dans le segment des casques intégraux sportifs. Un poids très léger, un bon aérodynamisme, un excellent champ de vision. Le seul bémol pour moi est le niveau de bruits de vent. Et ce, malgré tout le soin apporté autant dans la conception que la fabrication de ce casque. Il reste néanmoins une référence qui va faire sa place dans ce marché.
4.6

Partagez cet article

Thibaud

Amateur de gros roadsters et de routes à virages. La moto pour moi est un loisir, je l'utilise rarement en tant qu'utilitaire, je me balade souvent avec les copains ou en duo avec mon fils.