Pratique : Cinq conseils de pro pour une route plus sûre à moto


motard roulant à moto sur une route sans danger

La moto c’est dangereux, comme s’empressent de nous le rappeler les non-motards. À défaut d’atteindre le risque zéro, on peut quand même maximiser sa sécurité sur route en adoptant quelques bons réflexes. Cédric, le Moniteur Hors des Clous, vous donne cinq conseils pour rouler sur route plus sereinement. N’hésitez pas à enrichir cette page de vos propres conseils en commentaire !

1 – Comprendre la différence entre risque réel et risque perçu

Si vous avez l’occasion de suivre les articles de mon blog, vous êtes peut-être déjà tombé sur mes articles ayant pour but de vulgariser la notion d’”homéostasie du risque routier”. Sans entrer ici dans les détails (je vous invite à lire mon article pour ça, ou encore voir la vidéo de mon ami Valootre), il est important de comprendre que le risque d’accident s’accroît dès que les conditions nous semblent idéales.

En effet, le beau temps, une route parfaite au bitume tel un billard et de grandes lignes droites dégagées…, nous incitent parfois à une baisse de la vigilance.
De même, il est dangereux de rouler « au-dessus de ses pompes” en voulant suivre des copains plus expérimentés. En bref, attention aux excès d’optimisme !

De même, il est dangereux de rouler « au-dessus de ses pompes” en voulant suivre des copains plus expérimentés. En bref, attention aux excès d’optimisme !

De la même façon, il est risqué de penser pouvoir se passer d’un équipement de protection dès le retour des beaux jours ou au motif que le trajet effectué est court.

Rappelons que 73% des accidents ont lieu à moins de 15 km du domicile, sur des routes archi-connues. Car c’est bien l’habitude qui entraîne une baisse de la vigilance.

Motard enfilant son équipement moto

Rouler bien équipé, l’un des cinq piliers de la sécurité à moto

2 – Bien s’équiper toute l’année et choisir un matériel adapté à chaque saison

Il s’agit d’une évidence pour beaucoup. Malheureusement il suffit de regarder le niveau d’équipement de certains dès que le mercure remonte au-dessus des 20°. Les manquements sont indéniables. En effet, la chaleur et/ou un parcours sur une faible distance ne doivent en aucun cas vous faire renoncer à un bon équipement.

Eh oui, même aller chercher sa baguette à l’autre bout du village un dimanche matin en plein été est risqué pour votre peau ! Donc comme expliqué dans le précédent conseil, peu importe la température ou la longueur du trajet : Equipez-vous !

Et avec les équipements actuels, vous trouverez forcément de quoi vous satisfaire à chaque saison. Des blousons et pantalons textiles mesh, des blousons multi-saisons aux membranes anti-transpiration et des casques ultra-ventilés, vous n’avez plus aucune excuse ! De plus il existe de nombreux équipements dont le look est tellement proche de vêtements “civils” que vous passerez totalement inaperçus au boulot ou en soirée. Le look motard “gros cuir et bottes rigides” est désormais bien loin !

A contrario, un équipement trop léger en hiver peut avoir de graves répercussions. Votre confort, voire votre conduite peuvent en pâtir. Des doigts engourdis par le froid pourraient facilement entraîner un mauvais feeling ou un retard dans l’utilisation des commandes. Cela aurait un impact direct sur la qualité d’un freinage d’urgence par exemple.

Motard roulant sur piste avec son roadster

Une mini formation peut vous aider à mieux maîtriser la trajectoire de sécurité

3 – La trajectoire de sécurité : à mettre en application !

Intégrée à la formation des nouveaux motocyclistes depuis la réforme de mars 2020, la “trajectoire de sécurité” a pour vocation de résoudre une partie des accidents ayant eu lieu en virage, notamment en cas de visibilité réduite.

En effet les pouvoirs publics se sont emparés du problème suite à une recrudescence de ce genre d’accident. Notamment dans les premières années après le permis de conduire. Il s’agit ici de mettre en œuvre une trajectoire optimisant la “découverte” du virage. Elle permet aussi de garder la possibilité de corriger le tir en cas de véhicule arrivant en contre-sens ou débordant de sa voie. Voire encore en cas de véhicule arrêté dans le virage, masqué par la topologie de celui-ci.

Il s’agit ici de mettre en œuvre une trajectoire optimisant la “découverte” du virage.

En opposition à la trajectoire “à la corde”, elle n’en reste pas moins amusante à mettre en œuvre et peut donner d’excellentes sensations.

Attention néanmoins à ne pas se contenter du résumé qui est fait de cette technique dans les livres de code moto. N’hésitez pas à creuser la question lors de votre formation au permis A2. Votre formateur peut vous renseigner pendant les cours de circulation.

Il arrive qu’on n’ait pas été formé à cette technique pendant votre formation et/ou qu’on souhaite l’approfondir. Je ne peux que vous recommander de vous rapprocher d’une moto-école afin de vous perfectionner. Des journées sont parfois organisées de façon gracieuse dans certains établissements. De même les EDSR (Escadrons Départementaux de Sécurité Routière – des unités de gendarmerie) de chaque département organisent régulièrement de genre de formations. Vous pouvez également vous rapprocher des différentes associations motardes ou encore du réseau AFDM.

groupe de motards en balade sur route

On peut être tenté de rouler « au-dessus de ses pompes » pour suivre les copains

4 – Quand l’envie de sensations forte se fait trop ressentir : Essayer le sport moto

Une fois l’expérience de la route engrangée après plusieurs mois ou années, et quand on commence à bien maîtriser son deux-roues, la tentation peut être grande de vouloir tester ses performances.

C’est alors qu’il est important de ne pas confondre route et piste !

Que ce soit pour les autres usagers ou pour vous même, l’espace fermé et sécurisé qu’est la piste est l’endroit idéal pour se lâcher… mais aussi pour apprendre : découvrir vos propres limites ainsi que celles de votre machine, bénéficier de conseils appropriés à votre niveau… et peut-être vous découvrir une passion au-delà de la simple journée de découverte !

N’hésitez pas à guetter les sessions organisées par les concessions ou vos boutiques d’équipement habituelles (Motoblouz en organise également !)

La pratique du sport moto est parfois aussi un exutoire. Elle vous permet ensuite d’aborder la route beaucoup plus sereinement, dans un plus grand respect des règles. Pensez-y si vous avez un penchant pour la vitesse !

Motard en pause dans la campagne

Nous ne sommes pas seuls à profiter de la route

5 – Vers davantage de tolérance et de compréhension des spécificités de chaque usager de la route

Cet article a pour but de dresser une liste – évidemment non exhaustive – de conseils pour une route plus sûre… Mais il faut garder à l’esprit que nous ne sommes pas seuls à profiter des routes !

Cyclistes, piétons, automobilistes… Autant d’usagers qui ne sont pas forcément familiers des caractéristiques propres aux deux-roues motorisés, et qui peuvent facilement se faire surprendre.

Même un deux-roues très modeste, un 125cc ou encore une moto bridée A2 pour les jeunes conducteurs, possède des capacités d’accélération bien supérieures à la grande majorité des voitures. Il convient donc de garder ça en tête au moment de prendre la route.

Même un deux-roues très modeste, un 125cc ou encore une moto bridée A2 pour les jeunes conducteurs, possède des capacités d’accélération bien supérieures à la grande majorité des voitures. Il convient donc de garder ça en tête au moment de prendre la route.
Évitez donc les accélérations trop brutales qui peuvent induire un mauvais comportement de la part des autres conducteurs (écart de trajectoire, freinage…)

De même, en raison de notre faible gabarit, nous sommes souvent “invisibles”. Sachez donc ne pas surprendre. Par exemple, évitez de rester trop longtemps dans l’angle mort des autres usages tant que cela est possible. Augmentez vos distances de sécurité, y compris latérales en cas de voies multiples. Ou en cas de circulation en interfile, afin de laisser un “coussin de sécurité”, permettant davantage de marge de manœuvre aux autres véhicules et garantissant ainsi votre propre sécurité !

Toujours au sujet de l’interfile, sachez également renoncer quand vous sentez que la manœuvre vous sera difficile, soit en raison de la fatigue ou de votre niveau d’expérience par exemple !

Photo de couverture Gijs Coolen

Partagez cet article

Cédric

Enseignant de la conduite depuis 2008 et motard depuis près de 20 ans, je suis le responsable moto du centre de formation à la sécurité routière CFSR, situé dans le Valenciennois. Nous préparons les élèves au permis mais nous formons également les futurs moniteurs de toute la région. J’ai également lancé le site "Le Moniteur Hors Des Clous !" en 2016 dans le but de partager le regard particulier que je porte sur l'actualité auto/moto et vulgariser les principes de sécurité routière. Bénéficiant au quotidien d'une position d’observateur privilégié, j'essaye d’apporter un éclairage particulier sur la prévention routière, la législation et la formation.