Essai blouson Bering Luminous


Bering propose une solution innovante à ceux qui veulent gagner en visibilité sur leurs trajets nocturnes. Le blouson Bering Luminous intègre en effet un système luminescent sympa qui brille de nuit sans descendre le look en flamme de jour. On vous en dit plus ici !

La visibilité est une problématique qui vous tient à cœur. Même si vous n’osez que rarement le fluo (je m’adresse à nos lecteurs français), on constate sur les routes que les propriétaires de blousons intégrants des éléments réfléchissants se font de plus en plus nombreux, même chez les motards sportifs. Il faut dire que les fabricants ont tenu compte de ce paramètre qui joue en faveur de notre sécurité, et qu’en toute discrétion le jour, on peut être plus visible dans le faisceau des phares la nuit venue.

Le B-Light System, un système de visibilité « active »

En matière de sécurité nocturne, Bering franchit une nouvelle étape. Après les éléments de visibilité qu’on pourrait qualifier de « passifs » comme les zones réfléchissantes, la marque française inaugure une fonctionnalité « active » : des fils électroluminescents intégrés dans des gaines transparentes, qui s’illuminent à la demande. L’idée n’est sans doute pas nouvelle, mais le Bering Luminous est le premier produit de ce segment fiable, disponible au grand public et avec un système proprement intégré dans la ligne du blouson. Comment ça marche ? L’interface est des plus simples : un bouton situé sur l’avant-bras gauche vous permet de commander le B-Light System (c’est son nom). Une pression, les fils disposés sur toutes faces du blouson s’allument. Une seconde pression, le mode clignotant est enclenché. Une troisième pression et le système s’éteint. Vous avez dit enfantin ?

Plus visible dans certaines conditions

Et sur le terrain, qu’est-ce que ça donne ? L’intérêt majeur que j’ai pu percevoir à l’usage, c’est que le Bering Luminous vous rend plus visible dans tous ces contextes où votre moto et sa signalisation n’attirent pas l’attention sur vous : quand vous n’êtes pas sur votre moto (ou qu’elle n’est pas encore démarrée), quand vous circulez en interfile, quand vous chutez, etc. Cette visibilité est décuplée en mode clignotant. Le reste du temps, le surplus de visibilité par rapport à votre phare et votre feu arrière est modeste, si ce n’est question style. Car le rendu esthétique de l’ensemble est vraiment sympa, un peu dans la veine d’un Shark Skwal si vous voulez. La visibilité, c’est une chose, mais si c’est pour concurrencer le gilet jaune question look, beaucoup passeront leur chemin… À noter enfin, le système n’est vraiment visible qu’à la tombée de la nuit, et éventuellement « entre chien et loup ». Plus tôt dans la journée, même si la météo est couverte, il ne sautera pas aux yeux des automobilistes et des passants.

Du jus plus qu’il n’en faut

L’autonomie du B-Light System couvre largement une utilisation trajets/balades, représentant 90% de nos besoins : Bering avance 5 heures en mode fixe et 8h en clignotant – une nouvelle raison de choisir ce second mode ! La batterie est logée dans une poche étanche, sous la doublure hiver. Exempte de boîtier pour limiter le poids, elle dispose d’une prise micro-USB semblable à celle de beaucoup de nos smartphones, ce qui permet de la recharger facilement, même sans avoir le chargeur sous la main. Bonne nouvelle pour les voyageurs, celui qui est fourni par Bering est un modèle universel qui supporte les trois standards de fiches murales mondiales. Une fois le câble USB connecté au chargeur ou à votre PC/Mac chéri, une petite LED rouge disposée sur la batterie atteste de la charge en cours, sachant qu’en trois heures, le stock d’énergie est full.

Le Bering Luminous, paré pour la mi-saison et l’hiver

Le B-Light se montre donc abouti. Mais ce blouson routier ne se résume pas à cette fonctionnalité. Plutôt taillé pour l’hiver et la mi-saison (sans doute parce que la nuit y tombe plus tôt !), le Luminous de Bering appartient à cette catégorie d’équipement qui inspire confiance. L’étanchéité s’avère irréprochable, et pour cause : un court circuit, et c’est la fin de l’électronique embarquée ! Dans les faits, il intègre une membrane imperméable et respirante BW2 Tech 500 maison, des zip étanches, un rabat anti-froid/pluie sous le zip de fermeture. Pas de zips de ventilation pour limiter les voies d’eau potentielles. Bref, du sérieux.
La doublure hiver, amovible, fait appel à une isolation thermo-alu qui couvre buste et bras. Elle se révélera efficace même au cœur de l’hiver. La protection rassure avec une homologation en tant qu’EPI, et la présence de coques que leur souplesse fait oublier aux épaules et aux coudes. À vous d’ajouter une dorsale digne de ce nom !

Le Softshell lui va si bien !

Comme les photos le laissent imaginer, la coupe du Luminous s’avère assez près du corps, tout en offrant un minimum de tolérance pour les plus épais que moi, notamment grâce à ses grands soufflets sur les hanches – le nouveau Bering n’est en effet pas de ceux qui multiplient les pattes de serrage et autres cordons. Sa philosophie à lui, c’est de ratisser large en choisissant l’équilibre entre le look sportif et les fonctionnalités plus routières. Il offre un strap pour ajuster le tour des poignets, et une paire de boutons pression pour régler le tour de cou – non sans peine, pourquoi pas un bon vieux velcro à cet endroit ? – et quatre poches offrant un espace correct.
La mention du jury revient au choix du Softshell comme matériaux principal. J’ai beaucoup aimé l’élasticité et le toucher doux de ce textile, que je trouve visuellement plus noble que les nylons 600D, aujourd’hui un peu surannés à mon goût… Les « pipings » incluant les fils électroluminescents se fondent efficacement dans le look de l’ensemble, aussi bien que les fausses coques en gomme aux épaules. Joli coup, Bering !

Photos SH. Casque de l’essai : Dexter Nucleon Diggity

Visibilité9
Confort8
Étanchéité9
Aspects pratiques7
Finition8

Notre avis : Allier style et surplus de visibilité ? Bering l'a fait !

Alors, juste prix pour le Bering Luminous ? Sans aucun doute : innovant avec son système "actif" électroluminescent, ce blouson au tarif supérieur à la moyenne complétera votre visibilité au guidon, notamment en ville et dans les bouchons, sans vous imposer le gilet fluo qui en rebute beaucoup. Avec sa coupe sympa et sa fabrication en Softshell classe, il ajoute à cela ne touche d'élégance racée assez rare chez les blousons en textile. Sa fiabilité dans toutes les conditions de l'hiver et de la mi-saison saura également se faire apprécier. Seul petit désagrément, le col réglable par pression, délicat à manipuler avec des gants. Personne n'est parfait !
8.2

Partagez cet article

gplus-profile-picture

Loïc

Rédacteur et testeur pour Motoblouz, je suis l'extra-terrestre qui attend impatiemment la pluie pour mettre à l'épreuve l'étanchéité d'une veste ou d'une paire de gants... Fan inconditionnel de routes à virages, la moto est pour moi un moyen d'évasion comme un moyen de transport.

Echangez avec notre communauté !

Aucun commentaire

Ajoutez le votre

Loading Facebook Comments ...