Test du blouson DXR Speedchaser CE


Speedchaser face

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… » Ahhhhh, le Bomber de mon adolescence. Symbole de masculinité exacerbée, vestige de la période Top Gun, ou simple blouson qui permettait de camoufler votre manque de muscles et permettait d’afficher une carrure de lutteur malgré vos 37 kilos tout mouillé… Il en avait de l’allure ce blouson ! Ainsi lorsque mes yeux se sont posés sur la fiche du blouson DXR Speedchaser, j’ai retrouvé mes 17 ans et j’ai plongé, tête baissée, dans le saladier de madeleines de Proust qu’il m’offrait.

Et quand l’antique Bomber hors de prix de l’époque ne proposait en réalité que beaucoup de marketing et une piètre qualité textile, le Speedchaser lui est un condensé de sécurité et de bonnes trouvailles pour le motard nostalgique.

De toutes les matières, c’est le cuir que je préfère… Mais le textile c’est fantastique !

Je suis un fana de cuir moto. Que ce soit pour le look, la protection et l’odeur, je penche toujours pour mon vieux Legend DXR, tellement porté qu’il épouse mes courbes comme un costume de Spider-Man. Mais quand viennent les grands froids ou les pluies diluviennes, mon Legend accuse son âge, et je dois m’en séparer la mort dans l’âme. C’est là que les solutions textiles montrent à mon sens tout leur intérêt. Et le blouson DXR Speedchaser n’y fait pas exception. Sa conception en fait un allié de choix en ce début de saison froide.

Speedchaser, le look mais pas que

Look du blouson DXR Speedchaser full droit

Le look du bomber avec ses protections, indispensables à une pratique quotidienne sereine par tous les temps !

Dès la sortie du carton, on remarque le poids conséquent du blouson. Il est présenté comme un blouson toutes saisons mais son rembourrage, même délesté de sa doublure, me fait douter de la possibilité de l’utiliser l’été. Et ce, malgré l’orgie d’aérations qui parsèment l’intégralité du blouson DXR Speedchaser comme nous le verrons plus tard. En même temps, on commence à se peler sévère. Du coup, pas de problème pour le test. D’autant plus qu’il s’est mis à pleuvoir approximativement 10 jours sur 5, ce qui va permettre de tester aussi son étanchéité.

Parce que, parmi les nombreuses caractéristiques du blouson DXR Speedchaser, il dispose d’une membrane imperméable et respirante. Et le tissu Oxford qui le constitue intégralement n’a rien à voir avec la toile de parachute dégueulasse des bombers de jadis. Le textile du blouson DXR est solide, ne génère pas trop de bruit aux frottements et permet une bonne tenue sans être trop rigide.

Pour ce qui est de la sécurité embarquée, c’est le Pérou :

  • Certainement plus difficile à intégrer dans un cuir, le blouson DXR Speedchaser grâce à sa nature textile dispose de plusieurs liserés réfléchissants d’une grande discrétion.
  • La présence des protections coudes et épaules homologuées est d’autant plus agréable que le rembourrage de la veste les rend peu gênantes.
  • La poche pour la dorsale est présente et l’achat de cette option, au vu du prix modique du blouson, est facilité.

Côté look, on ne choisit pas le blouson DXR Speedchaser par hasard

Essai du blouson Speedchaser DXR

Ce blouson textile est court. Pas de surprise de ce côté mais attention donc à votre position de pilotage, surtout si vous êtes sensible au froid au niveau des lombaires. Il faudra prévoir un sous-vêtement technique pour bien calfeutrer le bas de votre dos, ou coudre le demi zip fourni sur vos jeans favoris. C’est là que j’aurais grandement préféré un passant pression de ceinture, bien plus pratique et flexible. A revoir peut-être sur une évolution du modèle.

Le blouson DXR Speedchaser vous donne une carrure assez imposante. C’est bien pour minimiser la taille du casque, et pour vous faire respecter quand vous descendez de votre monture. En revanche, vous risquez de faire des déçu/es quand vous le déposerez au portemanteau.

Si vous voulez accentuer le côté militaire du blouson, vous pouvez opter pour un coloris marine ou kaki. Le noir reste bien entendu plus sobre et passe-partout.

Le speedchaser, et les mille et une braguettes

Multiples poches et braguettes sur le blouson DXR Speedchaser

Des poches mais pas que… des aérations aussi !

Et c’est là que le Speedchaser m’a un peu perdu… J’ai d’abord pensé que la foultitude de glissières qui parsemait le blouson était autant de poches destinées à engloutir pléthore d’artefacts, plus indispensables les uns que les autres. Et bien en fait, non.

A chaque zip correspond une ouverture vers une aération toute de mesh cousue qui permettra une ventilation qu’on peut qualifier d’extrême. La déception fut tout de même présente car les poches extérieures présentes sont du coup, plutôt maigres et assez peu profondes. Seule la poche avant-bras gauche est toujours très pratique. Celles sur les flancs sont trop peu profondes à mon goût et difficilement accessibles avec des gants mi saison ou hiver. La poche sur l’épaule gauche est quasiment anecdotique et presque purement esthétique.

L’épreuve du Quotidien

Le blouson DXR speedchaser est très agréable à porter. Je me suis senti totalement enveloppé, bien au chaud et très bien protégé dès les premiers tours de roues. Les protections épaules et coudes tombent parfaitement bien. Elles n’opposent aucune résistance lors de l’enfilage du blouson, ce qui est un vrai plus. Les pressions pour verrouiller la fermeture basse et haute du blouson sont très faciles d’utilisation.

Chose rare et extrêmement agréable, la doublure hiver propose un rabat côté gauche, muni de trois pressions, qui fait office de lèvre de manière à optimiser l’isolation au froid et au courant d’air. Ce dispositif est efficace et discret, un bon point de plus !

doublure sur la veste DXR Speedchaser

Le rabat de la doublure thermique permet une isolation parfaite du pilote

Blouson DXR Speedchaser

Rabat rabattu 😉

Les nombreuses pluies que j’ai eu à essuyer de jour comme de nuit n’ont jamais entaché ma joie de rouler. Le confort du duo imperméabilité / chaleur suave a été d’un grand secours au quotidien. Le seul truc relou ne vient pas du blouson mais de la différence entre le déperlant / imperméable du blouson? et l’éventuelle absence de ces qualités sur votre pantalon… Je m’explique.

Régulièrement, lorsque le haut de mon corps restait impeccablement au sec, au chaud et sans sudation excessive grâce aux aérations judicieusement placées vers les aisselles, la pluie ruisselait sur mes jeans, à des endroits qui, une fois mouillés, rendent le voyage assez désagréable. Le Speedchaser a le défaut de ses qualités : il rend le reste de votre équipement terriblement obsolète dans les pires conditions.

Seules les poches sont sous-dimensionnées pour l’usage que j’en fais. Difficile de chercher un trousseau de clés avec des gants épais en restant sur sa machine. L’orientation des ouvertures n’y est certainement pas étrangère.

Un dernier mot

Les qualités du blouson Speedchaser par temps froid et humide m’ont bluffé. J’étais serein pour chaque trajet, et il a toujours assuré une protection maximale. Si le look de votre jeunesse vous manque, sautez le pas, le Speedchaser est une vraie affaire !

 

Voir la fiche produit

Coupe4
Confort4
Imperméabilité5
Protection thermique5
Fonctionnalités2.5
Rapport qualité / prix5

Mon avis : une maxi protection pour un prix mini

Si le look du blouson DXR Speedchaser CE vous plaît et que vous ne craignez pas les blousons courts, foncez ! Ses qualités de protection au froid et à la pluie sont de premier ordre. J'ai pu rentrer du fight club trempé de sueur par moins de 5 degrés sous la pluie sans ressentir la moindre gêne. Les aérations vous permettent de bien gérer l'excès de chaleur de votre corps et de se maintenir au sec. Seules les poches sont un poil trop petites pour mon utilisation. Un look radical pour une protection radicale.
4.3

Partagez cet article

Anthony

Passionné de moto et friand de tout ce qui touche à la culture motarde depuis l'adolescence, je ne suis pratiquant que grâce à la crise de la quarantaine. Je reste, pour le moment, scooteriste quotidien et par tous les temps depuis bientôt 4 ans. Je soigne mes trajectoires et pose le regard comme un vrai, pour le genou on verra plus tard!