Essai sacoche de réservoir Kappa RA311R


Avec une capacité d’emport limitée, une sacoche de réservoir est surtout destinée à ceux qui recherchent un bagage pratique au quotidien, facile à arrimer et qui ne dénature pas la ligne de la moto. Et ça tombe bien, c’est exactement ce que propose la sacoche de réservoir Kappa RA311R qui m’a accompagné ces dernières semaines. Testée pour l’occasion sur ma sportive Yamaha YZF-R6 et mon gros roadster MT-01.a

Le choix d’une sacoche de réservoir : simplicité mais possibilités limitées

Quand on roule avec une moto pas vraiment destinée au voyage, on se heurte parfois à un vrai casse-tête quand il s’agit d’emporter avec soi quelques affaires pour la journée. Et on peut facilement comprendre que vous n’ayez pas forcément envie de monter un top case à l’arrière de votre sportive ou de votre roadster ! Si vous ne souhaitez pas non plus porter un sac à dos (pas forcément une bonne idée en moto d’ailleurs si vous devez transporter des objets solides, et incompatible avec le port d’un blouson ou gilet airbag) vous pouvez vous rabattre vers un sac de réservoir.

Il ne s’agit certes que d’une solution d’appoint avec une capacité d’emport assez limitée. 16 litres pour la sacoche de réservoir Kappa RA311R avec le soufflet d’extension déployé. Néanmoins, ce genre de bagage peut s’avérer très pratique. Notamment sur les roadsters dépouillés ou les sportives qui ne laissent en général que peu d’alternative en termes de bagagerie moto. Cerise sur le gâteau, avec le système de fixation Tanklock, seul un discret cerclage reste sur la moto quand le sac n’est pas utilisé.

Pratique pour la balade du dimanche ou un usage au quotidien donc, mais difficilement plus. Si vous souhaitez plus de capacité d’emport, toujours sans installation, je vous recommande par exemple l’utilisation d’un sac de selle. Si celle-ci est libre bien évidemment !

Sacoche de réservoir Kappa RA311R : une qualité de fabrication au-delà de tout soupçon

La marque Kappa est réputée pour le soin apporté à la fabrication de ses produits. Ça se vérifie ici une nouvelle fois avec un sac dont la qualité est remarquable. Et la toile employée ne laisse pas de doute concernant sa robustesse.

Les zips de fixation sont tout aussi solides et les sangles de qualité, tandis que le rivetage de la platine dans le fond du sac (visible en relevant un rabat au fond) est très largement dimensionné, vis-à-vis de la taille du sac. On pourra le charger sans aucune arrière-pensée.

La sacoche de réservoir Kappa RA311R n’est pas étanche. Mais une housse de pluie haute visibilité est fournie. Celle-ci s’installe d’ailleurs particulièrement facilement en raison de l’espace laissé entre le sac et le réservoir par le système Tanklock. Le sac dispose de plusieurs sangles/poignées afin d’être manipulé aisément une fois détaché de la moto. Il dispose aussi de deux pochettes latérales plutôt bien positionnées. Le bon endroit pour placer sa carte ou la monnaie pour le péage !

On note également la présence de plusieurs liserés rétro réfléchissants. À cet endroit, ça ne sera pas forcément très pertinent pour augmenter sa visibilité sur la route… Mais c’est toujours bon à prendre ! D’autant que ceux-ci s’intègrent plutôt bien au design du sac.

Le système Tanklock, fixation robuste sur la trappe de réservoir

Pour fixer un sac de réservoir, plusieurs solutions existent : sacs magnétiques (réservoir métallique indispensable), à clip – nécessitant un tapis de réservoir spécifique – ou à système de fixation rapide Tanklock. C’est ce dernier qui nous intéresse ici. Simple et redoutablement efficace, il permet de fixer le sac à la moto en littéralement moins d’une seconde. Et le retirer se fait tout aussi rapidement.

La magie opère par le biais d’une fixation montée sur la trappe de réservoir. Celle-ci se compose de deux pièces : le cerclage Tanklock, universel et fourni avec le sac. Et une bride de fixation vendue séparément, soit une plaque métallique à trous permettant de fixer le cerclage à la trappe à essence par l’intermédiaire de ses vis de fixation. Cette bride est spécifique au modèle de moto pour laquelle est destinée le sac. Elle se trouve pour environ 15 €. Dans mon cas, pour mes deux Yamaha disposant d’une trappe identique, la bride que j’ai dû me procurer est la BF05K. Vérifiez bien la compatibilité avec votre machine via l’onglet « compatibilité moto » présent sur chaque fiche produit.

Montage facile

Le montage se fait en remplaçant plusieurs vis d’origine. Vis de remplacement et entretoises sont fournies avec la bride. Et une fois monté, le tout reste très discret. Un bon point pour un système dédié aussi à des machines sur lesquelles on ne monte pas de bagagerie par souci purement esthétique.

Petit conseil au passage : je vous recommande d’utiliser un peu de frein filet au montage afin d’éviter que les vis ne se desserrent à cause des vibrations. Que ce soit celles sur la trappe de réservoir ou celles fixant le mécanisme Tanklock à la platine du sac.

Une goutte de frein-filet évite de voir les vis de la fixation Tanklock se dévisser à cause des vibrations

Une goutte de frein filet évite de voir les vis de la fixation Tanklock se dévisser à cause des vibrations

En revanche, la flasque (cerclage) Tanklock étant fournie avec le sac, il est impossible de monter une fixation sur le réservoir des deux motos afin de pouvoir passer le sac d’une machine à l’autre, sans passer par l’achat d’une flasque supplémentaire. À mon sens, et vu le coût de la pièce en plastique, il aurait été plus logique de la fournir dans le kit contenant la bride spécifique à la moto. Ainsi, on aurait eu un kit = une moto.

Vous l’aurez également compris : impossible de monter la fixation Tanklock sur une trappe de réservoir qui n’a pas de vis apparente (certaines Ducati par exemple).

Un verrouillage rassurant

Le verrouillage / déverrouillage de la sacoche de réservoir Kappa RA311R a beau s’effectuer en un tour de main, la fixation est solide et sûre. Le « clac » que laisse échapper le système lors du verrouillage ne laisse aucun doute quant au bon positionnement du sac.

Une fois en place, c’est du solide. Et aucun risque de voir le sac se détacher de façon inopportune. Malgré tout, le fabricant a prévu une sangle de sécurité, à passer autour du guidon ou de tout autre point fixe de la moto. En revanche, cette sangle de sécurité se révèle être parfois gênante une fois descendu de la moto. Impossible de la retirer du sac. Et elle se retrouve à « pendouiller » sous le sac quand on le transporte à la main ou en bandoulière.

Dommage de ne pas avoir créé un petit rangement dédié ou avoir simplement prévu de quoi la détacher du sac. A défaut, on se retrouve à l’enrouler et la caler sous une poignée latérale, mais ce n’est pas la panacée.

Ce problème est assez paradoxal quand on constate que la sacoche de réservoir Kappa RA311R a clairement été conçue pour pouvoir être portée en bandoulière. Il suffit d’installer la courroie fournie avec le sac pour l’emmener avec soi une fois descendu de moto. Simple et efficace, d’autant que la sangle en question est ici amovible, réglable et parfaitement adaptée.

Un support téléphone à revoir

Si le sac en lui même se montre très bien conçu, il en va différemment pour la fixation smartphone qui vient par-dessus, fixée par trois attaches velcro. Essayée avec trois téléphones différents, il est impossible de l’utiliser convenablement. L’écran tactile est inutilisable dans 2 cas sur 3, et très difficile sur le dernier sans gant, il y a des reflets sur la surface du plastique trop gênants, peu importent les conditions lumineuses, et l’insertion plutôt compliquée sans appuyer sur les boutons de tranche… Autant dire que cette pochette fait un peu pièce rapportée, histoire de proposer un support téléphone comme le fait la concurrence.

Et je passe sur le trou découpé dans la maille sous le téléphone afin de pouvoir passer un câble de charge. Ça sera presque mission impossible de réussir à tout positionner sans s’y prendre à plusieurs reprises.

Bref, oubliez cet étui, pas vraiment utilisable dans la pratique. Et ne comptez pas non plus sur la « fenêtre » transparente aménagée sur la housse anti-pluie pour voir le téléphone. Son plastique brillant n’arrange rien à l’histoire.

La pochette transparente « porte-carte » sur le dessus du sac sera bien plus pratique pour insérer quelques notes afin de vous guider. Les anciennes méthodes ont aussi leur charme ! À ce sujet, cette pochette est d’ailleurs masquée par l’étui smartphone quand il est installé… Encore une raison de s’en passer.

Pour les sportives et roadsters

Comme je le disais plus haut, ce genre de bagagerie s’adresse principalement aux propriétaires de motos sportives ou roadsters qui cherchent une solution d’appoint pour les courtes balades ou pour transporter quelques affaires au quotidien.

Mais la position adoptée par le pilote sur ce genre de machines impose aussi d’avoir une bagagerie qui s’adapte à la place assez exiguë entre le thorax et le réservoir. A ce sujet, si la sacoche de réservoir Kappa RA311R s’en sort remarquablement bien sur un roadster avec un réservoir pourtant assez haut comme la MT01, c’est plus compliqué sur une sportive comme la R6. En effet, le « bas » du sac est un peu trop en appui sur le haut du ventre.

Dommage, surtout quand on constate qu’il aurait suffi de placer le sac quelques centimètres en avant pour résoudre le problème. Sous le sac, la fixation du mécanisme Tanklock peut être réglée sur des positions différentes par l’intermédiaire de 4 vis, pour jouer sur l’éloignement avec le pilote. Mais contrairement à d’autres sacs Tanklock, la sacoche de réservoir Kappa RA311R ne propose que trois positions. Elles permettent un ajustement sur +/- 1 cm environ. Trop peu pour couvrir toutes les possibilités donc.

Possibilité de rendre la sacoche de réservoir Kappa RA311R souple

Voici le renfort qui donne sa rigidité au RA311R. Le retirer permet de profiter d'un sac entièrement souple.

Voici le renfort qui donne sa rigidité au RA311R. Le retirer permet de profiter d’un sac entièrement souple

J’ai néanmoins trouvé une solution pour le montage sur la sportive en conservant un certain confort. En effet, après ouverture d’un zip à l’intérieur du sac, il est possible de retirer le renfort faisant le tour de celui-ci, transformant ce sac Kappa en sac entièrement souple. Débarrassé de sa rigidité, le bas du sac ne gêne plus le pilote.

Une solution de dépannage, mais qui n’est pas sans conséquence sur la tenue du sac, si vous y placez des objets assez lourds. Mais vu le type d’utilisation que l’on fait de ce genre de bagagerie, cette astuce peut présenter des avantages. Notamment en rendant le sac plus compact et plus facile à transporter à pied, si peu de choses se trouvent dedans.

Notez que vous avez également la possibilité de monter la platine sur le sac à l’envers, de façon à avoir l’arrière du sac vers l’avant de la moto. Si ça peut aider à trouver une meilleure configuration…

Le Kappa RA311R sans son renfort devient un sac entièrement souple

La sacoche de réservoir Kappa RA311R sans son renfort

Équipement électrique

Comme sur le sac de réservoir Givi testé récemment par Émeric, la sacoche de réservoir Kappa RA311R ne dispose pas d’un passage de câble d’origine. Histoire d’installer une alimentation pour charger son téléphone par exemple.

Le sac est annoncé par Kappa comme prêt à recevoir le « Power Hub« . Solution du fabricant pour installer un système électrique muni de ports USB dans la bagagerie (Référence KS111). Il faudra se débrouiller pour acheminer le câble à l’intérieur du sac à l’aide du passe-paroi fourni avec le kit. Et aussi passer par l’achat du kit de raccordement à la moto KS110. Comptez environ 65 € pour ces deux accessoires. Une somme non négligeable pour un équipement qui ne me semble pas pertinent sur ce sac où l’utilisation du téléphone est plutôt compliquée. Il restera néanmoins la possibilité de charger son appareil directement à l’intérieur de la sacoche de réservoir Kappa RA311R.

Facilité d'installation / Mise en place3.5
Qualité de fabrication 4.5
Finitions3.5
Aspects pratiques 2.75
Contenance 3.25
Rapport qualité / prix 3.5

Mon avis : la sacoche de réservoir Kappa RA311R est un sac de qualité mais avec quelques problèmes de conception

Avec une fabrication très soignée digne du fabricant... Mais certains aspects pratiques ont été loupés comme la pochette pour smartphone quasiment inutilisable ou encore le peu de latitude concernant le réglage de la platine de fixation. Le sac Kappa RA311R souffle le chaud et le froid. Le système Tanklock est quant à lui un vrai modèle d'efficacité. Mais il sera nécessaire de bien vérifier que le sac se monte dans une position qui ne gêne pas le pilote sur certaines machines. S'il correspond à vos attentes en termes d'emport, le sac de réservoir Kappa RA311R s'avère très pratique au quotidien (mais pas plus), et il s'agira sans nul doute d'un sac qui vous accompagnera longtemps !
3.45

Partagez cet article

Cédric

Enseignant de la conduite et de la sécurité routière depuis 10 ans et motard depuis plus de 15 ans, j’ai lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" dans le but de partager le regard particulier que je portais sur l'actualité auto/moto, tout en amenant les lecteurs à penser “en dehors du cadre” concernant les événements en lien avec notre passion. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation, en dépassant les dogmes et en apportant les éléments nécessaires pour se forger sa propre opinion.