Equipement : le Best Of 2018 des testeurs #EnjoyTheRide


Pour finir cette année 2018 sur une touche moto, nous vous proposons ici le Best Of 2018 des équipements que nous avons pu tester pour #EnjoyTheRide. Chaque « testeur » nous présente son article favori de l’année 2018, et nous dit surtout pourquoi c’est son favori !

Mon Best Of 2018 : l’intercom SENA 30K

Best of 2018 : Intercom SENA 30KLe choix est difficile, car au final, j’apprécie tous les produits testés cette année. L’un d’eux sort pourtant du lot : l’intercom SENA 30K que j’utilise depuis le mois de mars.

Je pense avoir fait le tour du propriétaire dans le test publié cette année. J’ai été confronté à quelques petits bugs de temps à autre, mais rien de méchant. Des couacs sur les conversations, mais rien de grave et résolu dans les 30 secondes. De plus, et entre temps, il y a eu pas mal de mises à jour de la part de SENA concernant le firmware des intercoms pour les stabiliser, et aussi sur les apps de votre smartphone. Il y a un vrai suivi de produit.

Pour moi, avoir un intercom sur son casque pour communiquer avec d’autres motards ou avec son passager est devenu presque un besoin. Et j’apprécie plus particulièrement celui-ci, avec ses fonctionnalités avancés, sa longue portée et sa qualité sonore. Je n’ai malheureusement pas rencontré d’autres motards équipés du même intercom pour essayer une conversation en grand groupe dans ma région.

Pour conclure, je dirais que c’est comme avec un smartphone : quand on a connu un produit de qualité comme celui-ci, il devient presque obligatoire et difficile de s’en passer. Même si on faisait bien avant sans eux, c’est tellement pratique…

Gab : la veste FURYGAN Zeno

Vue de profil de la veste Furygan ZenoQuand on m’a demandé quel était le Best Of 2018 de mes essais, c’est sans aucun doute possible que j’ai pensé à la veste Furygan Zeno, une mini veste Touring urbaine. Pourquoi ?

Parce qu’elle est pratique

Ses multiples poches (huit dont deux intérieures) permettent de ranger tout le nécessaire (clés, portefeuille, smartphone, bouchons d’oreilles, paquet de clopes… Seule l’une d’entre elles n’est pas étanche. Vos affaires sont donc en sécurité tant que vous les mettez au bon endroit. Selon votre morphologie, elle peut être réglée à la taille via deux serrages.

Parce qu’elle est classe en toutes circonstances

Tout est dit ! La finition est bonne dans l’ensemble, le textile ne fait vraiment pas veste moto. La coupe est parfaite, et elle taille correctement. Seuls les inserts rétro réfléchissants viennent la trahir. Les quelques logos présents sont très discrets. La finition est plutôt correcte, et après 2500 km, je ne vois pas de trace de fatigue malgré les (trop) nombreux empiècements générant des kilomètres de surpiqûres.

Parce qu’elle offre un minimum de sécurité

Même si son niveau d’homologation est au minimum (urbain), c’est déjà mieux que rien. On retrouve des protections en D3O de niveau 1 aux coudes et aux épaules. Par contre, il faudra prévoir l’achat d’une dorsale. Si vous en voulez une intégrée à la veste, une poche existe pour y insérer la dorsale D3O Viper 2 de niveau 2.

Parce qu’elle est suffisamment étanche

Et ça, c’est important. Très important. J’ai pris la pluie, la neige, les projections de boue : et elle n’a pas montré de signe de faiblesse. Sauf au niveau de la petite poche sur la manche qui n’est pas étanche… Mais c’est vraiment lors de pluies torrentielles.

Parce qu’elle est confortable quelle que soit la météo

Il fait chaud ? Faut arriver à se dégager de la circulation pour atteindre des vitesses plus rafraîchissantes ? Pas de problème. On ouvre les deux poches frontales AFS et la poche dorsale pour faire circuler l’air frais. Et ça marche !

L’hiver arrive plus vite que la dernière saison de Game Of Thrones ? Ok, on ferme les poches AFS, on sort la doublure hiver rouge cerise, et le froid ne sera plus un problème pour vous. En plus, c’est un gilet avec manche bien ancré pour éviter que la doublure ne vous suive quand vous retirez la veste.

Cédric, LMHDC : le casque AGV Sportmodular

Casque AGV Sportmodular pour le Best Of 2018 Mon gros coup de cœur parmi les essais de cette année est indéniablement le casque modulable AGV Sportmodular.

Pourtant, ce n’était pas gagné. Même si ce casque se place sur le segment du haut de gamme, je redoutais un peu (comme à chaque fois) le fait de porter un modulable… Je suis très attaché à la simplicité absolue de mes habituels casques plutôt très sportifs.

Et c’est justement pour les motards comme moi que le Sportmodular a été pensé par AGV. L’objectif était de proposer un casque permettant aux adeptes des casques racing de passer au modulable, avec ses avantages mais sans les inconvénients inhérents au genre.

Un challenge pour le moins corsé… mais relevé par le fabricant italien ! À commencer par la chasse au poids avec une coque entièrement en carbone (mentonnière inclue).

Qu’est-ce qui fait sa différence ?

Le casque a fait l’objet de recherches aérodynamiques poussées, permettant d’optimiser sa pénétration dans l’air en silence, et même de créer de la portance (!) permettant de ne plus sentir le poids du casque sur voies rapides.

On retrouve même certains traits propres aux casques racing. Comme une jugulaire avec fermeture par système double D en titane par exemple, afin de gratter encore quelques grammes. Au final, avec 1290 g sur la balance, le Sportmodular bat des records !

Côté agrément, j’étais très surpris par l’efficacité assez bluffante de l’intérieur réversible. Un côté pour la saison froide et un pour la saison chaude. La différence est réelle, et pour avoir à ce jour passé les ¾ de l’année avec (essai longue durée prochainement, #Teasing 😉), j’ai eu l’occasion d’expérimenter une vaste gamme de températures et de conditions météorologiques. Et le Sportmodular s’en est toujours sorti avec brio !

Côté aérations, la ventilation avant est (pour chercher la petite bête) un peu trop efficace et difficile à régler en position intermédiaire à la mi-saison. En revanche, alliée au spoiler arrière réglable sur 3 positions (qui permet également l’ouverture de l’extraction d’air), on a affaire à un casque qui permet d’affronter la canicule sans le moindre problème.

Et une fois la saison froide de retour, le casque est complètement hermétique au froid avec là aussi une efficacité de très haut niveau. Dans ces conditions, on profite également de l’efficacité et du confort procurés par le Pinlock 120 Max Vision, plutôt rare. Mais attention : écrans et Pinlock de rechange sont chers !

Alors, ma conclusion…

En bref, le casque AGV Sportmodular est le casque modulable parfait pour l’adepte des casques racing que je suis. Il est ultra léger, on retrouve les avantages des casques sportifs tout en profitant du côté pratique du modulable, et sans en subir les inconvénients.

Côté sécurité, AGV a même poussé les recherches de façon à proposer le même niveau de sécurité que sur le AGV Pista, l’intégral très haut de gamme dédié à la compétition. Ce qui résume pas mal de choses au sujet de la philosophie de ce casque, pas comme les autres !

JBuzZz Lightyear : le casque NEXX X.G100 Racer

Casque Nexx X.G100 RacerLorsque Thibaud nous a proposé de partager avec vous notre produit préféré de cette année 2018, mon choix s’est imposé de lui-même… Sans aucun doute, ma belle surprise de cette saison aura été le casque NEXX X.G100 Racer !

Si plusieurs points techniques m’ont convaincu tout au long des centaines de kilomètres du test, il s’agit surtout d’un choix de cœur ! Dessiné et produit en Europe, ce casque Portugais prouve que l’on sait encore être compétitif et créatif de notre côté du Monde.

Niveau design, j’étais séduit par sa coque en carbone d’une pureté absolue… Hormis la discrète prise d’air située sur la face avant, rien ne vient dénaturer le dessin.

Enfin, avec son intérieur moderne et confortable, le X.G100 Racer prouve qu’un casque vintage peut aussi devenir un véritable allié du quotidien.

Chloé : le casque ASTONE Super Retro

Le casque Astone SUPER RETRO porté, accompagné du masque DEXTER BINOCLESi j’ai bien eu un coup de cœur cette année, c’est pour le casque Astone SUPER RETRO.

Son look me fait énormément penser à ce que pourrait faire la marque SIMPSON, mais pour un budget moindre.

Allié au masque Dexter Binocle, il offre un super style. Le casque Astone SUPER RETRO est également léger et hyper agréable à porter, et m’offre une bonne protection.

De plus, malgré le fait qu’il soit « retro », il ne fait pas tâche lorsque je suis sur ma roadster. Et puis, un casque ouvert quand on habite en Sudie, c’est toujours agréable !

Matt Adventure : les sacoches KRIEGA OS-32

Sacoches KRIEGA OS-32S’il y a bien un équipement que je retiendrai cette année, ce sont bien les sacoches latérales Kriega OS-32. J’avais expliqué dans mon test que je les trouvais super robustes et bien pensées.

Maintenant, après quelques mois, plusieurs milliers de kilomètres, des sorties off-road bien velues et des chutes à gogo, je peux vous confirmer définitivement que c’est du très costaud.

Certes elles ont quelques griffes superficielles (à cause de tout ce que je leur fais subir) mais pour le reste, elles sont toujours nickels et parfaitement étanches.
Rien ne découd, ne se détache ou ne s’arrache. Bref, je les adore ! Si vous souhaitez constater des actes plutôt que des mots, je vous laisse regarder les vidéos de mes dernières sorties off-road sur ma chaîne youtube MATT Adventure qui parleront d’elle-mêmes 🙂

Monsieur Marcin : le casque ICON Variant

Le casque ICON Variant Quicksilver brille au soleil !Le casque Icon Variant, j’ai l’impression de le connaître depuis toujours. C’est le casque iconique de la marque américaine préférée des stunters.

Ce casque, vous l’avez forcément vu maintes fois protégeant le crâne d’un motard qui roule rarement sur ses deux roues. Son allure, mi-futuriste mi-cross, ne laisse pas indifférent : soit on adore soit on déteste.

Au fil des années et des nouvelles itérations, le casque Icon Variant est devenu bien plus qu’un casque qui a de la gueule. Je le trouve très confortable et pratique au quotidien.

Il existe dans de très nombreux coloris et éditions limitées. Vous en trouverez forcément un à vos couleurs. J’ai eu la chance de tester le modèle Quicksilver. Son gris métallisé peint à la main puis verni offre un rendu digne des plus grands films post-apocalyptique. Bonnes fêtes et ridez couvert !

Emeric 74 : les bottes DXR Torkal

Bottes DXR Torkal, vue de profil droitUne année ! Une année déjà que je prends un grand plaisir à réaliser, presque chaque mois, ces tests pour le blog #EnjoyTheRide. Et surtout pour vous !

Aujourd’hui pour ce Best-Of 2018 de nos tests, je retiendrais les bottes DXR Torkal.

Faciles, techniquement réussies, originales avec leur boucle Micro-lock ATOP, efficaces grâce à l’étonnante membrane étanche et respirante, hyper bien placées niveau tarif et avec une finition sans reproche. Tous ces atouts font de cette botte une alliée sérieuse pour les mois à venir.

Etienne : le blouson HELSTONS Mustang

Blouson Helstons dans le best of 2018Il est difficile de comparer un blouson hiver avec un blouson été, un pantalon, un casque ou des bottines… Mais si je ne devais en choisir qu’un, sans hésitations, ce serait le blouson Helstons Mustang.

Il y a d’abord son look ravageur de vieux blouson de pilote… Mais c’est avant tout un produit pour motard, avec tout le nécessaire en termes de protections contre les blessures de la route, la pluie, et les gerçures de l’hiver.

C’est mon troisième blouson Helstons. Je les ai tous commandés chez Motoblouz, et je n’ai jamais été déçu par la marque. Elle est certes un peu plus chère que de l’entrée de gamme, mais vous vous offrez des matériaux nickel chrome premium, avec une finition au poil de c*l qui va tenir de nombreuses années.

J’enfile de temps en temps encore le premier blouson Helstons qui a six hiver et deux gamelles à son actif maintenant, et si ce n’est le fait qu’il a pris une patine de vieux cuir de motard du meilleur goût, pas une couture, une tirette ou un bouton n’a lâché. Je suis certain que je vais encore plus user celui-là.

Attention hein, les autres articles que j’ai eu à tester jusqu’à présent sont de bonne qualité. Le blouson cuir DXR Wilks par exemple avait pas mal de bonnes idées dont devraient s’inspirer les autres fabricants. Mais Helstons… What else?

Anthony : la veste FURYGAN Grizzly

La veste FURYGAN Grizzly dans le best of 2018Pour ma part, mon coup de cœur Best Of 2018 s’est imposé tout naturellement. La bonne grosse pelle que je me suis mangée un soir de janvier 2018 sous la pluie a choisi pour moi. La veste Furygan Grizzly qui m’avait convaincu par ses qualités et sa sobriété m’a aussi permis de préserver le haut de mon corps avec classe. Certes, j’aurais pu m’écraser au sol avec plus de souplesse mais j’ai pu rester digne. Et la veste n’a (elle non plus) subi aucun dommage. Je l’avais équipée de la dorsale adéquate (en D3O), et je ne regrette pas mon geste.

Un autre truc coolissime avec la Grizzly, c’est que son confort et sa sobriété font que vous pouvez la porter tout le temps, et que l’amortissement d’une telle veste est bien plus évident qu’avec des équipements plus typés.

Lors de ma formation, le grand manitou nous avait tous prévenus : « il n’y a que deux types de motards (ou de pilote de baignoire à roues), celui qui est tombé et celui qui va tomber ». Au-delà de la leçon d’humilité que procure la chute, elle nous rappelle pourquoi il est vital de s’équiper convenablement. Et combien le job de Motoblouz en proposant autant de références pour toutes les bourses (notamment avec sa marque DXR) est important.

Pour preuve, mon ménisque gauche aurait aimé que ce soir-là, je prenne la peine d’enfiler mon jean moto avec protection.

Depuis le crash, je porte systématiquement la Grizzly dès les premiers frimas (car elle est chaude aussi), et j’équipe systématiquement mes blousons été et mi-saison de dorsale. Ce qui en passant, devrait être la norme. Je sais qu’avec la Grizzly, je serai convenablement protégé. Je pars le cœur léger et je connais un peu mieux mes limites, et celles de ma machine.

Meuhsli : le blouson FURYGAN Sherman Blouson Furygan SHERMAN

Je suis tombé sous le charme du blouson en cuir Sherman de Furygan. Depuis mon essai en avril, il ne m’a plus quitté ! Son look vintage avec ses motifs marqués au laser et ses coutures bien placées font leur petit effet, et s’adaptent à un large panel de styles.

Mais l’apparence ne fait pas la qualité d’un blouson. L’épaisseur de son cuir, le rend très couvrant pour une sensation de sécurité maximale et une isolation très correcte. Après l’avoir eu sur le dos sur des centaines de kilomètres, la qualité du cuir, ses coutures et fermetures sont restées nickel. Je lui garantis une très belle longévité !

Si vous suivez l’émission High Side, vous aurez certainement remarqué qu’il a aussi été adopté par une partie de l’équipe dans une version customisée.

Ce n’est pas simple de trouver le blouson qui convient le mieux à sa morphologie. Pour une même taille, c’est parfois trop petit, souvent trop grand. En taille L, le Sherman s’ajuste pile-poile !

Il faut avouer que la pluie et le grand froid ne sont pas ses domaines de prédilection, je commence donc à lui faire quelques infidélités. Mais il me tarde de retrouver les beaux jours pour passer une 2 ème année avec le Sherman sur le dos ! V

Partagez cet article

Thibaud

Amateur de gros roadsters et de routes à virages. La moto pour moi est un loisir, je l'utilise rarement en tant qu'utilitaire, je me balade souvent avec les copains ou en duo avec mon fils.