Essai chaussures FURYGAN APPIO D3O


Après avoir essayé le bomber vintage SEGURA Sentinel puis le magnifique casque intégral NEXX X.G 100 Racer dont le look rétro et les prestations m’avaient séduit, il me manquait un élément afin de parfaire ma garde-robe « old school ». C’est désormais chose faite avec ce test des chaussures FURYGAN APPIO D3O !

Alors que l’automne nous offre un harmonieux mélange de couleurs chaudes et de températures clémentes, il est temps de reprendre la route afin de définir si ces jolis souliers de cuir savent aussi se montrer confortables et adaptés au quotidien ! Vous me suivez ? En avant !

Furygan : un équipementier français !

Comment ne pas débuter cet essai par un peu de chauvinisme ? En effet, même si beaucoup le savent, il est toujours plaisant de rappeler qu’au milieu des nombreux fabricants italiens, la France disposent de manufacturiers d’équipements renommés !

Ainsi, Furygan a vu le jour à la fin des années 60 dans la ville de Nîmes. À l’époque, la problématique est simple : tout est à bâtir en terme d’équipement motard ! À ses débuts, la marque à la panthère se spécialise dans la confection de gants en cuir. Rapidement, l’entreprise étend son catalogue aux blousons puis aux combinaisons une pièce.

Aujourd’hui, et après quasiment 50 ans d’activité, Furygan est l’un des équipementiers majeurs dans le domaine du 2 roues. La marque s’appuie sur des ambassadeurs tricolores de renoms : Johann Zarco et Lucas Mahias étant les premiers qui viennent évidemment à l’esprit.

Look et finition, la parfaite équation

C’est désormais monnaie courante, les manufacturiers attachent de l’importance aux emballages de leurs produits. Furygan n’échappe pas à cette règle et livre ses APPIO D3O dans un carton épais au look soigné. Avec cette présentation, pas de surprise possible : on s’attend à découvrir des chaussures de qualité et le contrat est rempli.

Composées de cuir de vachette de qualité, les chaussures Furygan en jettent ! Les empiècements tombent justes et les coutures renforcent le sentiment de sérieux renvoyé par les APPIO. Les protections de malléoles sont parfaitement intégrées et une fois aux pieds, il est quasi-impossible de déceler qu’il s’agit d’une paire de chaussures de moto. Un excellent point pour les adeptes du « commuting » qui ne souhaitent pas afficher de manière trop marquée leur pratique du 2 roues sur leur lieu de travail.

Pour finir ce premier tour d’horizon, je ne vous cache pas que l’absence de renfort de sélecteur m’a laissé perplexe… En effet, les APPIO font l’impasse sur ce détail certes disgracieux mais assurant une durée de vie accrue à la chaussure de gauche. Il s’agira d’être attentif au vieillissement après plusieurs milliers de kilomètres et quelques centaines de changements de vitesses !

Un confort appréciable…mais qui se mérite !

On l’a vu plus haut, Furygan a apporté beaucoup de soin à la création de ses APPIO D3O. Dès l’enfilage, cela se ressent. Si le traditionnel système de laçage a fait ses preuves, la marque française lui a adjoint les services de fermetures-éclair sur les flancs intérieurs des chaussures. Pouvant paraître superflu au premier regard, elles permettent de chausser les APPIO sans difficulté et cela malgré une coupe plutôt ajustée.

D’ailleurs, la coupe parlons-en ! Si cette dernière participe activement au look, elle impose une certaine période de rodage. En effet, les premiers kilomètres peuvent paraître longs et les pieds souffrent. Pour ma part, j’ai trouvé le renfort de talon serré et les protections de malléoles relativement rigides. En revanche, une fois la chaussure faite à votre anatomie, le confort devient royal !

Attention cependant, les chaussures typées « ville » s’accommodent naturellement mal aux positions sportives. Pour ma part, j’ai jonglé entre une Bonneville dont la position néo-rétro convient parfaitement aux APPIO et un Daytona 955i où les trajets les plus longs se sont transformés en calvaire. Impossible en revanche de blâmer les chaussures Furygan qui n’ont pas été pensées pour cet usage.

Quand viennent le froid et la pluie en Normandie…

… Vos pieds sont relativement à l’abri ! En effet, ce qui est bien avec la Normandie c’est qu’on y croise tous les climats et cela tout au long de l’année. Aussi, quand il s’agit de parler de la gestion des éléments, il n’est pas difficile de mettre les produits testés à l’épreuve !

Commençons par le froid. Si le cuir des Furygan APPIO est de bonne facture, le fait que celles-ci soient équipées de lacets et d’une languette offre une potentielle voie d’accès à l’air. Dans les faits, tout va bien jusqu’à 80 km/h (Oups… Mon clavier a failli écrire 90 !). En revanche, sur les axes limités à 110 et par temps frais, on commence à sentir un léger filet d’air. Une fois sur autoroute, le phénomène s’accentue sans toutefois vous faire courir le risque de perdre vos orteils suite à une congélation malheureuse ! Je conseillerais juste aux plus frileux de prévoir de bonnes chaussettes en hiver.

Terminons en évoquant l’un des cauchemars du motard : la pluie ! Comme d’habitude, à peine sorties de leur boite, les APPIO ont reçues un voile d’imperméabilisant. La prudence normande, sûrement. Toujours est-il que sous les petites averses les chaussures ont tenu bon ! Aucune trace d’humidité n’est venue entacher les fins de balades. Malgré plusieurs centaines de kilomètres parcourus, aucune grosse chute d’eau ne m’a offert l’occasion de pousser les Furygan dans leurs derniers retranchements.

Le D3O… Késako?

Effectivement, depuis le début de cet essai il est question de « D3O »… Mais si ce terme barbare sonne plutôt moderne, il est intéressant de rentrer un peu plus dans le détail et d’évoquer les propriétés de ce matériau !

Créée en Grande-Bretagne, cette sorte de mousse est aujourd’hui de plus en plus répandue dans le monde de la moto. La raison de ce succès est à chercher du côté de ses capacités à absorber les chocs. Ainsi, à l’impact les coques constituées de D3O se durcissent et répartissent le choc sur toute leur surface.

Vous l’aurez compris, le D3O allie confort et protection et mérite sa place autour de nos articulations.

Sécurité7.5
Confort7
Poids9
Érgonomie8.5
Look10
Finition9
Du sérieux et du style. Voilà ce qui ressort de cet essai des Furygan APPIO D3O ! Si vous êtes à la recherche de véritables chaussures de moto, capables de se faire oublier dès que vous descendez de votre monture, alors ce modèle est fait pour vous ! Alliant la protection du D3O à un cuir de vachette de qualité, elle s'avèrent sécurisantes pour un usage quotidien. Reste à s'assurer que l'usure liée au sélecteur ne fasse pas capituler la chaussure gauche trop vite...
8.5

Partagez cet article

JBuzZzLightyear

Tombé dans le chaudron motard dès le plus jeune âge, je suis un amoureux des productions de la firme anglaise Triumph... Proprio d'un Daytona 955i et d'un Street Cup 900, je partage ma passion en photos sur Instagram sous le pseudo @Jbuzzzlightyear! Pour moi, la moto est une passion... Et qui dit passion dit partage! ;)

  • Ophi

    j’ai acheté cette paire en janvier 2018 chez Mcom à seclin, bah après +/- 6000km elle sont bien abimés, la couture est déchirée par le selecteur de vitesse et ce dès les premières sorties. la semelle est poncé et bien entamé par la marche, elle grinces fortement aussi, les petits bois du talons sont arrachés, la semelle se décolle de la chaussure également… bref, confortables, jolie, ergonomique, sécurité Oui, par contre longévité minimum, très déçu finalement. Même mes timberland qui ont 10 ans ne sont pas aussi abimés.

    • Bonjour Ophi,

      Vous pouvez contacter le Service Client Motoblouz par email ou appel téléphonique. Un SAV va être effectué sur votre paire de chaussures Furygan Appio D3O.

      Je vous souhaite une belle journée,
      Justine de Motoblouz.

      • Ophi

        je vais faire ça, merci de la réponse 🙂