Essai du casque Roof RO200 Carbon


Casque Roof RO200 Carbon

Quand on pense casque racing, Roof n’est pas forcément la première marque qui vient à l’esprit. En effet, en dehors de quelques incursions sur ce marché il y a plusieurs années, le fabricant français est plutôt connu pour ses casques modulables. Roof est pourtant sorti de sa zone de confort et a mis en œuvre tout son savoir-faire pour produire son premier casque intégral sportif haut de gamme tout en carbone : le casque Roof RO200 Carbon.

L’objectif : frapper fort en proposant un des casques les plus légers du marché. Il devra aussi disposer de qualités qui permettront de rivaliser avec les casques d’excellence proposés par les plus grandes marques pour conquérir le cœur des amateurs du genre. Si vous me suivez à travers mes articles, vous savez que je suis friand de ce genre d’équipement, roulant très fréquemment avec des casques racing de haute volée. Voyons donc ce que j’ai à dire sur ce casque Roof RO200 Carbon après un mois en sa compagnie !

Roof (re)met les pieds dans la cour des casques racing haut de gamme

… Et compte bien marquer les esprits ! Pas facile de débarquer sur un marché dominé par de très grosses pointures. AGV, Bell, Shark, Shoei, Xlite… Sont autant de très grands fabricants qui proposent des casques racing haut de gamme, devenus des références au fil des années.

Roof, c’est déjà plus de 25 ans d’expérience dans le casque, essentiellement destiné à une utilisation sur route. Et c’est bien ce savoir-faire que l’entreprise familiale a ici mis en œuvre pour élaborer le casque Roof RO200 Carbon décliné pour une utilisation sportive. Ce casque succède au RO10 (2010) et au RO21 Panther (2013), dernières tentatives de la marque sur le marché des intégraux sportifs. Après l’incendie qui avait ravagé les locaux du fabricant en 2005, Roof dut se recentrer sur ce qu’il savait faire de mieux, les modulables. Aujourd’hui la marque va mieux et revient en force sur le marché de l’intégral haut de gamme.

On le verra plus loin, le RO200 n’oublie pas pour autant d’être agréable à porter dans le cadre d’une utilisation routière, et c’est tant mieux. Car comme moi, il existe toujours de nombreux amateurs de ce genre d’équipement pour un usage routier. Assez dépouillés en termes d’aspects pratiques, les casques racing proposent d’autres qualités : un poids inégalable, un bon champ de vision et des qualités aérodynamiques exceptionnelles.

Légèreté absolue pour le casque Roof RO200 Carbon

Le poids, c’est justement le gros point fort du casque Roof RO200 Carbon. Disponible avec deux tailles de calotte, celui-ci est annoncé à 1090 g (taille 54 à 58) et 1150 g (taille 59 à 63). À l’usage, cette légèreté fait réellement des miracles. Ajoutez à ça le travail réalisé sur l’aérodynamique (j’en parle plus bas) et vous comprenez en quoi le RO200 est excellent sur piste… Mais aussi sur route.

Ce poids ne prend pas en compte l’installation des différents accessoires fournis avec le casque. A savoir : une (efficace) bavette anti-remous, un déflecteur nasal et un Pinlock. Oui, le casque Roof RO200 Carbon est très bien équipé ! Notez que deux écrans sont fournis : un clair (sur lequel on peut monter le Pinlock) et un fumé.

Le style Roof et la fabrication quasi artisanale

Privilégiant la fonction à la forme, le casque Roof RO200 Carbon n’a pas un look aussi reconnaissable que les autres casques de la marque. Néanmoins, la forme de l’écran rappelle subtilement le style adopté par le constructeur français depuis plus de 20 ans sur ses modulables.

Ici, on a affaire à un casque fabriqué de façon quasi-artisanale. En attestent les étiquettes annotées (à la main !) que l’on retrouve sur les différentes parties intérieures du casque, indiquant le poids en gramme de chaque pièce contrôlée individuellement.

poids du Casque Roof RO200 Carbon en détail

Chaque élément du calotin est pesé afin de contrôler sa densité

Ceci permet de contrôler la densité des différentes pièces qui constituent le calotin. Car en effet, lui est composé de plusieurs éléments là où les autres casques ne comportent qu’un élément à densité unique. Cette innovation, brevetée par Roof et mise en oeuvre pour la première fois ici, a de multiples avantages : épouser la forme de la coque, augmenter la sécurité et améliorer l’insonorisation.

De même, la trame du carbone comporte les habituels petits défauts d’apparence, preuve d’une fibre appliquée à la main. Les esthètes apprécieront ce travail à sa juste valeur !

La conception du casque est réalisée dans les locaux de Roof à Pégomas (Alpes Maritimes). La fabrication est réalisée dans une usine propre à l’entreprise au Vietnam.

Un casque racing civilisé

Comme je le disais plus haut, Roof sait faire des casques routiers, et cette expérience transparaît dans le casque Roof RO200 Carbon. Tout casque ultra sportif qu’il est, il sait se plier à une utilisation routière. Le confort des mousses intérieures est excellent. Le tissu est bien entendu anti-bactéries, ce qui limite les effets de la transpiration. Gros point positif : Roof propose des tailles au centimètre près, ce qui permet de profiter d’un casque presque sur-mesure. Pensez donc à bien prendre votre taille avant de commander.

Certes, il ne s’agit pas d’un casque touring. Ici, point d’écran solaire interne, il faudra choisir entre l’écran clair ou fumé avant de prendre la route.
À ce sujet, le changement d’écran est ultra rapide. Il faut juste appuyer sur un pion situé au niveau de l’articulation (et un certain tour de main). Un outil est fourni avec le casque, type porte-clés, afin de réaliser facilement l’opération.

Changer l'écran du casque Roof RO200 Carbon

Le pion central permet le changement de l’écran

Un Pinlock est fourni à monter sur l’écran incolore. Il s’agit d’un Pinlock Maxvision 120. Autrement dit, le fleuron des écrans antibuée réservé aux casques les plus prestigieux (je vous l’avais déjà présenté lors de mon essai du AGV SportModular). La surface couverte est telle que le champ visuel n’est plus réduit par la présence du dispositif. Au top donc !

Mécanisme d’écran simple et efficace

Le mécanisme de l’écran ne dispose pas de crans, mais sa relative fermeté permet de le laisser entrouvert sans aucun problème. Son verrouillage s’effectue par un ergot sur le côté gauche. En revanche celui-ci est particulièrement difficile à manipuler (surtout à débloquer quand l’écran est fermé). Avec les kilomètres et plusieurs ouvertures / fermetures, il y a du mieux… Mais l’ergot est petit et difficile à saisir. Encore plus avec des gants hiver ou mi-saison.

Un joint en caoutchouc lèche l’écran au niveau de son articulation. Celui-ci empêche l’air de s’infiltrer, évitant tout sifflement dû au vent.

Casque Roof RO200 Carbon

Un champ de vision très large

Que ce soit horizontalement (210°) ou verticalement (100°), le champ de vision du casque Roof RO200 Carbon est très bon. Il se positionne dans la fourchette haute des casques racing.

Casque Roof RO200 Carbon

Inutile de devoir exagérément tourner la tête donc. Le dégagement vers le haut est largement suffisant pour ne pas avoir à casser le cou. Même sur les motos les plus sportives et en position « allongée » sur le réservoir.

Ventilation d’exception

Si vous optez pour l’écran teinté fourni avec le casque Roof RO200 Carbon, sachez qu’il n’est pas prévu pour recevoir la lentille Pinlock. Vous risquez donc de vous retrouver avec de la buée à l’intérieur. Mais pas d’inquiétude : Roof a opté pour un système de ventilation original intégré à la mentonnière.

Un levier permet de rediriger le flux d’air au choix, vers le visage ou vers l’intérieur de l’écran. Il s’agit d’une nouveauté brevetée par l’entreprise française, et disponible pour la première fois sur ce casque. Le désembuage est efficace dès qu’on dépasse les 10 km/h, même lors des matinées très humides.

système de désembuage du casque Roof RO200 Carbon

Ce levier permet de rediriger l’air vers l’écran (désembuage) ou vers le visage

D’ailleurs, au sujet des ventilations, elles sont nombreuses sur le casque Roof RO200 Carbon. D’abord, ces 2 aérations au niveau de la mentonnière. Elles sont particulièrement faciles à manipuler avec des gants et permettent 2 niveaux d’ouverture chacune.

Casque Roof RO200 Carbon

Juste au-dessus de l’écran, on trouve un volet supplémentaire (2 orifices). Celui-ci est en revanche difficile à manipuler en roulant.

Enfin, sur le dessus du casque, 2 larges aérations permettent de rafraîchir le haut du crâne. Elles s’ouvrent facilement en appuyant dessus, en revanche les refermer est un peu plus ardu en raison de la taille des ergots. Il faudra prendre le coup de main.

ventilations et aérations du Casque Roof RO200 Carbon

Enfin à l’arrière du casque Roof RO200 Carbon, sur le spoiler aérodynamique, se trouve un levier permettant de gérer l’ouverture d’un extracteur d’air (2 ouvertures) par effet venturi. Ce dernier est très efficace et, conjugué aux nombreuses aérations avant, impossible d’avoir chaud même lors de fortes chaleurs. Cerise sur le gâteau, même toutes ventilations ouvertes, le Roof reste surprenamment silencieux.

Casque Roof RO200 Carbon à l'essai

Le silence est d’or… Ou de carbone !

Une insonorisation assez exceptionnelle qui repose sur une excellente étude aérodynamique. En effet, même sur voies rapides, le casque Roof RO200 Carbon préserve vos oreilles. Aucun sifflement n’est à signaler. Il faut néanmoins que l’écran soit parfaitement fermé.

Un silence d’autant plus impressionnant quand on sait qu’il s’agit d’un casque racing tout en carbone. C’est en effet sur ce point que pèchent certains autres casques du segment. On sent bien ici tout le travail réalisé par le fabricant. Les essais sur route furent nombreux et sur tous types de motos !

Casque Roof RO200 Carbon

L’aérodynamisme du RO200 est redoutable, et nul besoin de rouler vite pour s’en rendre compte. Dès 60 km/h, le casque donne l’impression de « glisser » dans l’air. On n’atteint pas le niveau fabuleux du Shark Race-R Pro GP, mais ça reste tout à fait bluffant.

Sécurité

Sur le casque Roof RO200 Carbon, la fermeture de la jugulaire s’effectue via une boucle double D. Rappelons qu’il s’agit toujours du seul type de fermeture autorisé en compétition. Toujours dans l’objectif de grappiller le moindre gramme possible, il est ici en aluminium. Le rabat se fixe par un simple velcro. Plus rapide que les habituelles pressions, il faudra voir sa tenue dans le temps.

On trouve également un système d’extraction d’urgence des mousses de joues. Baptisé EXITISY, il permet de libérer rapidement la tête sans contrainte. Un classique sur beaucoup de casques routiers, mais encore trop rare sur les casques racing, même haut de gamme.

système d'extraction d'urgence du casque Roof RO200 Carbon

Le système d’extraction d’urgence des joues EXITISY

Bien entendu le casque est homologué selon la norme CE E22-05. Mais Roof va au-delà des standards minimum en procédant à des batteries de tests maison. Comme je le disais plus haut, le calotin est composé de plusieurs éléments de densité différentes. Ce qui permet d’améliorer la capacité d’absorption des impacts aux endroits où c’est réellement nécessaire. Plus de sécurité tout en gardant un casque hyper compact.

Toujours pour la sécurité, le casque Roof RO200 Carbon est conçu de façon à ce qu’aucun élément ne dépasse. C’est ainsi que les platines (tout en carbone également) abritant le mécanisme de l’écran sont « intégrées » aux lignes du casque. En cas de chute, le RO200 peut « glisser » sur le sol, limitant le risque de torsion du cou.

Même les aérations sont pensées pour ne pas réduire la solidité du casque. Ce qui explique la présence de deux entrées d’air sur la mentonnière. Plus petites, elles fragilisent moins la structure qu’une grande.

Certains manquements

Contrairement à certains casques du segment, il est regrettable que le casque Roof RO200 Carbon ne dispose pas de certains atouts disponibles chez la concurrence. Je pense par exemple au profilage de la base de la calotte permettant d’évacuer l’eau de pluie vers l’arrière comme chez AGV. Ou encore, un système de blocage de l’écran plus élaboré permettant de verrouiller une ouverture partielle. Mais on comprend aisément que certains aspects aient été l’objet d’un choix cornélien pour conserver un poids record…

Finitions du casque Roof RO200 Carbon

Tout est pensé dans les moindres détails, comme cet orifice permettant d’évacuer l’eau qui pourrait s’accumuler derrière la platine du mécanisme d’écran

Enfin, je relève un dernier problème étant moi-même porteur de lunettes. Le Roof pourrait poser souci à ceux possédant des montures équipées de branches épaisses. Le casque Roof RO200 Carbon ne dispose pas d’un grand aménagement dans ses mousses à l’instar de ce que proposent les casques Shark par exemple.

Il en va de même pour les emplacements destinés à recevoir un intercom. Il y a une place réservée, mais pas de zone creusée dans le calotin comme c’est souvent le cas.

Les aspects pratiques sont donc limités, mais largement acceptables pour un casque à vocation ultra sportive à mon sens. Il suffit simplement de bien savoir que ce sont des contraintes propres à ce segment. En vrai casque racing, le Roof ne déroge pas à la règle et ça sera à prendre en compte au moment du choix. Notons que vous trouverez avec le casque un sympathique sac à dos capable de le transporter (en plus de l’habituel sac en toile).

Notes

Le casque Roof RO200 Carbon est disponible en 3 coloris, tous identiques en dehors de la déco :

Le RO200 marque le retour de Roof sur ce segment. Mais d’autres intégraux seront présentés par le fabricant au salon EICMA de Milan 2019 ! Découvrez-le en images et en vidéo, ici.

Merci à Thomas de chez Roof International pour les explications sur la conception du RO200.

Poids5
Ergonomie4.3
Confort4.5
Ventilation5
Silence4.8
Finitions4.8

Mon avis : Roof frappe fort avec le RO200

Roof démontre ici tout son savoir-faire en matière de casque : innovation, sécurité, qualité de fabrication... Au-delà de l'argument du poids (1090 g !) nous avons ici affaire à un intégral racing tout carbone qui n'a rien à envier aux modèles haut de gamme des autres marques. L'insonorisation et le confort sont surprenants, ce qui fait de cet intégral racing un casque tout à fait adapté à un usage routier. Niveau tarif celui-ci reste relativement contenu quand on prend en compte le niveau d'équipement et la qualité de fabrication du RO200. Comme pour tout casque sportif, il faut faire des concessions sur les aspects pratiques. Mais le sachant, impossible d'être déçu !
4.8

Partagez cet article

Cédric

Enseignant de la conduite et de la sécurité routière depuis 10 ans et motard depuis plus de 15 ans, j’ai lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" dans le but de partager le regard particulier que je portais sur l'actualité auto/moto, tout en amenant les lecteurs à penser “en dehors du cadre” concernant les événements en lien avec notre passion. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation, en dépassant les dogmes et en apportant les éléments nécessaires pour se forger sa propre opinion.