Essai veste Spidi Voyager 3 H2Out


Technique et pratique, l’équipement routier constitue un gros investissement qui freine beaucoup de motards à la recherche de confort. Spidi a décidé de prendre le contre-pied de cette tendance avec sa veste Voyager 3 H2Out, un produit performant et au budget pourtant raisonnable. Essai !

Les Voyager se suivent et s’optimisent… La troisième génération de cette veste dédiée aux motards adeptes de la route au long cours gagne en versatilité et en aspects pratiques. Malgré tout, le principal intérêt de la Voyager 3 H2Out, c’est qu’elle saura gérer toutes les conditions que vous pourrez rencontrer lors d’un road trip transcontinental ou, plus prosaïquement, si vous utilisez votre moto toute l’année et que vous ne voulez pas accumuler l’équipement.

Une veste trois en un aboutie

Cette faculté toutes saisons, elle la doit à sa conception trois en un. Cela signifie qu’elle est composée de trois couches : à l’intérieur, une doublure hiver, amovible à la mi-saison, qui laisse alors apparaître une membrane anti-pluie H2Out, elle-même détachable quand il fait chaud. Reste alors la structure extérieure de la veste, doublée de tissus mesh pour le confort et équipée de zips de ventilation pour une bonne circulation de l’air quand ça chauffe.

Roulez 365 jours par an

Bref, de l’hiver à l’été, elle assurera, comme nous avons pu le vérifier. On a ainsi apprécié l’efficacité de la doublure thermo-alu matelassée pour l’hiver. Elle doit beaucoup à la membrane H2Out (le matériau étanche et respirant de Spidi), qui n’a jamais rendu la main, et qui s’avère vraiment ajusté au corps du pilote, en particulier avec son col montant, ce qui limite fort les courants d’air froid. Seuls les motards aux bras très longs trouveront que l’isolant ne couvre pas assez les avant-bras. Gants hiver avec manchette longue recommandés ! Mention spéciale pour le système de double manche au niveau du poignet, qui permet de recouvrir la manchette du gant avec le textile extérieur de la Voyager, ce qui limite le ruissellement d’eau dans les gants, inévitable quand il pleut longtemps !
En été, le constat reste aussi flatteur. Les zips de ventilation font preuve d’une efficacité redoutable grâce à l’ingénieux système d’élastiques qui maintiennent les prises d’air bien ouvertes, le Dynamic Vent. Le comble, c’est qu’ils rendent la manipulation des zips beaucoup plus simple. Bref, une idée si maline qu’on se demande pourquoi elle n’est pas née plus tôt.

Des options pertinentes pour la sécurité

Au chapitre de la sécurité, la présence d’empiècements jaunes fluo de notre modèle d’essai saute en premier aux yeux. Ils attireront plus facilement l’attention de l’automobiliste perdu dans ses pensées que le traditionnel noir prisé des motards. Notez également les inserts réfléchissants imposants qui la rendent bien visible la nuit tombée sous tous les angles. En matière de renforts, la Spidi Voyager 3 sort clairement du lot… sous réserve que vous daigniez investir dans quelques coques optionnelles Warrior, qui la transforment en véritable armure. La dorsale s’insérera aisément dans la poche aménagée dans la veste, tandis que le renfort pectoral se clipsera tranquillement sur les pressions prévues. Voilà qui compétera les renforts certifiés livrés de série aux épaules et aux coudes et la fabrication en textile hautement résistant, mais qui rendra l’enfilage un peu plus délicat.
Ce n’est en effet pas le point fort de notre veste de routard : ses multiples couches et leurs rabats anti-pluie réclament quelques minutes quand on l’enfile, même avec de l’habitude. Un peu énervant quand on est en retard. La rançon de l’efficacité… Attention à ne pas oublier de prendre vos papiers, sous peine de devoir vous effeuiller longuement !

Sur mesure, ou presque !

En revanche, on aime beaucoup ses multiples possibilités de réglages, bien utiles pour s’adapter à la configuration des doublures, qui joue sur l’épaisseur. Deux straps velcro pour ajuster le volume des manches, un autre à la taille, un cordon élastique avec stoppeur au bas de la veste, deux pressions aux poignets, difficile de faire mieux. Le prix de l’aspect pratique revient au réglage du col, l’EST, qui permet de mémoriser le serrage qui convient à votre tour de cou grâce à un bouton pression monté sur un patch velcro déplaçable. Simple et efficace ! Spidi à également prévu des bretelles inguinales, à passer entre vos jambes pour éviter qu’elle ne remonte trop. Je les ai pour ma part adoptées puisque la Voyager est à peine plus longue qu’un blouson.

De la place, beaucoup de place !

De même, les multiples poches offrent une capacité d’emport record. Deux sont tout simplement géantes, la poche poitrine gauche, et la poche située en bas du dos. La première peut accueillir une paire de gants mi-saison (testé), celle du dos est prévue pour que vous y logiez la doublure H2Out si vous la retirez quand il fait chaud… Encore une preuve que Spidi a bien peaufiné sa Voyager 3 ! Attention, seules les poches intérieures et les poches mains sont étanches (ce qui n’est déjà pas si mal). Les autres n’ont pas cette propriété, comme en témoigne l’œillet prévu pour faciliter l’évacuation de l’humidité.

Confort8.5
Agrément thermique7.5
Étanchéité9
Aspects pratique8.4
Finition8

Notre avis : Faites vos adieux à Évelyne Dhéliat

Bien ventilée l'été, étanche l'automne et isolante l'hiver, la veste Spidi Voyager 3 H2Out vous permet de ne pas vous inquiéter du temps qu'il va faire. Plus besoin de bulletin météo ! Elle se révèle de ce fait aussi adaptée aux voyageurs au long cours, qu'aux commuters réguliers. La Voyager troisième du nom se révèle qui plus est très pratique avec ses nombreux réglages et ses poches qui lui confèrent un volume de chargement comparable à celui d'un petit sac à dos. Et surtout, en dépit d'agencements malins que des modèles très haut de gamme pourraient lui envier, elle sait garder un tarif raisonnable. Seul (modeste) revers à la médaille de la versatilité, elle demande un peu plus de temps pour être enfilée. Une bonne affaire !
8.3

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

Echangez avec notre communauté !

Aucun commentaire

Ajoutez le votre

Loading Facebook Comments ...